L’ER­REUR DE NEW­TON

La Recherche - - Fondamentaux -

Pour étayer sa théo­rie de la Terre creuse, Ed­mond Hal­ley s’ap­puie sur un cal­cul d’Isaac New­ton (portrait ci-contre) mon­trant que la Terre se­rait moins dense que la Lune. En 1687, New­ton ef­fec­tue une es­ti­ma­tion du rap­port des den­si­tés de la Terre et de la Lune à par­tir du rap­port des forces avec les­quelles le So­leil et la Lune élèvent les eaux de l’océan. Met­tant à pro­fit les va­ria­tions men­suelles de la hau­teur des ma­rées dans le port an­glais de Bris­tol, New­ton trouve que la force exer­cée par la Lune pour mou­voir la mer est 6,33 fois su­pé­rieure à la force exer­cée par le So­leil. Il en dé­duit un rap­port des masses de la Terre à la Lune de 26, donc un rap­port de den­si­tés de 5/9 – soit 0,56 alors que les cal­culs ac­tuels donnent 1,65. Par­mi les causes, une mau­vaise es­ti­ma­tion du ba­ry­centre Terre-Lune ; une théo­rie des ma­rées sta­tique, qui sup­pose que l’élé­ment li­quide se met ins­tan­ta­né­ment en équi­libre sous l’ef­fet des forces exer­cées ; et l’hy­po­thèse d’une mer re­cou­vrant toute la sur­face du globe.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.