Al­sace

Ries­ling et pi­not blanc gagnent

La Revue du Vin de France - - SOMMAIRE - Textes et dé­gus­ta­tions de Caroline Furs­toss et Ro­main Il­tis C. F. et R. I.

Dans les vignes et les caves al­sa­ciennes, 2013 fut un mil­lé­sime très tech­nique. Les condi­tions cli­ma­tiques dif­ciles et la qua­li­té ir­ré­gu­lière de la ven­dange ont éprou­vé le sa­voir-faire des vi­gne­rons. Les plus belles bou­teilles se dé­nichent, comme souvent, dans les meilleurs grands crus, car ils bé­néf­cient de mi­cro­cli­mats qui ont per­mis de conser­ver un bon état sa­ni­taire des rai­sins, l’un des points cru­ciaux du mil­lé­sime. Ain­si, nous poin­tons la réus­site des ries­lings pro­duits sur les ter­roirs tar­difs qui ont vu l’aci­di­té des rai­sins bais­ser, ce qui a ame­né de belles ma­tu­ri­tés au mo­ment de les ré­col­ter. En­core fal­lait-il avoir ven­dan­gé au mo­ment op­por­tun, car la pour­ri­ture rô­dait.

Après un mois de sep­tembre plu­tôt clé­ment, de fortes pré­ci­pi­ta­tions ont fait bas­cu­ler brus­que­ment l’état sa­ni­taire dans les vignes en quelques jours seule­ment, dé­but oc­tobre, contrai­gnant les vi­gne­rons à ven­dan­ger en ur­gence. Sous cette pres­sion cli­ma­tique, le bo­try­tis n’ayant pas pu se dé­ve­lop­per, les ven­danges tar­dives et sé­lec­tions de grains nobles se font très rares cette an­née. Il faut ajou­ter à ce­la la cou­lure du prin­temps, des rai­sins grillés en août et le tri sé­vère pen­dant les ven­danges qui ont pro­vo­qué une baisse moyenne des ren­de­ments de 15 % par rap­port aux cinq der­nières an­nées. La vi­gi­lance était aus­si de mise en cave où il a fal­lu s’adap­ter et an­ti­ci­per des dé­parts de fer­men­ta­tions ma­lo­lac­tiques anar­chiques sur les cu­vées is­sues des ter­roirs les plus pré­coces où l’aci­di­té des rai­sins pou­vait être re­dou­table.

Les pi­nots gris et ge­wurz­tra­mi­ners s’al­lègent et re­trouvent des équi­libres plus di­gestes. Le pi­not noir, seul vin rouge al­sa­cien, est mal­heu­reu­se­ment en­core à la traîne et ne nous convainc pas tou­jours.

Enfn, nou­veau­té cette an­née, nous avons ou­vert la dé­gus­ta­tion aux cé­pages dits “se­con­daires”, comme le pi­not blanc, l’un des plus plan­tés dans la ré­gion, ou le syl­va­ner, éga­le­ment digne d’in­té­rêt… Cette dé­gus­ta­tion plus large nous a d’ailleurs per­mis de re­le­ver quelques réus­sites in­at­ten­dues, ain­si, les pi­nots blancs, ré­col­tés juste avant les pluies, se montrent mûrs, très aro­ma­tiques, et sont pro­po­sés à un ex­cellent rap­port qua­li­té/prix. Dis­po­nibles dès le prin­temps, ils se­ront par­faits à sa­vou­rer cet été.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.