Pierre Gué­nant, le li­braire vigneron

La Revue du Vin de France - - PLANÉTE VIN -

Le dis­cret Pierre Gué­nant, vigneron en Co­teaux d’Aix, est un bi­blio­phile sé­rieux. Au faîte d’une brillante car­rière dans les af­faires, à la tête de 166 hec­tares de vignes près de Rognes (châ­teau Beau­lieu, vil­la Bau­lieu, Clos des Trois Sources), il a conser­vé in­tacte une pas­sion d’en­fance : « À 12 ans, j’ai ache­té mon pre­mier livre, La France im­mor­telle, [Louis Ma­de­lin], dans une édi­tion cou­rante, et avec mon ar­gent de poche, je l’ai fait re­lier. »

Ce n’est pas la pos­ture d’un grand pa­tron ayant fait for­tune dans l’au­to­mo­bile (PGA Mo­tors), tou­jours très ac­tif dans les cercles di­ri­geants (vice-pré­sident de la CFAO, ex­Com­pa­gnie fran­çaise de l’Afrique oc­ci­den­tale) et jusque dans l’éco­no­mie du vin (il est ac­tion­naire et ad­mi­nis­tra­teur du groupe Ad­vi­ni). Voi­ci huit ans, pour évi­ter que les mar­chands du temple ne la rayent du 145, bd Saint-Ger­main (Pa­ris VIe), il a ra­che­té Nicaise, pe­tite en­seigne de livres d’art dont Fran­çois Mit­ter­rand était un client. Vi­ce­pré­sident de la Fon­da­tion Va­sa­re­ly, Pierre Gué­nant est aus­si mé­cène du Prix Apol­li­naire. À chaque édi­tion de ce Gon­court de la poé­sie, il fait des­si­ner par un ar­tiste l’éti­quette de sa marque Vil­la Bau­lieu, dont il rêve qu’elle chal­lenge un jour son voi­sin, le châ­teau Si­mone, star de Pa­lette. « 150 éti­quettes ori­gi­nales nu­mé­ro­tées et si­gnées par l’ar­tiste. Mieux qu’à Mou­ton où les Roth­schild ne com­mandent qu’un ori­gi­nal qu’ils conservent » , s’amuse-t-il.

Sa bi­blio­thèque, en Pro­vence, re­cèle des mil­liers d’ou­vrages rares ayant trait à l’his­toire na­tu­relle, aux ma­thé­ma­tiques et sur­tout au vin. De pro­prie­ta­ti­bus re­rum (Bar­tho­lo­maeus An­gli­cus, édi­tion de 1488), Théâtre d’agri­cul­ture et mesnage des champs (Olivier de Serres, 1600), L’Am­pé­lo­gra­phie, trai­té gé­né­ral de viticulture (Via­la et Ver­mo­rel, 1900), etc. Une col­lec­tion moins vo­lu­mi­neuse que celle de Ber­nard Pla­geoles (Gaillac) mais consti­tuant un sanc­tuaire des arts an­ciens de la vigne. La lec­ture d’une an­tique re­cette de vin cuit pro­ven­çal dans To­po­gra­phie de tous les vi­gnobles connus (An­dré Jul­lien, 1816) lui avait don­né l’idée d’en re­lan­cer la pro­duc­tion. Las ! Des agents des Fraudes lui ont si­gni­fié qu’il ne pou­vait uti­li­ser la men­tion “vin” pour ce type de breu­vage. Pline l’An­cien, qui en bu­vait voi­ci 2 000 ans, au­rait ai­mé dé­non­cer ce so­phisme bu­reau­cra­tique.

PIERRE GUÉ­NANT chez Nicaise, sa cé­lèbre li­brai­rie d’art du bou­le­vard Saint-Ger­main. Chaque an­née, il ha­bille sa marque ve­dette,

Vil­la Bau­lieu, d’une éti­quette d’ar­tiste.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.