Le bar­rage de Meaux se­ra re­cons­truit

La Marne (Meaux) - - La Une - Maë­lys Dol­bois

Construit en 1936, le bar­rage de Meaux en­jambe la Marne entre Meaux et Ville­noy. Ce bar­rage per­met de main­te­nir et de ré­gu­ler le ni­veau d’eau entre Meaux et Isles-les-Mel­deuses (22 km de dis­tance). Il per­met aus­si l’ali­men­ta­tion du ca­nal de Cha­li­fert.

Le bar­rage re­pose sur une ar­chi­tec­ture mé­tal­lique sur­mon­tée d’un cha­riot et d’un bras de ma­noeuvre. Des pan­neaux mé­tal­liques ar­ti­cu­lés servent à contrô­ler le ni­veau d’eau en amont, soit à l’écluse de Cha­li­fert où une pro­fon­deur est né­ces­saire pour ac­cueillir en moyenne 3 200 ba­teaux par an, dont 2 300 à vo­ca­tion com­mer­ciale et 900 à vo­ca­tion tou­ris­tique. Le bar­rage contri­bue aus­si au main­tien du ni­veau d’eau en amont, per­met­tant de ré­pondre aux be­soins d’ali­men­ta­tion en eau po­table de l’ag­glo­mé­ra­tion mel­doise mais aus­si au main­tien de la plage de Meaux.

Un bar­rage mo­derne

De­puis sa créa­tion, le bar­rage a su­bi quelques ré­pa­ra­tions mais au­jourd’hui il est vé­tuste et connaît des dys­fonc­tion­ne­ments, in­dique l’éta­blis­se­ment pu­blic Voies na­vi­gables de France (VNF), pro­prié­taire du bar­rage. Son état im­pacte le tra­fic flu­vial de la Marne. C’est pour ces rai­sons qu’un pro­jet de re­cons­truc­tion du bar­rage a été dé­ci­dé. « Cet édi­fice n’est plus en bon état et sur­tout il n’est plus sé­cu­ri­taire pour les agents qui doivent en as­su­rer l’ex­ploi­ta­tion et la main­te­nance, ex­plique Ju­lien Dé­sille, res­pon­sable de l’opé­ra­tion bar­rage de Meaux pour VNF. Le nou­veau bar­rage se­ra beau­coup plus fonc­tion­nel et plus fiable afin de main­te­nir le ni­veau d’eau amont. »

Les tra­vaux de­vraient se ter­mi­ner en 2021. Le nou­veau bar­rage de Meaux de­vrait se si­tuer à 70 mètres en aval du bar­rage exis­tant pour « ne pas bou­le­ver­ser le pay­sage des bords de Marne », dé­taille VNF. Les tra­vaux de re­cons­truc­tion du bar­rage sont es­ti­més à 35,8 mil­lions d’eu­ros. Les villes de Meaux et Ville­noy se­ront im­pac­tées par ces tra­vaux. À cet égard, le maire de Ville­noy, Mi­chel Ven­ries, se dit « sa­tis­fait de la mo­der­ni­sa­tion du bar­rage ».

De son cô­té la ville de Meaux re­con­nait que ce bar­rage était trop an­cien et qu’un nou­vel équi­pe­ment ne peut être que sa­tis­fai­sant. « Nous avons in­sis­té pour que l’en­vi­ron­ne­ment soit en­tiè­re­ment pré­ser­vé et que les nui­sances soient mi­ni­mi­sées du­rant les tra­vaux », in­dique la mu­ni­ci­pa­li­té.

Deux pro­jets en un

La re­cons­truc­tion du bar­rage de Meaux vise donc à ré­pondre à plu­sieurs en­jeux : ga­ran­tir la sé­cu­ri­té du plan d’eau pour as­su­rer la na­vi­ga­tion flu­viale ; of­frir une meilleure ges­tion de la res­source en eau ; ré­ta­blir la conti­nui­té éco­lo­gique avec la construc­tion d’une passe à pois­sons et l’ins­tal­la­tion de mi­cro­cen­trales hy­dro­élec­triques (voir en­ca­dré ci-contre). « Nous avons ins­tau­ré le pro­jet de mi­cro­cen­trales hy­dro­élec­triques qui est cou­plé à la re­cons­truc­tion du bar­rage car VNF sou­haite dé­ve­lop­per l’hy­dro­élec­tri­ci­té sur son ré­seau et Meaux est un site idéal », dé­taille Ni­co­las Da­vid.

La conti­nui­té pis­ci­cole n’est pas as­su­rée de­puis la créa­tion du bar­rage. « Il est aus­si né­ces­saire de ré­ta­blir la libre cir­cu­la­tion des es­pèces dans la Marne au ni­veau du bar­rage, in­dique VNF. Alors, le ca­nal de Cor­nillon se­ra ré­amé­na­gé afin de pou­voir ac­cueillir une passe à pois­sons. »

L’ac­tuel bar­rage se­ra en grande par­tie dé­truit.

Le nou­veau bar­rage de Meaux se­ra re­cons­truit en 2021 à 70 mètres du bar­rage ac­tuel.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.