Toutes les ré­gions dé­cryp­tées

La mé­téo n’a dé­ci­dé­ment pas été tendre avec les vi­gne­rons fran­çais en 2013. Froid per­sis­tant, hu­mi­di­té, grêle, rien ne leur a été épar­gné jus­qu’à la pé­riode des ven­danges ! Pour­tant, çà et là, nous avons trou­vé et dis­tin­gué de très beaux vins. Tour de Fra

La Revue du Vin de France - - SOMMAIRE - Par Phi­lippe Mau­range et Oli­vier Poels

Soyons francs, le han­di­cap avec le­quel est par­ti le mil­lé­sime 2013 dans l’es­prit des consom­ma­teurs – et par­fois des dé­gus­ta­teurs – se­ra bien dif­cile à com­bler. Comme d’ha­bi­tude, c’est Bor­deaux et son grand cé­ré­mo­nial de pré­sen­ta­tion des vins en pri­meur qui a fxé le tem­po dé­but avril. Cette pho­to­gra­phie ins­tan­ta­née qui jauge la qua­li­té glo­bale des vins gi­ron­dins et dé­ter­mine en réa­li­té le res­sen­ti gé­né­ral du mil­lé­sime éten­du – à tort – à toute la France. Or, le cli­mat bor­de­lais fut, du­rant une bonne par­tie du cycle vé­gé­ta­tif de la vigne, très dé­fa­vo­rable, voire ca­tas­tro­phique, ce qui a pé­na­li­sé la qua­li­té des vins. Mais toutes les ré­gions ne doivent pas être lo­gées à la même en­seigne, ce se­rait une énorme in­jus­tice. Com­men­çons ce tour de France par les réus­sites les plus re­mar­quables. Dans la par­tie sep­ten­trio­nale du vi­gnoble, en Al­sace, les grands crus font la di­fé­rence. Leurs mi­cro­cli­mats et les ter­roirs tar­difs ont per­mis de conser­ver un meilleur état sa­ni­taire des rai­sins, ce qui n’a pas tou­jours été le cas dans les vi­gnobles de plaine. Le ries­ling sort vain­queur de l’an­née avec, en sou­tien, une agréable déf­ni­tion du pi­not blanc.

Le pe­tit vi­gnoble du Ju­ra s’en sort plu­tôt bien, mal­gré d’in­tenses sou­bre­sauts cli­ma­tiques. En blanc, si les vins de paille et les châ­teau-cha­lon se­ront rares, les vins is­sus de char­don­nay se dis­tinguent par leur élé­gance. Du cô­té des rouges, le trous­seau et le pi­not noir sur­prennent par leur ma­tière co­lo­rante. Dans le rayon des vins de mas­sif, le point fort de la Sa­voie porte sur les rouges, au dé­tri­ment de blancs ju­gés très hé­té­ro­gènes.

Dans la Loire, d’est en ouest, le San­cer­rois em­porte la mise avec les ap­pel­la­tions voi­sines de Pouilly, Reuilly et Me­ne­tou… Ailleurs, de la Tou­raine au Pays nan­tais en passant par l’An­jou, c’est un mil­lé­sime en de­mi-teinte avec des vins frui­tés et di­gestes qui ne sont pas voués à une longue garde.

Beau po­ten­tiel en Cham­pagne

Cô­té Bour­gogne, la Côte de Nuits n’ofre pas l’épais­seur des 2012 sur les rouges, mais nous avons été sé­duits par les beaux équi­libres entre aci­di­té, ma­tu­ri­té et struc­ture. De plus, le style des vins donne une lec­ture pré­cise de l’ex­pres­sion des ter­roirs. Le Beau­nois s’en sort très bien, avec des blancs de qua­li­té, à l’in­verse de Cha­blis, plus fra­gi­li­sé par les condi­tions cli­ma­tiques. Enfn, en Cham­pagne, le mil­lé­sime a été tar­dif et les ter­roirs les mieux conduits ont don­né des

jus à beau po­ten­tiel avec une aci­di­té éle­vée. Ceux qui n’ont pas mil­lé­si­mé en quan­ti­té sur 2012 se rat­tra­pe­ront cer­tai­ne­ment avec le 2013.

