Entre tra­di­tion et mo­der­ni­té

La dé­cou­verte de la Cham­pagne passe au­tant par la vi­site des vi­gne­rons, que des pres­ti­gieuses mai­sons et des co­opé­ra­tives, les trois pi­liers du mo­dèle vi­ti­cole cham­pe­nois.

La Revue du Vin de France - - SOMMAIRE - Par Jé­rôme Bau­douin

Au-de­là de son vin, l a Cham­pagne offre une sin­gu­la­ri­té cultu­relle et éco­no­mique à l’oe­no­phile, qu’il est bon d’abor­der se­lon le prin­cipe du trip­tyque. Alors que Bor­deaux s’af­fiche à l’aulne de ses crus clas­sés et la Bour­gogne de ses do­maines de pe­tite taille, la Cham­pagne s’ins­crit vo­lon­tai­re­ment et de­puis le xixe siècle dans une di­men­sion in­dus­trielle de la pro­duc­tion de cham­pagne avec la force de grandes marques. Mais ce mo­dèle ne se­rait pas com­plet sans l’ap­pui des vi­gne­rons in­dé­pen­dants ou ap­por­teurs de rai­sins et des caves co­opé­ra­tives. Ain­si, l’oe­no­tou­risme à la cham­pe­noise présente ces trois vi­sages. On peut com­men­cer un cir­cuit à par­tir de Reims où siègent par­mi les plus pres­ti­gieuses marques ou­vertes au pu­blic. Mumm, Veuve-Clic­quot, Pom­me­ry et Tait­tin­ger ont dé­ve­lop­pé des cir­cuits de vi­sites sou­ter­raines dans le dé­dale de leurs ga­le­ries de plu­sieurs ki­lo­mètres où dorment leurs stocks de bou­teilles. Cha­cune à sa spé­cia­li­té. Art contem­po­rain ex­po­sé chez Pom­me­ry, gi­gan­tisme chez Veu­veC­lic­quot, et pa­tri­moine chez Tait­tin­ger. Cette der­nière est si­tuée sur les fon­da­tions

de l’an­cienne ab­baye Saint-Ni­caise. En des­cen­dant dans les caves, on peut en­core voir un an­cien es­ca­lier et les traces de ce pas­sé re­li­gieux. Mais la mai­son a éga­le­ment ser­vi d’abris et de ma­ter­ni­té pen­dant la Pre­mière Guerre mon­diale. Un sa­me­di par mois, l’ofce de tou­risme de Reims pro­pose, dans le cadre des com­mé­mo­ra­tions du cen­te­naire de la guerre 14-18, un pas­sage dans les ga­le­ries de la mai­son Tait­tin­ger.

25 mil­lions de bou­teilles à l'an­née

À l’ex­té­rieur, avant de quit­ter Reims, le res­tau­rant Les Crayères est un pas­sage presque obli­gé. Cette table dou­ble­ment étoi­lée pos­sède une carte des vins re­mar­quable (près de 1 000 ré­fé­rences) et des me­nus construits au­tour de pres­ti­gieuses cu­vées de cham­pagne. Hors les murs de la ville, peu de vi­gne­rons sont ou­verts au pu­blic. Ou alors sur ren­dez-vous. Tou­te­fois, Isa­belle et Éric Cou­lon pro­posent des vi­sites de leur vi­gnoble, des jour­nées ven­dange, des ini­tia­tions à la dé­gus­ta­tion, et même des chambres d’hôtes. En­fin, deux caves co­opé­ra­tives, entre Rimes et Éper­nay sont ou­vertes au pu­blic. Non loin du phare de Ver­ze­nay, la pe­tite cave de Mailly Grand Cru re­çoit les vi­si­teurs au ca­veau afn de faire dé­cou­vrir ses cu­vées par­cel­laires, mais ne fait pas vi­si­ter sa cave. De son cô­té, Ni­co­las Feuillatte ouvre au pu­blic son centre de vi­nif­ca­tion ul­tra­mo­derne. La co­opé­ra­tive ex­pose en toute trans­pa­rence son im­pres­sion­nant ou­til de pro­duc­tion, où les ro­bots sont om­ni­pré­sents. C’est la plus im­por­tante de Cham­pagne avec une pro­duc­tion an­nuelle de près de 25 mil­lions de bou­teilles. Et la taille des cuves laisse ima­gi­ner le vo­lume pro­duit. Une image dé­com­plexée qui sou­ligne com­bien le cham­pagne est un pro­duit in­dus­triel et de qua­li­té. Pour se remettre de ses émo­tions, di­rec­tion Avize afn de se res­tau­rer chez An­selme Se­losse, dans son res­tau­rant Les Avi­sés ou pour ren­con­trer Be­noît La­haye qui vous ex­pli­que­ra com­ment il tra­vaille ses quatre hec­tares de vigne en bio­dy­na­mie avec son che­val. Bien loin du gi­gan­tisme de Ni­co­las Feuillatte. Mais les deux co­ha­bitent et font avan­cer la Cham­pagne.

Les soi­rées pri­sées du Wine Bar à Reims. Les Terres Sou­dées, les su­blimes chambres d'hôtes de la fa­mille Cou­lon. Sym­bole du gi­gan­tisme: la cu­ve­rie ul­tra-mo­derne de Ni­co­las Feuillatte. Les caves Tait­tin­ger sont si­tuées sur les fon­da­tions d'une an­cienne ab­baye.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.