Le pi­no­tage, cé­page à suivre

Le cé­page sud-afri­cain triomphe à l’aveugle au Taj Clas­sic Wine Tro­phy.

La Revue du Vin de France - - ACTUALITÉS - Oli­vier Poels

Is­su d’un croi­se­ment réa­li­sé en 1912 entre le pi­not noir et le cin­sault, il a sou­vent don­né nais­sance à des vins un peu rus­tiques, aux notes fu­mées et aux ta­nins an­gu­leux. Pour­tant, le pi­no­tage, lors­qu’il est ha­bi­le­ment vi­ni­fié, peut ex­pri­mer élé­gance et fnesse.

Deux d’entre eux, si­gnés par les do­maines Groot Cons­tan­cia et Cha­mo­nix, ont ain­si em­bal­lé le ju­ry du 17e Taj Clas­sic Wine Tro­phy, or­ga­ni­sé dé­but mars en collaboration avec La RVF, à Cape Town (Afrique du Sud).

Les 12 membres du ju­ry ont dé­cer­né au to­tal 16 mé­dailles à des vins se dis­tin­guant par leur équi­libre et leur fraî­cheur dans un pays de­meu­rant ma­jo­ri­tai­re­ment tour­né vers le “goût an­glo-saxon”, pri­vi­lé­giant ri­chesse, ex­trac­tion et boi­sé. « Les choses changent peu à peu et une voie vers des vins moins dé­mons­tra­tifs se des­sine », ex­plique l’or­ga­ni­sa­teur du concours, Ch­ris­tophe Durand, épau­lé par la re­mar­quable Sa­bri­na.

Le su­perbe char­don­nay d’Ha­mil­ton Rus­sel, le Mor­gens­ter 2001 (as­sem­blage bor­de­lais) et le pi­not noir de Su­ma­ridge laissent en­tendre que l’Afrique du Sud, riche d’une his­toire vi­ti­cole de 350 ans, peut jouer un rôle ma­jeur sur la scène in­ter­na­tio­nale.

Les lau­réats du concours, tous dis­tin­gués

par un ju­ry d’ori­gine fran­çaise.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.