La viticulture doit évo­luer avec les chan­ge­ments cli­ma­tiques

Les ven­danges ont été avan­cées de deux se­maines en vingt ans dans le Bor­de­lais.

La Revue du Vin de France - - VIN & AFFAIRES -

Les consé­quences du chan­ge­ment cli­ma­tique se font dé­jà sen­tir de ma­nière concrète dans cer­tains sec­teurs, à l’exemple de la vigne. Le ma­ga­zine Al­ter­na­tives éco­no­miques (*), s’est in­té­res­sé au su­jet, ci­tant le cas du cé­lèbre vigneron de Mar­mande, Elian Da Ros. La conju­gai­son de pluies trop abon­dantes et d’orages de grêle de plus en plus vio­lents dans le Sud-Ouest a été dra­ma­tique pour sa tré­so­re­rie. « En l’es­pace de trois an­nées seu­le­ment, nous avons per­du l’équi­valent d’un an de chiffre d’af­faires » , ex­plique-t-il. Les cas de ra­vage de par­celles concernent en réa­li­té l’en­semble du pays de­puis quelques an­nées et re­pré­sentent la par­tie émer­gée de l’ice­berg. De­puis trois ans, la grêle s’acharne sur Vol­nay, Pom­mard, Meur­sault… En juin, le der­nier épi­sode a été ra­va­geur pour le mil­lé­sime 2014, et en­core des gé­né­ra­teurs à io­dure d’ar­gent ont-ils per­mis de li­mi­ter la taille des grê­lons, comme le rap­pe­lait Thié­bault Hu­ber, pré­sident du syn­di­cat de l’ap­pel­la­tion Vol­nay, et aus­si pré­sident de l’As­so­cia­tion ré­gio­nale d’étude et de lutte contre les fléaux cli­ma­tiques (Arel­fa). Au-de­là de ces coups de gri­sou, il est dif­fi­cile d’éva­luer à moyen terme les formes que pren­dra ce “chan­ge­ment vi­ti­cole”. On sait par exemple que l’on ré­col­te­ra de moins en moins de rai­sins (voir gra­phique ci-des­sous), que les ven­danges se­ront plus pré­coces et que les baies se­ront plus aro­ma­tiques, plus riches, avec moins d’aci­di­té.

L’Ins­ti­tut na­tio­nal de la re­cherche agro­no­mique (In­ra) a cal­cu­lé que la ré­colte des rai­sins dans le Bor­de­lais avait été avan­cée en moyenne de quinze jours de­puis vingt ans et de trois se­maines en un siècle. Pour s’adap­ter aux nou­velles condi­tions, les pro­fes­sion­nels com­mencent à pri­vi­lé­gier des cé­pages tar­difs (sy­rah) au dé­tri­ment de plants pré­coces (mer­lot). Ils plantent moins en plaine et plus en hau­teur. La taille des feuilles est, elle, dé­lais­sée pour for­mer un écran pro­té­geant les baies du so­leil. Fau­dra-t-il un jour mo­di­fier la date de sor­tie du cé­lèbre beau­jo­lais nou­veau ?

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.