La Poste cen­sure Pu­li­gny-Mon­tra­chet

La Poste re­fuse d’édi­ter un timbre per­son­na­li­sé pour le Clos des Che­va­liers.

La Revue du Vin de France - - EN PRIMEUR - Guillaume Ba­roin

Il n’en re­vient tou­jours pas, Jean-Michel Char­tron, vi­ti­cul­teur à Pu­li­gnyMon­tra­chet, en Côte-d’Or (do­maine Jean Char­tron, une étoile au Guide vert).

Fin 2013, ce vigneron dé­cide d’en­voyer des voeux ori­gi­naux à ses clients et passe com­mande de timbres per­son­na­li­sés à La Poste, qui dé­ve­loppe ce nou­veau ser­vice. Loi Évin oblige, il évite d’y faire fgu­rer un verre de vin ou une bou­teille, ce qui est dé­jà acro­ba­tique pour un do­maine vi­ti­cole.

Mais M. Char­tron ne veut pas d’his­toire : pour illus­trer son timbre, il choi­sit la très sym­bo­lique porte d’en­trée de son Clos des Che­va­liers. Un Grand cru pres­ti­gieux et un cli­mat bien­tôt clas­sé par l’Unesco, pa­tri­moine de pierre taillé, mille fois pho­to­gra­phié par les pas­sion­nés du monde en­tier.

M. Char­tron règle sa fac­ture mais re­çoit un cour­riel de La Poste : « La ligne de com­mande est an­nu­lée pour re­fus de vi­suel non conforme aux condi­tions gé­né­rales de ventes » . Entre pa­ren­thèses, fgure la si­nistre men­tion : « (Loi Évin) » .

Alors que Laurent Fa­bius, au Quai d’Or­say, s’ap­puie sur l’oe­no­tou­risme pour sé­duire les étran­gers, La Poste, elle, voit dans la pho­to de la porte d’un grand do­maine une in­ci­ta­tion à l’al­coo­lisme. Dé­so­lant.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.