Les spé­cu­la­teurs dé­çus

La Revue du Vin de France - - DÉGUSTATION -

Bor­deaux pen­sait avoir tout vu en terme de hausse de prix avec 2000. Cinq ans plus tard, dans une eu­pho­rie gé­né­rale, 2005 dé­mon­trait qu’il était en­core pos­sible d’al­ler plus haut. Avec des prix en hausse de 50 % à plus de 100 % par rap­port à 2004, 2005 s’est ins­crit à l’époque comme le mil­lé­sime le plus cher de l’his­toire de Bor­deaux (bat­tu de­puis par 2009 et 2010). Des seuils psy­cho­lo­giques furent fran­chis. Mais si la cam­pagne fut un suc­cès pour les châ­teaux, les spé­cu­la­teurs en sont pour leurs frais. À la lec­ture de la cote des 2005 pu­bliée dans ce dos­sier, la plus-va­lue n’est pas im­pres­sion­nante, voire nulle. Pre­nons l’exemple de Châ­teau Mar­gaux 2005. Ven­du 586 € en pri­meur, il est pro­po­sé au­jourd’hui à 549 €. O. Pls fi­nale sa­vou­reuse, évo­luant vers des notes de fruits rouges.

et soyeux en fi­nale.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.