Patrimonio : la Mai­son des vins tou­jours à l’aban­don

La Revue du Vin de France - - ACTUALITÉS -

J’ai eu la sur­prise de dé­cou­vrir dans vos pages le chiffre de 4,8 mil­lions d’eu­ros d’in­ves­tis­se­ments pour la réa­li­sa­tion de la Mai­son des vins de Patrimonio, en Corse (lire La RVF n° 592, juin 2015). Il au­rait été plus ju­di­cieux de faire une ana­lyse sur le fond (…) Pour la pe­tite his­toire, la com­mune de Patrimonio a été lau­réate d’un pôle d’ex­cel­lence la­bel­li­sé “Al­liance du Vin et de la Mu­sique”, ap­puyé sur deux axes : l’ac­ti­vi­té sé­cu­laire vi­ti­cole et une tra­di­tion de vi­gne­rons gui­ta­ristes. Il s’agis­sait de ma­té­ria­li­ser l’al­liance du vin et de la mu­sique dans le pay­sage de Patrimonio.

Au fi­nal, le coût de réa­li­sa­tion de la Mai­son des vins et de l’aca­dé­mie de gui­tare se chiffre à 2,2 mil­lions d’eu­ros, soit en l’oc­cur­rence : - 600 000 € au titre du pôle d’ex­cel­lence ; - 300 000 € en provenance de la Col­lec­ti­vi­té ter­ri­to­riale de Corse ; - 300 000 € pro­ve­nant du dé­par­te­ment de la Haute-Corse ; - 1 000 000 € d’un mé­cé­nat gé­né­reu­se­ment ver­sé par un po­ly­tech­ni­cien 1er prix de conser­va­toire. Ajou­tons que l’en­semble de ce projet a fait l’ob­jet d’un fi­nan­ce­ment FE­DER de 687 000 €.

J’ai été la che­ville ou­vrière pen­dant de longues an­nées de cette construc­tion ar­due. Les rai­sons de cette faillite n’ont rien de fi­nan­cier. Quelques vi­gne­rons “épi­ciers” ont eu peur de perdre du chiffre d’af­faires. Dans leur es­prit, la Mai­son des vins (qui ven­dait leur propre vin) de­ve­nait un concur­rent hé­gé­mo­nique. Or, l’étude de fai­sa­bi­li­té men­tion­nait une re­cette ba­sée sur une vente de 3 600 bou­teilles par an (120 bou­teilles par pro­duc­teur) pour une aire qui en pro­duit 2 mil­lions…

Par ailleurs, de­puis tou­jours, les Corses ont d’ex­trêmes dif­fi­cul­tés à se re­grou­per dans une dé­marche col­lec­tive. Et mal­heu­reu­se­ment, cer­tains vi­gne­rons mé­dia­tiques jouis­sant d’une réus­site per­son­nelle, dont vous êtes les re­lais, ont peur que la réus­site d’un groupe leur fasse de l’ombre. Cet in­di­vi­dua­lisme for­ce­né dans l’île est une des rai­sons de nos échecs ré­pé­tés dans bien des do­maines.

Enfin, à tout ce­la vient se gref­fer un seuil de to­lé­rance très li­mi­té : des in­tran­si­geants de la mo­rale aux avant-postes de tous les com­bats an­ti-pro­grès aux re­lents xé­no­phobes pré­fèrent l’échec d’une col­lec­ti­vi­té et la ré­gres­sion plu­tôt que l’ou­ver­ture.

Et puis ce­ci : quand vous re­par­le­rez de la Corse, ne ré­dui­sez pas votre re­gard à un cli­ché à la Pros­per Mé­ri­mée. Guy Maestracci

An­cien maire, 20253 Patrimonio maestracci.guy@gmail.com

Cher M. Maestracci, nous pre­nons bonne note des pré­ci­sions que vous ap­por­tez. Nous évo­quions un bud­get de 4 mil­lions d’eu­ros plus 800 000 € ver­sés par l’Union eu­ro­péenne ; vous ra­me­nez la fac­ture à 2,2 mil­lions plus 687 000 € de l’Eu­rope. Dont acte. Nous conti­nuons à re­gret­ter tou­te­fois, avec tous les amou­reux de la Corse, du bon vin et de la mu­sique, l’ échec de ce projet am­bi­tieux et l’ état d’aban­don dans le­quel se trouve au­jourd’ hui ce bâ­ti­ment. Qui pren­dra l’ ini­tia­tive de re­lan­cer ce projet ? P. Mau­range

Pour l’ex-maire Guy Maestracci, la fri­lo­si­té de cer­tains vi­gne­rons a eu rai­son de la Mai­son des vins et de la mu­sique.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.