DÉ­CO­DER LE FRAN­ÇAIS

La Recherche - - Courrier -

En tant qu’en­sei­gnant spé­cia­li­sé en classe Seg­pa – Sec­tion d’en­sei­gne­ment gé­né­ral et pro­fes­sion­nel adap­té –, j’ai vu les ef­fets né­ga­tifs de

l’en­sei­gne­ment de la cir­cu­la­ri­té entre pho­nème et gra­phème sur des élèves pri­vi­lé­giant l’ap­proche lo­gi­co-ma­thé­ma­tique ( La Re­cherche hors-sé­rie n° 22, p. 46). Dans la langue fran­çaise, lar­ge­ment idéo­gra­phique, les mul­tiples gra­phèmes d’un pho­nème contre­disent cette cir­cu­la­ri­té. Com­ment les élèves peuvent-ils s’y re­trou­ver ?

Ch­ris­tian Pac­teau Ré­ponse de Jo­hannes Zie­gler et Li­liane Spren­ger-Cha­rolles, cher­cheurs en sciences cog­ni­tives L’écri­ture du fran­çais n’est pas idéo­gra­phique. Sa­voir qu’un mot contient les lettres « B + O + L » ne dit rien de son sens. Notre écri­ture al­pha­bé­tique trans­crit la forme so­nore des mots de fa­çon ré­gu­lière, au moins pour la lec­ture. L’ap­pren­ti lec­teur fran­çais peut donc « dé­co­der » les mots qu’il voit et re­trou­ver dans son lexique men­tal ceux dont il connaît le son et le sens. À notre connais­sance, il n’existe pas d’étude scien­ti­fique ayant dé­mon­tré que les en­fants en dif­fi­cul­té d’ap­pren­tis­sage de la lec­ture pri­vi­lé­gie­raient une ap­proche lo­gi­co-ma­thé­ma­tique. Mais des mil­liers d’études, dont une de 2014 (1), ont mon­tré que l’en­sei­gne­ment sys­té­ma­tique du dé­co­dage est la mé­thode la plus ef­fi­cace, par­ti­cu­liè­re­ment pour les en­fants à risque de dif­fi­cul­tés. (1) K. Ga­lu­sch­ka et al., Plos One, 9, e105843, 2014. Er­ra­ta Ce sont du cé­rium 141 et du cé­rium 144 qui ont été re­je­tés dans l’at­mo­sphère après l’ac­ci­dent de la cen­trale nu­cléaire de Tcher­no­byl, et non du cé­sium 141 et du cé­sium 144 ( La Re­cherche n° 525-526, p. 75). Le car­bone 14 n’est pas « trop

riche en pro­tons » , mais plu­tôt en neu­trons : il a 6 pro­tons et 8 neu­trons ( La Re­cherche n° 524, p. 36).

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.