Mar­ce­lo Pel­le­ri­ti fait dan­ser Po­me­rol au son du rock

La Revue du Vin de France - - PLANÈTE VIN -

Dans son loin­tain pays, l’Ar­gen­tine, cet homme est une star du grand vi­gnoble lo­cal : Men­do­za. Dis­ciple de l’in­fluent Michel Rol­land, maître d’oeuvre à la puis­sante Bo­de­ga Mon­te­vie­jo, membre de la caste des cou­ron­nés 100/100 Par­ker, et même... ro­ckeur à l’éner­gie vi­vi­fiante (fes­ti­val Wine Rock), Mar­ce­lo Pel­le­ri­ti, 45 ans, ne vous lâche pas quand il vous parle avec les mains.

En France, ce bar­bu aux idées aus­si longues que sa che­ve­lure est un in­con­nu. Il avale ses 24 heures de voyage pour dé­bar­quer tous les ans à Po­me­rol, au mo­ment des ven­danges.

Cette fois, pour le mil­lé­sime 2014, il est ar­ri­vé aux châ­teaux La Vio­lette, Le Gay et Mont­viel (fa­mille de feu Catherine Pé­ré-Ver­gé, éga­le­ment pro­prié­taire de Mon­te­vie­jo) avec un grand projet à fi­na­li­ser : vi­ni­fier 100 % de la ré­colte di­rec­te­ment en fûts, c’est-àdire en se pas­sant du pas­sage en cuves.

Une tech­nique dite de “mi­cro­vi­ni­fi­ca­tion” qui com­mence à faire des émules dans les très grands vins. « Cha­cun a sa re­cette. Nous, avec Michel [Rol­land], nous avons dé­mar­ré dès 2006 à La Vio­lette. Au­jourd’hui, l’idée est de pla­cer 80 à 90 % des baies plus le reste en grappes en­tières pen­dant 35 jours, avec jus­qu’à plu­sieurs opé­ra­tions de pi­geages quo­ti­diennes. Un bou­lot de fou ! » , ex­plique-t-il. Au­jourd’hui, 370 bar­riques neuves ont été pla­cées sur le site de Le Gay (do­ré­na­vant cli­ma­ti­sé à 5° C), et les cuves écar­tées.

Une ré­vo­lu­tion ! Mar­ce­lo le ro­ckeur la­ti­no as­sure que le ré­sul­tat est sai­sis­sant et que l’échange entre les jus et le bois se fait beau­coup plus ra­pi­de­ment. En Ar­gen­tine, il réa­lise dé­jà les cu­vées ve­dettes La Vio­le­ta et Lin­da­flor grâce à cette tech­nique. À Po­me­rol, des es­sais ont été réa­li­sés sur le Ma­noir de Gay (se­cond vin). « Nous vou­lons être les pre­miers grands crus bor­de­lais à pra­ti­quer la mi­cro­vi­ni­fi­ca­tion à 100 % » , ad­met Hen­ri Parent, fils Pé­ré-Ver­gé et nou­veau di­ri­geant des do­maines. À la mort de sa mère, il y a un an et de­mi, dans un aé­ro­port ar­gen­tin, il a re­nou­ve­lé le pacte avec Mar­ce­lo, qui lui a pré­ci­sé : « On est re­par­ti, à condi­tion que ce soit pour trente ans ! » .

MAR­CE­LO PEL­LE­RI­TI. À Men­do­za, on le sur­nomme

“le Ji­mi Hen­drix du vin”.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.