LE PRIN­CIPE DES MÉ­TA­LEN­TILLES

La Recherche - - Entretien Avec -

Une len­tille, que ce soit une len­tille usuelle ou une mé­ta­len­tille, mo­di­fie la forme d’un front d’onde lu­mi­neux afin de chan­ger sa di­rec­tion de pro­pa­ga­tion. Pour ce­la, il faut re­tar­der cer­taines ré­gions de ce front d’onde par rap­port aux autres ré­gions. Dans une len­tille usuelle, ce re­tard est in­tro­duit pro­gres­si­ve­ment lors du pas­sage du fais­ceau dans la len­tille. Une len­tille conver­gente en verre, par exemple, est plus épaisse au centre que sur les bords. La ré­gion cen­trale du fais­ceau tra­verse une dis­tance plus grande dans la len­tille que la ré­gion si­tuée au bord. Comme la lu­mière se pro­page moins vite dans le verre que dans l’air, la ré­gion au centre prend du re­tard. Le front d’onde, de forme plane, de­vient une sur­face sphé­rique qui converge au point fo­cal. Dans une mé­ta­len­tille, ce re­tard est pro­vo­qué plus brus­que­ment par la dif­fu­sion de la lu­mière sur des struc­tures de taille na­no­mé­trique (in­fé­rieure à la lon­gueur d’onde lu­mi­neuse) gra­vées sur la sur­face de la len­tille. Il existe plusieurs types de mé­ta­len­tilles se­lon le mé­ca­nisme de dif­fu­sion et se­lon le ma­té­riau. L’équipe de Fe­de­ri­co Ca­pas­so em­ploie du di­oxyde de ti­tane, un ma­té­riau amorphe clas­sique, mais d’autres groupes uti­lisent par exemple des ma­té­riaux se­mi-conduc­teurs pour ajou­ter des pro­prié­tés élec­tro­niques à ces dis­po­si­tifs.

Dans cette mé­ta­len­tille, la lu­mière se dif­fuse sur des struc­tures na­no­mé­triques gra­vées à sa sur­face.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.