Des condrieus très frais

Sur le front at­lan­tique, le Bor­de­lais dé­çoit. Les vins sont mar­qués par de fortes aci­di­tés avec des coeurs de bouche amai­gris par des vi­nif­ca­tions plus courtes. Il fau­dra les boire as­sez jeunes. Ex­cep­tion no­table : les sau­ternes, por­tés par une belle aci­di­té, ont beau­coup de brio. Dans le grand Sud-Ouest, les blancs sont sur le haut du po­dium, avec un ac­ces­sit pour les li­quo­reux du Ber­ge­ra­cois. Cer­tains rouges – pas tous – sont sé­dui­sants, en par­ti­cu­lier ceux ti­rés des cé­pages tan­nat et brau­col.

Ve­nons-en au Rhône, avec une an­née tar­dive dans le nord qui a bé­néf­cié aux plus belles ex­po­si­tions ven­dan­gées avant la mi-oc­tobre. La sy­rah y est fraîche mais dense, for­mant un bon cock­tail et fai­sant de ce vi­gnoble l’une des plus belles réus­sites en 2013. Les blancs de Saint-Pé­ray et Con­drieu sont d’une rare fraî­cheur, sans al­cool do­mi­nant. Grande sé­duc­tion aus­si dans le sud du Rhône avec des rouges ap­pé­tents, par­fois puis­sants et un poil rus­tiques, mais pos­sé­dant équi­libre et fraî­cheur.

L’an­née du Languedoc

Il faut en réa­li­té ga­gner l’arc mé­di­ter­ra­néen pour par­ler de grande réus­site ! Des blancs de très grande per­son­na­li­té do­minent dans le Rous­sillon, épau­lés par une pro­duc­tion de rouges par­fu­més et ex­pres­sifs, l’en­semble se mon­trant très ho­mo­gène. Qua­li­fé de plus beau mil­lé­sime de­puis 1998, 2013 est l’an­née du Languedoc, avec des vins riches en sève, en sa­veurs, au pro­fl ju­teux. Enfn, la Pro­vence, dont les rouges sont d’un ni­veau moyen, a pro­duit une masse de ro­sés (3 % de hausse en volume par rap­port à 2013). D’Aix à Nice, pri­vi­lé­giez les blancs ! Cô­té Corse, on note comme sur le conti­nent un re­tour à une an­née tar­dive. Les ren­de­ments plu­tôt faibles font la di­fé­rence, en par­ti­cu­lier en Ba­lagne et à Patrimonio. An­née fat­teuse pour le sciac­ca­rel­lu au sud.

14 ex­perts mo­bi­li­sés

2013 im­pose donc de se mon­trer très sé­lec­tif dans ses choix. Pour vous ai­der, La RVF a réa­li­sé, comme chaque an­née, un travail unique de dé­gus­ta­tions, de vi­sites, de sé­lec­tions, et vous livre, pour cha­cune des grandes ré­gions, pour cha­cune des ap­pel­la­tions, des plus pres­ti­gieuses aux plus mo­destes, un pal­ma­rès aus­si exclusif que fouillé, ré­sul­tats d’un mois de travail sur le ter­rain réa­li­sé par une équipe mo­bi­li­sée et pro­fes­sion­nelle. Nos qua­torze jour­na­listes, tous membres du co­mi­té

de dé­gus­ta­tion de La RVF, ont ain­si ar­pen­té le vi­gnoble afn d’y dé­gus­ter les pre­miers échan­tillons d’un mil­lé­sime 2013 le plus souvent en cours d’éle­vage. Au mer­ca­to des dé­gus­ta­teurs, An­toine Ger­belle, tou­jours en charge de la Cham­pagne et du Rhône nord, a re­noué cette an­née avec ses at­taches corses, tan­dis que Pierre Ci­terne s’est lan­cé pour la pre­mière fois à l’as­saut du Languedoc. Tout en gar­dant sa ré­gion na­tale, l’Al­sace, en duo avec le som­me­lier Ro­main Il­tis, Caroline Furs­toss est al­lée dé­chi­frer les vins de Cha­blis. Quant à Oli­vier Pous­sier, meilleur som­me­lier du monde, il a re­pris d’une main ferme la Côte de Beaune.

