IL NE VOLERA PAS MON EM­PLOI

La Recherche - - NUMERIQUE - Par Vincent Gla­vieux

Les ro­bots vont-ils « tuer » le tra­vail ? La ques­tion agite les mi­lieux po­li­tiques : la Mai­sonB­lanche amé­ri­caine, la Chambre des com­munes bri­tan­nique et le gou­ver­ne­ment fran­çais ont tous pu­blié un rap­port sur le su­jet ces der­niers mois. Quant aux éco­no­mistes, ils éva­luent – avec des ré­sul­tats contra­dic­toires – l’im­pact de cette « ré­vo­lu­tion des ro­bots ». Les spé­cia­listes de l’in­tel­li­gence ar­ti­fi­cielle (IA), comme Lau­rence De­vil­lers et Jean-Ga­briel Ga­nas­cia, eux, ques­tionnent de­puis long­temps l’éthique de l’IA. Leur contri­bu­tion, ca­pi­tale, bat en brèche les fan­tasmes et per­met de cer­ner les en­jeux im­mé­diats : non, l’IA ne va pas nous vo­ler tout le tra­vail, mais il faut pré­pa­rer son ar­ri­vée dans des sec­teurs de plus en plus va­riés, pour des tâches de plus en plus com­plexes ; et il faut orien­ter la ré­flexion éthique sur la place de l’hu­main. De tout ce­la, il est aus­si ques­tion chez Nick Bos­trom. Par­ti­san de l’IA, le phi­lo­sophe s’in­té­resse aux en­jeux de long terme, quand l’in­tel­li­gence des ma­chines dé­pas­se­ra celle des hommes. À la clé ? Une ré­flexion moins par­ti­sane que ce que l’on au­rait pu ima­gi­ner, où il en­tre­voit ce que Pas­cal Picq et Mar­tin Ford en­vi­sagent aus­si : un monde où l’homme, grâce au tra­vail des ma­chines, se concentre sur les ac­ti­vi­tés in­tel­lec­tuelles et ar­tis­tiques…

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.