COM­MENT SU­BLI­MER DES SAINT-JACQUES AVEC UN GRAND RIES­LING SEC

La Revue du Vin de France - - GRANDS ACCORDS -

Cé­page roi de l’Al­sace, le ries­ling s’avère un ex­tra­or­di­naire ré­vé­la­teur de ter­roir. Il donne nais­sance à de grands vins de gas­tro­no­mie ca­pables de s’ac­cor­der avec de nom­breux plats. La ten­dance ac­tuelle de le vi­ni­fer de plus en plus sec lui sied à mer­veille. Elle lui ouvre sur­tout de nou­veaux ho­ri­zons en termes d’ac­cords mets et vins. Le ries­ling ac­com­pagne avec dis­tinc­tion pois­sons nobles et crus­ta­cés. De nom­breuses viandes blanches s’ac­cordent éga­le­ment à sa fne tex­ture. Is­su d’un très beau mil­lé­sime de ten­sion et de pré­ci­sion, ce vin ex­prime avec brio la sa­li­ni­té et la mi­né­ra­li­té du ter­roir du grand cru Kitterlé. Le nez, fn et ou­vert, dé­voile une large pa­lette d’arômes d’agrumes et de fruits blancs. Il dé­roule lon­gue­ment, avec une ex­pres­sion cris­tal­line en fnale. Si vous n’avez pas ce vin, op­tez pour un ries­ling fou­gueux, épu­ré et do­té d’une so­lide aci­di­té. Ce plat, vé­ri­table “si­gna­ture” de la mai­son, al­lie la fne tex­ture de la saint-jacques, le grain de la pu­rée d’ar­ti­chaut et l’aci­di­té des agrumes. Une com­po­si­tion épu­rée et juste en sa­veurs qui res­pecte l’iode et ap­porte ce qu’il faut de moel­leux et une pe­tite touche aci­du­lée qui to­nife la com­po­si­tion.

CLAS­SI­CISME

AL­SA­CIEN. Le ries­ling de

Sé­ve­rine Schlum­ber­ger

a conquis la cui­sine de Ni­co­las Stamm.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.