Le do­maine Ja­met af­fole les ventes

L’in­té­rêt pour les vins rho­da­niens se confirme et ré­veille un mar­ché as­sou­pi.

La Revue du Vin de France - - ECO & ENCHERES -

Face à un CAC40 qui re­prend des cou­leurs, le mar­ché des ventes aux en­chères de vin marque une pause. Les ama­teurs res­tent tou­te­fois à l’af­fût des beaux mil­lé­simes de Bor­deaux, avec une prime aux an­nées ma­tures. Pon­tetCa­net, dé­sor­mais très re­cher­ché, oc­cupe une po­si­tion à part. Sa dé­marche de conver­sion en bio­dy­na­mie re­jaillit sur le cours des mil­lé­simes plus an­ciens, comme 2000.

Les grands crus de Bour­gogne se sta­bi­lisent, du moins dans les an­nées ré­centes. C’est no­tam­ment le cas des mu­si­gnys 2011 de Jacques-Fré­dé­ric Mu­gnier et des cham­ber­tins si­gnés Rous­seau. Ceux du do­maine Du­gat-Py en re­vanche re­partent à la hausse, de même que les vins du Clos de Tart, convoi­tés en 2010 (328 €, +37%). Les vins de La­lou Bi­zeLe­roy fo­ca­lisent eux aus­si l’at­ten­tion, en rouge comme en blanc (do­maine d’Au­ve­nay).

Dans la val­lée de la Loire, le Clos Rou­geard en­chaîne les re­cords : le sau­mur-cham­pi­gny Le Bourg a fran­chi le seuil des 300 eu­ros la bou­teille (2009 : 324 eu­ros). Dans le Rhône, le do­maine Ja­met de­vient la star des ventes, tant pour sa côte-rô­tie “clas­sique” que pour la rare Côte Brune. Le mar­ché se ré­veille et porte un in­té­rêt mar­qué aux vins de cette ré­gion avec, au nord, Chave, Cha­pou­tier, Ja­bou­let et au sud, à Châ­teau­neuf-du-Pape, des noms tels que Rayas, Hen­ri Bon­neau ou La Ja­nasse. Ro­ma­née Saint-Vi­vant 1964 : 1 230 € ; Ri­che­bourg 1949 : 1 538 €, 1964 : 1 230 € ; Au­ve­nay : Criots-Bâ­tardMon­tra­chet 2001 : 876 €, meur­sault Goutte d’Or 2002 : 672 €, meur­sault Les Nar­vaux 2005 : 540 €.

Por­to Hunt’s 1735 : 4 340 €. Pa­ris 1 bou­teille

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.