BA­TAILLE DES CAVES DE LUXE À PA­RIS !

La Revue du Vin de France - - ENQUÊTE -

Loin de l’uni­vers des ca­vistes de quar­tier, La Grande Épi­ce­rie, les Ga­le­ries La­fayette et Lavinia se livrent un com­bat achar­né pour do­mi­ner le ju­teux mar­ché pa­ri­sien des crus d’ex­cep­tion, no­tam­ment au­près de la riche clien­tèle étran­gère. Dé­co dé­me­su­rée, in­ves­tis­se­ments de plu­sieurs di­zaines de mil­lions d’eu­ros… et le vin dans tout ce­la ?

Pro­prié­taires des trois plus grandes caves pa­ri­siennes, ils mettent tout en oeuvre pour sé­duire la clien­tèle for­tu­née, les riches Russes et Chi­nois de pas­sage à Pa­ris. Pré­sen­toirs de­si­gn, éclai­rage ta­mi­sé, per­son­nel bi­lingue… Ici, les grands crus ont trou­vé un écrin à la hau­teur de l’ego des pro­prié­taires des lieux.

Ur­gence aux Ga­le­ries La­fayette

Der­nière créa­tion en date, la re­prise en main de la cave des Ga­le­ries La­fayette par la fa­mille Moueix. Long­temps si­tuée au 1er étage du La­fayette Homme, la pres­ti­gieuse cave a tra­ver­sé le bou­le­vard Hauss­mann pour re­joindre le ma­ga­sin La­fayette Mai­son.

Un dé­mé­na­ge­ment in­ter­ve­nu après des tra­vaux gi­gan­tesques et dans des dé­lais très ser­rés : quatre mois pour trans­for­mer 450 m2 en une luxueuse cave ca­pable d’ac­cueillir 2 500 ré­fé­rences. Sans comp­ter la lo­gis­tique, car dans la ca­pi­tale tout est plus com­pli­qué, à com­men­cer par les li­vrai­sons. « Il y avait les tra­vaux, les pa­lettes à ache­mi­ner au 1er étage, les car­tons vides à ren­voyer… Quand tout fut fi­ni, il ne nous res­tait que quelques jours pour dis­po­ser dans les rayons près de 23 000 bou­teilles ! » , se sou­vient fié­vreu­se­ment Ch­ris­tophe Du­four­nier, en charge du développement de la cave.

Casse-tête au Bon Mar­ché

Au Bon Mar­ché, là aus­si, la cave a été en­tiè­re­ment re­faite. Un ré­amé­na­ge­ment aux al­lures de casse-tête pour l’équipe d’Hugues For­get, res­pon­sable de la cave. Car pen­dant les tra­vaux, le grand ma­ga­sin de la Rive gauche est res­té ou­vert.

Rue de Sèvres, dé­sor­mais, la cave se dé­ploie au sous-sol dans deux tra­vées en arcs de cercle, aux voûtes de briques blanches, au sol de gra­nit noir et au mo­bi­lier 100 % chêne. Un dé­cor im­pres­sion­nant. Pour ne pas dire in­ti­mi­dant... Trop peut-être ? « La cave de La Grande Épi­ce­rie est peut-être spec­ta­cu­laire, mais c’est le but re­cher­ché », tem­père Phi­lippe Noyer, agent com­mer­cial pour plu­sieurs grands do­maines du vi­gnoble comme les cham­pagnes Jacques Se­losse ou le Clos Rou­geard, à Sau­mur-Cham­pi­gny. Pour ce­lui que tout le monde sur­nomme “Ma Poule”, la cave

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.