Ter­roirs des som­mets

Ados­sés aux contre­forts des Py­ré­nées, les vi­gnobles de la val­lée de l’Agly et de Mau­ry, livrent une par­ti­tion ori­gi­nale sur des ter­roirs d’al­ti­tude com­po­sés de schiste et d’ar­gile et de gra­nit.

La Revue du Vin de France - - SOMMAIRE - Par JŽr™me Bau­douin

S’en­fon­cer dans la mon­tagne. Quit­ter le bruyant lit­to­ral mé­di­ter­ra­néen pour la sé­ré­ni­té de l’ar­rière-pays ca­ta­lan, est la pre­mière dé­marche pour se fondre dans les val­lées de Mau­ry et de l’Agly. Le long des routes si­nueuses, les vi­gnobles grimpent lit­té­ra­le­ment sur la mon­tagne pour cap­ter cette fraî­cheur né­ces­saire à l’éla­bo­ra­tion des grands vins de la ré­gion. Ils tirent leur ten­sion, leur éton­nante fraî­cheur en bouche, de ce cli­mat plus frais la nuit que sur le lit­to­ral et de ces ter­roirs pauvres com­po­sés de schistes noirs, de gra­nit, de gneiss et d’ar­giles. Une di­ver­si­té de sols qui com­pose une mo­saïque de ter­roirs, d’une val­lée à l’autre. Dans cet ar­rière-pays, cer­tains vi­gne­rons n’hé­sitent plus à ou­vrir leurs portes pour ac­cueillir les ama­teurs. À l’image du Mas Amiel, emblème de Mau­ry, qui pro­pose une pa­no­plie d’ac­ti­vi­tés de dé­cou­verte du vi­gnoble. Ba­lade en 4 x 4, cir­cuit de ran­don­née dans les vignes, ate­liers de dé­gus­ta­tion au­tour des vins doux na­tu­rels de la mai­son et même une ini­tia­tion au la­bour à che­val sur une de­mi-jour­née. Et pour les plus ro­man­tiques, pos­si­bi­li­té de prendre l’apé­ri­tif au so­leil cou­chant, au som­met de la vigne la plus haute du vi­gnoble, en des­sous de la for­te­resse de Qué­ri­bus. La vue sur la val­lée est à cou­per le soufe. Les vi­sites com­men­tées per­mettent de bien com­prendre l’éla­bo­ra­tion des vins doux na­tu­rels. Non loin de là, la cave co­opé­ra­tive des vi­gne­rons de Mau­ry re­çoit au ca­veau pour des dé­gus­ta­tions. On peut même faire une halte au res­tau­rant at­te­nant qui fait éga­le­ment ca­viste. Dans le même sec­teur, Ro­bert Pou­de­roux, lui aus­si à Mau­ry ou le Roc des Anges à Es­pi­ra-de-l’Agly sont ou­verts au pu­blic sur ren­dez-vous. Plus haut dans la mon­tagne, les che­mins de ran­don­née per­mettent de dé­cou­vrir des vues im­pre­nables sur la Ca­ni­gou et la Mé­di­ter­ra­née. Enfn, en al­lant vers Bé­les­ta, c’est une étrange cave co­opé­ra­tive qui anime le vil­lage. L’an­cien bâ­ti­ment a été re­con­ver­ti en hô­tel-res­tau­rant grâce au ta­lent d’un couple d’ar­chi­tectes fous. Ici, on peut dor­mir dans les an­ciennes cuves en ci­ment! Le do­maine Ri­be­rach est aus­si un pe­tit do­maine vi­ti­cole d’une di­zaine d’hec­tares Mais la table à dé­cou­vrir est in­con­tes­ta­ble­ment celle de Pierre-Louis Ma­rin à Mont­ner, l’Au­berge du Cel­lier. Ce res­tau­rant (un ma­ca­ron au Mi­che­lin) livre une cui­sine catalane de haut vol et ac­ces­sible, où les vins de la ré­gion sont lar­ge­ment mis en avant. En re­des­cen­dant, vers le lit­to­ral, on peut faire une étape à l’Ate­lier de Laurent de Be­sombes Sin­gla. Ce vi­gne­ron si­tué, près de Port Bar­ca­rès à Saint-Laurent-de-laSa­lanque, a ou­vert un bar à vins à cô­té de son do­maine vi­ti­cole où l’on peut éga­le­ment dé­gus­ter quelques assiettes de char­cu­te­ries et de fro­mages. Une bonne étape avant de po­ser les pieds dans le sable.

À Mau­ry, les bon­bonnes de vins doux na­tu­rels

du Mas Amiel sont en­tre­po­sées en plein air.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.