EBEL

En par­tie fon­da­trice de l’iden­ti­té de la mai­son Ebel, la col­lec­tion Sport Clas­sic re­vient sur le de­vant de la scène hor­lo­gère. Par la puis­sance de ses vo­lumes, elle ré­vèle tout le po­ten­tiel qu’elle in­carne en tant qu’icône.

La Revue des Montres - - RDM / SOMMAIRE - Texte : Vincent Daveau

ar­chi­tec­tu­rer l’heure

Lan­cée en 1911 à La Chaux-de-fonds (Suisse), la mai­son Ebel, dont le nom a pour ori­gine l’acro­nyme de ses fon­da­teurs Eu­gène Blum et Alice Lé­vy, a s’est très tôt fait re­mar­quer pour la créa­ti­vi­té de ses mo­dèles fé­mi­nins. Pui­sant dans les codes ar­chi­tec­tu­raux des ar­tistes fonc­tion­na­listes, la marque, par­ti­cu­liè­re­ment at­ta­chée aux vi­sions de Le Cor­bu­sier – dont elle pos­sède la Vil­la Turque –, renoue avec ses fon­da­men­taux. Beau­té fu­sionne avec fonc­tion­na­li­té dans un mou­ve­ment on­du­la­toire puis­sant. De­puis 2004 in­té­grée au groupe Mo­va­do, Ebel, dont la ligne de com­mu­ni­ca­tion a long­temps été « les ar­chi­tectes du temps », re­bâ­tit son image en res­tant fi­dèle à ses prin­cipes. Pour at­teindre cet équi­libre, elle pro­duit des montres raf­fi­nées.

Une vague po­si­tive

Au­jourd’hui, cette mai­son, ré­pu­tée pour sa vi­sion avant-gar­diste, re­prend son bra­ce­let au des­sin em­blé­ma­tique for­mé de maillons en forme de vagues. Ce de­si­gn osé à l’époque de son lan­ce­ment en 1977 pour la ligne Sport Clas­sic est de­ve­nu une si­gna­ture. La col­lec­tion pro­po­sée cette an­née s’ins­pire des pièces d’époque qui ont ap­por­té beau­coup en ma­tière de de­si­gn et de fonc­tion­na­li­té. à la fin des se­ven­ties, le des­sin des montres était sou­vent fort ba­sique. L’offre d’ebel avec ses formes douces et fluides sem­blait co­hé­rente car en rup­ture

avec les orien­ta­tions sty­lis­tiques de l’époque. Cette com­po­si­tion in­no­vante a été à l’ori­gine de la créa­tion d’une nou­velle ca­té­go­rie de pro­duits bap­ti­sés par les pro­fes­sion­nels « sport chic ». Il faut dire que le bra­ce­let, avec son mo­tif en vague, sa sou­plesse et son mode de fer­me­ture, avait tout pour sé­duire. Dans le même es­prit, ce lien, qui épou­sait im­mé­dia­te­ment le poi­gnet, ré­vèle la ma­gie du boî­tier, dont les formes har­mo­nieuses sou­lignent avec force le des­sin im­mé­dia­te­ment iden­ti­fiable. Il l’est, en par­tie grâce à la pré­sence de sa lu­nette. En or et fixée à l’aide de cinq vis sur le boî­tier aux arêtes an­glées, elle est, en fonc­tion des mo­dèles, ser­tie de dia­mants ou so­bre­ment po­lie pour en sou­li­gner la fi­nesse. Elle dé­li­mite la sur­face sur la­quelle se pose le re­gard et de­meure tou­jours d’une li­si­bi­li­té exem­plaire.

L’art de ma­nier le dé­tail

Cha­cune des pièces de la col­lec­tion Sport Clas­sic pos­sède un charme en­voû­tant. Dis­po­nibles uni­que­ment en ver­sion quartz, ces montres de 29 mm de dia­mètre in­carnent à mer­veille la phi­lo­so­phie de la mai­son Ebel, où la beau­té se confond avec la fonc­tion. Si la ré­fé­rence tout or re­pré­sente un luxe à l’état pur, c’est la ver­sion pro­po­sée en acier sa­ti­né et or qui re­tien­dra néan­moins l’at­ten­tion du plus grand nombre des femmes. En 2017, la col­lec­tion Ebel Sport Clas­sic La­dy conserve son de­si­gn in­tem­po­rel. Elle ar­bore un ca­dran pa­ré de nacre blanche et une lu­nette élé­gante en or po­li, ou une ver­sion plus tra­vaillée où l’or est ma­gni­fié par un ser­tis­sage dé­li­cat de 47 dia­mants. Pour les édi­tions les plus luxueuses, la mai­son a choi­si de faire ap­pel à des ca­drans en nacre vé­ri­table. Le mo­dèle tout or re­çoit, quant à lui, un ca­dran do­té d’un tour d’heure ser­ti d’in­dex en dia­mants. La montre en acier et or ser­ti de dia­mants pos­sède, elle, un des­sin où les chiffres ro­mains do­rés sont as­so­ciés aux huit in­dex ser­tis de dia­mants. Seule la pièce la plus clas­sique, avec son ca­dran opa­lin et sa lu­nette or, joue la carte de l’in­tem­po­ra­li­té ci­ta­dine, un tan­ti­net sport chic, avec son tour d’heure peint de chiffres ro­mains.

Les cro­quis au crayon ayant ser­vi à l’éla­bo­ra­tion du des­sin de la nou­velle Sport Clas­sic de la mai­son Ebel. Dans l’es­prit de la pièce d’ori­gine, cette nou­velle ver­sion pos­sède tou­te­fois des lignes plus ten­dues et un fond vis­sé sim­pli­fiant l’en­tre­tien.

La Sport Clas­sic d’ebel Boîte en or mas­sif et en acier sa­ti­né et or (lu­nette, vis et plat des maillons), 29 mm de dia­mètre – Etan­chéi­té à 50 mètres – Ca­dran en nacre ser­tie de 8 in­dex dia­mants pour les ver­sions avec lu­nette ser­tie de 47 dia­mants...

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.