VA­RIA­TIONS ROYALES DU CH­TEAU FOR­TIA

La Revue du Vin de France - - MAGAZINE - Cu­vée Tra­di­tion : Cu­vée Ré­serve : Pour­quoi ne pas éle­ver des cu­vées en bar­riques ? Com­ment sont com­mer­cia­li­sés vos vins ? L’ave­nir de For­tia res­te­ra-t-il fa­mi­lial ?

Notes mi­né­rales, avec de la pêche blanche, du miel, de la noi­sette. Bouche ample et ronde, à la ner­vo­si­té sous-ja­cente, bien fondue. Fi­nale sur l’amande fraîche. Style élé­gant. Un nez fin, avec du fruit blanc, du miel, des notes flo­rales, une touche ani­sée. Bouche vive, aro­ma­tique, avec du gras, de la lon­gueur, une fi­nale fraîche et épi­cée.

70 % gre­nache, 20 % sy­rah, 10 % mour­vèdre. Vin très frui­té, en­ca­dré par des ta­nins en­core pré­sents, poi­vrés, avec une belle fi­nale ex­pres­sive.

80 % sy­rah, 20 % mour­vèdre. Bouche struc­tu­rée, aux ta­nins puis­sants et épi­cés et à la fi­nale ré­glis­sée. Vin dé­jà sé­dui­sant mais pro­mis à un bel ave­nir. En­core en foudres. Nez bien frui­té, sur la ce­rise bur­lat, avec des notes flo­rales, épi­cées, une pointe men­thée. Bouche fraîche, avec du fruit, des ta­nins poi­vrés en­core pré­sents. Un nez épi­cé, avec des touches bal­sa­miques. Bouche gé­né­reuse et pleine, avec des ta­nins un peu grillés, de la fraî­cheur. Du fond et de la struc­ture, il fau­dra l’at­tendre. Nez un peu men­tho­lé, de fruits rouges confits et de cuir. Bouche sur un frui­té vif, avec des ta­nins puis­sants et épi­cés, une fi­nale mar­quée par le poivre. Vin très struc­tu­ré à at­tendre. Nez ré­glis­sé, de ce­rise noire. Bouche frui­tée, struc­tu­rée par des ta­nins riches et bien sa­ti­nés. Bonne fraî­cheur en fi­nale qui équi­libre un en­semble gé­né­reux. Lon­gueur épi­cée. Nez de ce­rise noire, fruits confits, sous-bois et menthe sau­vage. Bouche sur un beau frui­té se­con­daire. Ta­nins riches et fon­dus. Vin ra­cé et très ex­pres­sif, à son apo­gée. Nez sur des vé­gé­taux aro­ma­tiques, du cuir, des fruits com­po­tés, de la figue sèche et du vieux por­to. Bouche aux ta­nins fon­dus. Vin un peu dé­ca­dent, mais sé­dui­sant. J’es­time que tout mon tra­vail sur les par­celles se­rait gom­mé par l’ap­port aro­ma­tique du boi­sé. Et Châ­teau­neuf-du-Pape cultive de­puis long­temps les éle­vages en foudres âgés. Je pré­fère en res­pec­ter la tra­di­tion, mes clients le com­prennent. Une par­tie de la ré­colte est ven­due en vrac à un cé­lèbre né­go­ciant rho­da­nien, le reste se di­vise en plu­sieurs cu­vées. 75 % vont à l’ex­port : Ca­na­da, États-Unis, An­gle­terre, Da­ne­mark. En France, les ventes se font au ca­veau, dans les foires aux vins et par bouche-à-oreille. Nos en­fants mènent leur car­rière avec suc­cès dans d’autres sec­teurs. Je ne les vois pas prendre la suite, même si une de mes filles, Sybille, a un pa­lais ex­cep­tion­nel. Mais nous ne ven­drons pas, nous pré­fé­re­rions confier la gé­rance à une per­sonne com­pé­tente et mo­ti­vée. For­tia doit res­ter dans la fa­mille du ba­ron.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.