Les pri­meurs, un exer­cice à part

Dé­gus­ter un vin en pri­meur est un exer­cice bien dis­tinct de ce­lui qui consiste à ju­ger des vins en bou­teilles. L’échan­tillon pré­sen­té étant en cours d’éle­vage, par­fois même en cours de fer­men­ta­tion ma­lo­lac­tique, le dé­gus­ta­teur doit se pro­je­ter dans l’ave­nir. Il lui faut iden­ti­fer les plus belles réus­sites, et sur­tout per­ce­voir le po­ten­tiel du vin, dé­cryp­ter ses atouts et ses fai­blesses, alors qu’il est loin d’avoir ac­quis son pro­fl déf­ni­tif. Un la­beur ar­du et for­cé­ment moins fable que lors­qu’il s’agit de noter un vin “fni”. Ce­ci ex­plique d’ailleurs l’ab­sence de notes dans ce nu­mé­ro (sauf pour l’élite des po­me­rols, lire p. 72) et notre choix de clas­ser les vins en trois grandes ca­té­go­ries : réus­sites ex­cep­tion­nelles, grandes réus­sites et réus­sites. Seule une nou­velle dé­gus­ta­tion du vin après mise en bou­teilles per­met­tra de confr­mer ou d’in­fr­mer notre ju­ge­ment.

Hausse des prix en Bour­gogne

Don­née es­sen­tielle d’un mil­lé­sime en de­hors de sa qua­li­té ab­so­lue, le prix des vins est aus­si scru­té par les ache­teurs. Là aus­si, la si­tua­tion di­fère en fonc­tion des ré­gions. Si Bor­deaux afche en pri­meurs des baisses de l’ordre de 20 % en moyenne, la Bour­gogne, où la de­mande ne cesse de croître et qui fait face à une pé­nu­rie de vins, oriente plu­tôt ses prix à la hausse. La cé­lèbre vente des Hos­pices de Beaune en no­vembre der­nier avait don­né le ton : + 24 % de hausse. Il y a donc fort à pa­rier que les prix des plus belles cu­vées s’en­vo­le­ront. Dans les autres ré­gions, la hausse de­vrait être plus conte­nue, même si les quan­ti­tés dis­po­nibles se­ront faibles. Il fau­dra donc se po­si­tion­ner ra­pi­de­ment et ré­ser­ver les vins au­près des meilleurs vi­gne­rons qui risquent de ne pas pou­voir ré­pondre à toutes les de­mandes.

Nous vous sou­hai­tons une excellente lec­ture, de grandes dé­cou­vertes et le plai­sir d’en­ri­chir vos caves de cu­vées qui, dans quelques an­nées, vous ap­por­te­ront pleine sa­tis­fac­tion. Bonnes dé­gus­ta­tions !

PRO­VENCE. À Cas­sis, le su­perbe Clos Sainte Mag­de­leine.

CON­DRIEU. Ses co­teaux ont don­né de su­perbes 2013.

LOIRE. Dé­cou­vrez les tou­raines de Ma­rie Thi­baut-Ca­brit.

ANNE LE­MA­RIÉ. Ses ca­ri­gnans embaument la gar­rigue lan­gue­do­cienne.

FA­MILLE SIPP. Le trio de choc d’Hu­na­wihr, en Al­sace.

LES VINCENT.

Des san­te­nays épous­tou­flants.

CORSE. Yves Canarelli à Bo­ni­fa­cio.

2013, L’AN­NÉE DU LANGUEDOC. Le Rous­sillon et sur­tout le Languedoc

(ici, le vi­gnoble de Fi­tou avec le mas­sif des Cor­bières et, au fond, le Ca­ni­gou) signent les meilleurs

vins du mil­lé­sime.

LA VAL­LÉE DU RHÔNE. Les sy­rahs de Cor­nas im­pres­sionnent par leur ca­rac­tère frais et di­geste.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.