Les vi­gne­rons se battent pour l’usage du “.vin” sur le Net

Vi­gne­rons eu­ro­péens et amé­ri­cains se liguent pour em­pê­cher le ré­gu­la­teur amé­ri­cain de l’In­ter­net mon­dial, l’Icann, de vendre au plus ofrant l’uti­li­sa­tion sans contrôle d’ap­pel­la­tions liées au monde du vin.

La Revue du Vin de France - - SOMMAIRE - Bap­tiste Char­bon­nel

S’il exis­tait, www.bor­deaux.vin se­rait un nom de site à même d’ins­pi­rer confance. Et pour­tant, il pour­rait ser­vir d’adresse à un ca­viste en ligne tra­fi­quant de grands crus bor­de­lais contre­faits.

Un scé­na­rio ca­tas­trophe que vou­drait évi­ter la France, vent de­bout contre la me­nace de l’uti­li­sa­tion sans contrôle de ses ap­pel­la­tions sur In­ter­net.

Face à elle, le ré­gu­la­teur amé­ri­cain de l’In­ter­net mon­dial : l’Icann ( In­ter­net cor­po­ra­tion for as­si­gned names and num­bers), qui a lan­cé un ap­pel à can­di­da­tures au­près de so­cié­tés pri­vées pour ex­ploi­ter les sufxes “.vin” et “.wine”. En clair, l’Icann veut vendre aux plus ofrants des noms de do­maines tels que “cham­pagne.vin” ou “beau­jo­lais. wine” en se sou­ciant comme d’une guigne que les ac­qué­reurs aient un lien ou non avec ces ap­pel­la­tions et qu’ils res­pectent leurs règles.

Pour stop­per ce pro­ces­sus, deux re­cours à l’amiable ont été en­ga­gés contre l’Icann, le pre­mier via la Com­mis­sion eu­ro­péenne, le se­cond via cer­taines or­ga­ni­sa­tions pro­fes­sion­nelles du sec­teur en Eu­rope et aux États-Unis.

Car les ac­teurs de la viticulture amé­ri­caine se mo­bi­lisent à leur tour. Jus­qu’à pré­sent dis­crets, ils sont in­quiets pour l’ave­nir des dé­no­mi­na­tions ré­gio­nales et de­mandent à Wa­shing­ton de se dé­so­li­da­ri­ser de l’Icann.

Lors de la der­nière ses­sion de l’Icann à Los An­geles, mioc­tobre, « les pro­fes­sion­nels amé­ri­cains du vin ont dé­mon­tré à toute l’industrie d’In­ter­net et aux gou­ver­ne­ments re­pré­sen­tés qu’ils sont avec nous » , té­moigne le di­rec­teur de la CNAOC (con­fé­dé­ra­tion des AOC), Pas­cal Bo­billier-Mon­not.

Mais l’Icann ne plie pas car la por­tée de ce dos­sier pour­rait bien­tôt concer­ner tous les sec­teurs de l’éco­no­mie avec un nou­veau cycle d’ou­ver­ture de noms de do­maine en 2016. « Si nous lais­sons In­ter­net se dé­ré­gu­ler, un in­ves­tis­seur étran­ger pour­ra de­main ache­ter le do­maine “www. chartres.tou­risme” et faire payer les com­mer­çants de Chartres pour qu’ils ap­pa­raissent. Le tout en fai­sant sor­tir l’ar­gent de France » , pré­vient Pas­cal Bo­billier-Mon­not.

Le­maire em­bar­ras­sée

En juin, la mi­nistre de l’Éco­no­mie nu­mé­rique, Axelle Le­maire, a exi­gé de l’Icann la sus­pen­sion du pro­ces­sus d’at­tri­bu­tion des “.vin” et “.wine”. Le pré­sident de l’Icann a ré­tor­qué en sep­tembre que la France avait eu l’oc­ca­sion de ré­ser­ver le “.vin” mais qu’elle avait re­fu­sé la pro­po­si­tion.

Vi­gne­rons fran­çais et amé­ri­cains dé­fi­le­ront-ils en­semble pour la pre­mière fois au nom de la dé­fense de leurs in­té­rêts ?

Le bras de fer est en­ga­gé entre Axelle Le­maire, la mi­nistre de l’Éco­no­mie nu­mé­rique, et l’Amé­ri­cain Fa­di Che­hade, pré­sident de l’Icann.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.