La bou­lan­ge­rie Ju­re­tig, reine des crois­sants

Pour sa pre­mière par­ti­ci­pa­tion au con­cours an­nuel du meilleur crois­sant de Seine-et-Marne, la bou­lan­ge­rie Ju­re­tig ; si­tuée à Mi­try-Mo­ry, s’est dis­tin­guée en ob­te­nant trois prix, dont la pre­mière place dans la ca­té­go­rie Sa­la­rié.

La Marne (Meaux) - - Claye-souilly Villeparisis - Thier­ry De­la­porte Bou­lan­ge­rie-pâ­tis­se­rie Sin­dy et Cé­dric Ju­re­tig. 9, place Pas­teur à Mi­try-Mo­ry.

C’est une belle réus­site pour l’équipe de la bou­lan­ge­rie Ju­re­tig. Elle a rem­por­té de nom­breux prix pour ses crois­sants au con­cours dé­par­te­men­tal. Elle a été ré­com­pen­sée dans les trois ca­té­go­ries re­pré­sen­tées : pa­trons, sa­la­riés et ap­pren­tis.

La palme re­vient à Ir­vin Pa­la­go­nia dont le crois­sant a dé­cro­ché la pre­mière place dans la ca­té­go­rie ré­ser­vée aux sa­la­riés. Il tra­vaille au sein de la bou­lan­ge­rie Ju­re­tig de­puis à peine deux mois. Ir­vin Pa­la­go­nia, ti­tu­laire d’un bac­ca­lau­réat pro­fes­sion­nel en bou­lan­ge­rie-pâ­tis­se­rie, s’est même vu fé­li­ci­ter par Char­lotte Blan­diot-Fa­ride (PCF), la maire de Mi­try-Mo­ry. « C’est une fier­té d’avoir rem­por­té ce con­cours mais c’est avant tout un tra­vail col­lec­tif. J’ai la chance de tra­vailler dans une bonne am­biance au sein d’une équipe jeune et dynamique », confie le jeune homme de 21 ans.

À peine plus âgé que son em­ployé, Cé­dric Ju­re­tig, 25 ans, a pris les rênes de la bou­lan­ge­rie de la place Pas­teur, il y a en­vi­ron six mois. Son épouse Sin­dy s’oc­cupe no­tam­ment de la vente et de la comp­ta­bi­li­té. « Pour ce con­cours, cha­cun de nous trois a fait plu­sieurs es­sais avec dif­fé­rentes re­cettes et nous avons sé­lec­tion­né ce­lui qui nous sem­blait être le meilleur », ex­plique ce­lui qui a rem­por­té une jo­lie troi­sième place dans la ca­té­go­rie « pa­trons ».

Théo Pas­tier, le jeune ap­pren­ti de la mai­son, âgé de 15 ans, est mon­té quant à lui, sur la deuxième place du po­dium. « Je suis vrai­ment fier de lui car c’est un ga­min mo­ti­vé, ta­len­tueux et tra­vailleur », confie son em­ployeur.

Des se­crets de fa­bri­ca­tion

Pour ten­ter d’ana­ly­ser cette réus­site col­lec­tive, Cé­dric Ju­re­tig livre quelques confi­dences sur la fa­bri­ca­tion des fa­meux crois­sants pri­més.

« Nous nous ser­vons d’un beurre d’ex­cel­lente qualité, d’ap­pel­la­tion d’ori­gine pro­té­gée (AOP). Pour notre feuille­té, nous uti­li­sons une pâte à pé­tris­sage lent qui pré­serve les arômes et per­met de conser­ver le cô­té crous­tillant et feuille­té du crois­sant. Le reste, nous le gar­dons se­cret pour l’an­née pro­chaine » sou­rit-il.

« Le temps de pousse (temps de fer­men­ta­tion avant la cuis­son) est aus­si très im­por­tant, cer­tains bou­lan­gers font pous­ser ra­pi­de­ment. Ici, nous pre­nons notre temps, nous lais­sons pous­ser à faible tem­pé­ra­ture » ajoute Ir­vin Pa­la­go­nia.

Si leurs crois­sants au beurre oc­cupent ac­tuel­le­ment la place d’hon­neur, les autres pro­duits de l’éta­blis­se­ment ren­contrent éga­le­ment un franc suc­cès au­près de la clien­tèle qui a qua­si­ment dou­blé en l’es­pace de six mois. « Nous fai­sons tout

« Nous ne sommes pas des ven­deurs mais des ar­ti­sans »

nous-même, nous n’ache­tons que le strict mi­ni­mum comme les oeufs ou le lait. Nous ne sommes pas des ven­deurs mais des ar­ti­sans », conclut Cé­dric Ju­re­tig.

Les trois lau­réats du der­nier con­cours du meilleur crois­sant posent de­vant la bou­lan­ge­rie de Mi­try-Mo­ry.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.