IWC POR­TO­FI­NO : A L’HEURE DE LA DOLCE VI­TA

De­puis plus de trente ans, les montres Por­to­fi­no D’IWC sym­bo­lisent une cer­taine lé­gè­re­té digne de l’art de vivre à l’ita­lienne. Pour les adeptes de cette vi­sion toute la­tine où le temps file avec no­blesse, la ma­nu­fac­ture de Schaff­hau­sen lance deux nou­vell

La Revue des Montres - - RDM WORLD / BOUTIQUES - Texte : Vincent Daveau

Pour se re­mé­mo­rer la date de lan­ce­ment de la col­lec­tion Por­to­fi­no, il faut re­mon­ter as­sez loin dans la chro­no­lo­gie de cette mai­son fon­dée par l’amé­ri­cain Flo­ren­tine Arios­to Jones, en 1868. Et ce, même si cette ligne au des­sin for­mel, pour ne pas dire clas­sique, n’a été lan­cée qu’en 1984, au plus fort de la crise horlogère liée à l’ar­ri­vée des montres à quartz. Sobre, elle per­pé­tuait la tra­di­tion des garde-temps clas­siques en or. La Por­to­fi­no à remontage ma­nuel et phases de lune était alors le fleu­ron de la gamme. Son ca­libre, hé­ri­tier de ce­lui d’une montre de poche, im­po­sait à la belle des men­su­ra­tions gé­né­reuses de 46 mm de dia­mètre. Au­jourd’hui, cette fa­mille de pro­duits ma­rie la so­brié­té d’un des­sin in­tem­po­rel à la com­plexi­té d’une mé­ca­nique éla­bo­rée, cé­lé­brant ain­si une cer­taine idée de la Dolce Vi­ta ita­lienne.

Un ap­pel d’air à faire tour­ner les têtes

Cette an­née, par­mi les deux nou­velles pièces ap­pe­lées à en­ri­chir la col­lec­tion Por­to­fi­no, l’une est une ré­fé­rence que le bu­reau de style et les hor­lo­gers dé­ve­lop­peurs ont pen­sée pour faire rê­ver les amou­reux de belle mé­ca­nique. En ef­fet, la nou­velle Por­to­fi­no Remontage Ma­nuel Tour­billon Ré­tro­grade est la pre­mière de la fa­mille à être do­tée d’un tour­billon vo­lant. Vi­sible par le ca­dran ou­vert à 6 h, cet or­gane ré­glant de haute vo­lée of­frant une pré­ci­sion ac­crue a un pe­tit quelque chose hyp­no­tique. Lo­gique ! La cage, qui semble lé­vi­ter au centre de la dé­coupe cir­cu­laire, ef­fec­tue une ro­ta­tion par mi­nute, tan­dis que le ba­lan­cier as­sor­ti d’un spi­ral à courbe Bre­guet os­cille à la fré­quence de 4 hertz. Les deux mou­ve­ments as­so­ciés ac­cen­tuent l’ef­fet op­tique. De même le ca­dran d’or rouge 18 ca­rats, d’une in­croyable so­brié­té. Un ca­dran certes épu­ré mais com­plexe, puisque deux af­fi­chages ré­tro­grades se font front, l’un à 9 h et l’autre à 3 h. Le pre­mier per­met de lire la date à la pointe de son ai­guille, tan­dis que l’autre in­dique com­bien de temps la montre fonc­tion­ne­ra

avant de la re­mon­ter. Cet ins­tru­ment de 45 mm de dia­mètre, pa­ré d’un fond trans­pa­rent en verre sa­phir et do­té d’un dispositif d’ar­rêt pour une mise à l’heure pré­cise, se porte sur un bracelet en al­li­ga­tor brun fon­cé éla­bo­ré chez San­to­ni.

Equi­libre clas­sique

Pour la pre­mière fois cette an­née, la ma­nu­fac­ture IWC pro­pose un af­fi­chage de phases de lune in­té­gré à la pièce ma­nuelle à remontage al­lant huit jours. Cette nou­velle Por­to­fi­no de 45 mm de dia­mètre, réa­li­sée en acier avec ca­dran blanc, ou en or rouge avec ca­dran ar­doise, est un clin d’oeil au pre­mier mo­dèle lan­cé en 1984, qui ar­bo­rait une in­di­ca­tion de phases de lune. Dans ce mo­dèle, les hor­lo­gers D’IWC ont in­té­gré au ca­libre mé­ca­nique à remontage ma­nuel ré­fé­rence 59000, un mo­dule de phases de lune pré­cis puisque ne né­ces­si­tant d’être re­ca­lé qu’une fois tous les 122 ans. Ain­si do­té, ce nou­veau coeur, vi­sible par le fond trans­pa­rent, prend la ré­fé­rence 59800. D’un des­sin on ne peut plus clas­sique, le garde-temps pré­sente, à 8 h, un sobre mais néan­moins ef­fi­cace sec­teur de ré­serve de marche, in­di­quant quand il de­vient né­ces­saire de re­mon­ter le res­sort de ba­rillet. Cette montre ma­nuelle se por­ter au poi­gnet sur un bracelet en al­li­ga­tor, fa­çon­né dans les ate­liers San­to­ni, en Ita­lie.

Hon­neur aux dames

La mai­son, que l’on sait avoir été long­temps ré­ti­cente à l’idée de faire des montres pour femmes, a lar­ge­ment ré­vi­sé sa po­si­tion ces der­niers temps. Ain­si, elle ra­fraî­chit, cette an­née, un mo­dèle ap­pré­cié : la Por­to­fi­no Au­to­ma­tique Phases de Lune. Cette ré­fé­rence est, pour cette sai­son, dis­po­nible avec un ca­dran ar­gen­té simple en lieu et place de la ver­sion nacre, afin de s’ins­crire plus du­ra­ble­ment dans l’es­prit de la marque. Les trois autres ver­sions, elles aus­si mues par un ca­libre mé­ca­nique à remontage au­to­ma­tique ef­fi­cace et pré­cis, sont des dé­cli­nai­sons en acier ou en or rouge, dont la pré­cio­si­té a été soulignée par l’in­té­gra­tion d’un ser­tis­sage de la lu­nette ou des cadrans plus gé­né­reux. On re­tien­dra que ces montres de 37 mm de dia­mètre pour seule­ment 11 mm d’épais­seur se portent toutes sur des bra­ce­lets précieux en al­li­ga­tor fa­çon­nés dans les ate­liers San­to­ni. Etanches à 3 at­mo­sphères, elles ac­com­pa­gne­ront celles qui les au­ront choi­sies pour leur sobre élé­gance, dans toutes les aven­tures de la vie. Dif­fi­cile de de­man­der mieux, d’au­tant qu’elles offrent toutes l’af­fi­chage oni­rique des phases de lune, un pe­tit plus contri­buant à rendre cette mer­veille tou­jours dif­fé­rente d’un jour à l’autre.

Por­to­fi­no Remontage Ma­nuel Phase de Lune : boîte en acier fin, avec ca­dran ar­gen­té (en haut) ou ar­doise (en bas) et bracelet en al­li­ga­tor brun fon­cé, ca­libre 59800.

Por­to­fi­no Remontage Ma­nuel Tour­billon Ré­tro­grade : boîte en or rouge, avec ca­dran ar­gen­té et bracelet en al­li­ga­tor brun fon­cé, ca­libre 59900 (au mi­lieu).

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.