Le bio lorgne sur les cé­pages hy­brides

Aban­don­nés dans les an­nées 50 à cause de leurs goûts “foxés”, les cé­pages hy­brides in­té­ressent à nou­veau les vi­gne­rons bio : ré­sis­tants aux ma­la­dies, ils per­mettent de li­mi­ter les trai­te­ments chi­miques de la vigne.

La Revue du Vin de France - - SOMMAIRE - Bap­tiste Char­bon­nel

Voi­ci un pa­ra­doxe que le vi­gne­ron Guy Cuis­set ne veut plus in­car­ner : « Quand on tra­vaille en bio, je pense qu’on ne de­vrait pas pas­ser son temps à trai­ter sa vigne » .

Sur sa pro­prié­té de châ­teau Gri­nou à Mo­nes­tier, en Dor­dogne, cer­ti­fée bio de­puis 2009, Guy Cuis­set a trai­té ses vignes à treize re­prises pour la seule an­née 2014 contre le mil­diou, l’oï­dium ou le black rot. Une fré­quence in­com­pa­tible avec ses prin­cipes : « Je me vois comme un fl­treur d’eau, qui doit veiller à ce que le fltre, c’est-à-dire la terre, reste propre. La ques­tion qui se pose est donc : com­ment faire ré­gres­ser le chi­mique ? » . Pour y ré­pondre, il dé­cide en 2014 de plan­ter des cé­pages hy­brides ré­sis­tant aux ma­la­dies cryp­to­ga­miques.

Dif­fé­rents des OGM

Aus­si ap­pe­lés ré­sis­tants ou pi­wi, ces cé­pages n’ont rien à voir avec des OGM. Ca­ber­net blanc, ca­ber­net ju­ra, 6-04... Ils sont le fruit du croi­se­ment sexué de deux va­rié­tés, choi­sies en par­tie pour leur ré­sis­tance na­tu­relle aux ma­la­dies. Une im­mu­ni­té utile car elle an­nule le be­soin de trai­ter. Cette so­lu­tion se ré­pand au­jourd’hui un peu par­tout, et même jus­qu’en Bel­gique.

L’idée lui a été ins­pi­rée par deux vi­gne­rons qu’il ad­mire, Fran­çois Pu­gi­bet et son fils Vincent, pro­prié­taires du do­maine de la Co­lom­bette, dans la ré­gion de Bé­ziers.

Avec 40 hec­tares plan­tés en cé­pages ré­sis­tants, ils cultivent la sur­face hy­bride nou­velle gé­né­ra­tion la plus éten­due en France (sur une cen­taine d’hec­tares au to­tal, et 6 à 7 000 hec­tares d’an­ciennes va­rié­tés hy­brides).

Après avoir plan­té des va­rié­tés al­le­mandes et suisses en 2007, les Pu­gi­bet mènent de­puis trois ans leurs propres ex­pé­riences pour trou­ver les croi­se­ments les mieux adap­tés à leur ter­roir.

« Marre du cuivre »

Des re­cherches nour­ries de pa­tience puis­qu’il faut près de vingt ans pour sé­lec­tion­ner une va­rié­té. Une aven­ture hy­bride née de la vo­lon­té de res­pec­ter l’en­vi­ron­ne­ment.

« On en avait marre du cuivre, qui est un bac­té­ri­cide très puis­sant. Si on ap­pli­quait au vin les mêmes normes qu’à l’eau, tous les vins bio

se­raient im­propres à la consom­ma­tion » , phi­lo­sophe Fran­çois Pu­gi­bet. Le vi­gne­ron en­tend conver­tir l’en­semble de ses 140 ha, per­sua­dé que « dans dix ans, on ne par­le­ra que de ça » .

Des goûts “foxés”

Avant d’en ar­ri­ver là, quelques obs­tacles res­tent à fran­chir. À com­men­cer par ce­lui de l’image. « Alors qu’ils re­pré­sen­taient 40 % du vi­gnoble fran­çais à la fn des an­nées 50, les cé­pages hy­brides ont été re­je­tés car ils don­naient des vins dés­équi­li­brés par de puis­sants arômes her­ba­cés ou “foxés” com­ment disent les An­glais » , rap­pelle Jacques Rous­seau, des ser­vices vi­ti­coles au groupe Ins­ti­tut co­opé­ra­tif du vin (ICV).

Une ré­pu­ta­tion per­sis­tante mal­gré des pro­grès. « Al­le­mands et Suisses ont prou­vé que des cé­pages hy­brides de la der­nière gé­né­ra­tion peuvent don­ner de bons vins » , as­sure-t-il. L’In­ra, qui a re­pris des re­cherches dans ce do­maine de­puis une quin­zaine d’an­nées, de­vrait pré­sen­ter ses pre­miers ré­sul­tats en 2016. Pour­tant, les vi­gne­rons qui s’en­gagent dans cette voie res­tent peu sou­te­nus : « Les plants coûtent deux fois plus cher, il n’y a pas d’aide et on doit lut­ter pour en­re­gis­trer nos plan­ta­tions » , énu­mère Guy Cuis­set.

Le vi­gne­ron du Sud-Ouest juge même que les pro­grès des cé­pages hy­brides pour­raient créer des ten­sions : « À qui l’in­dus­trie phy­to­sa­ni­taire ven­dra-telle ses pro­duits si nous n’en avons plus be­soin ? ».

En pré­cur­seurs, Fran­çois Pu­gi­bet et son fils Vincent, pro­prié­taires du do­maine de

la Co­lom­bette près de Bé­ziers, tentent de créer leurs propres cé­pages croi­sés.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.