Pro­vence

Des blancs en­thou­sias­mants

La Revue du Vin de France - - SOMMAIRE - Textes et dé­gus­ta­tions d’Alexis Gou­jard A. Gd

Le froid, la grêle en juillet, les fortes pré­ci­pi­ta­tions… En 2013, la mé­téo a été sé­vère avec les vi­gne­rons de Pro­vence. Tout a com­men­cé avec un prin­temps frais et plu­vieux qui a en­traî­né un re­tard de la fo­rai­son, pro­vo­quant de la cou­lure sur les gre­naches, c’est-à-dire une chute des feurs et des jeunes fruits. Le sce­na­rio a em­pi­ré à la mi-juillet au nord des Co­teaux d’Aix-en-Pro­vence. À Rians et à Jouques, no­tam­ment, où la grêle a ra­va­gé une grande par­tie des vi­gnobles du do­maine La Réal­tière et du châ­teau Re­ve­lette.

Après l’été, l’ar­rière-sai­son fraîche a ra­len­ti la ma­tu­ra­tion des rai­sins, re­tar­dant les ven­danges d’une quin­zaine de jours en moyenne. Les vi­gne­rons sont re­ve­nus aux dates de ré­coltes des an­nées 90, plus fraîches. Au fnal, peu de vi­gne­rons ont ré­col­té les rouges à des ma­tu­ri­tés op­ti­males. Des nom­breux rouges pré­sentent des ma­tières di­luées qui re­posent par­fois sur des ta­nins durs. En cave, il ne fal­lait pas cher­cher de grandes concentrations, mais ex­traire en dou­ceur pour pré­ser­ver des par­fums frais et des struc­tures di­gestes. Les plus beaux rouges n’au­ront donc pas un im­mense po­ten­tiel de garde. Sauf ex­cep­tions, il fau­dra boire les côtes-de-pro­vence, co­teaux-va­rois, co­teaux-d’aix et bel­let dans les 5-6 ans, et les ban­dols dans une di­zaine d’an­nées, mais ils sé­dui­ront les ama­teurs de rouges en de­mi-puis­sance et ten­dus. Sans au­cun doute, 2013 est l’an­née des blancs. Ces der­niers ont na­tu­rel­le­ment dé­ve­lop­pé des arômes francs et une chair sa­pide qui les rendent ex­trê­me­ment sé­dui­sants. Nous avons été en­thou­sias­més par les rolles de Bel­let, au-des­sus de Nice, et des Cô­tesde-Pro­vence, les as­sem­blages à do­mi­nante de clai­rette de Pa­lette et des Baux-de-Pro­vence ou ceux de mar­sanne et ugni blancs des vi­gne­rons les plus am­bi­tieux de Cas­sis.

Sur ce mil­lé­sime dif­cile, les vo­lumes ont chu­té de 30 % en moyenne par rap­port à une an­née clas­sique comme 2011. Du coup, vous trou­ve­rez peu de rouges 2013 sur le mar­ché. D’au­tant que beau­coup de do­maines ont pri­vi­lé­gié les ro­sés dont les vo­lumes ont aug­men­té de plus de 3 % par rap­port à 2012 (lire notre dos­sier ro­sés dans La RVF n° 581 de mai, tou­jours en kiosque).

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.