Ca­hors veut sé­duire Laurent Das­sault

La Revue du Vin de France - - COURRIER -

Suite à l’in­ter­view de Laurent Das­sault (lire La RVF n° 588, fé­vrier 2015), nous lui avons adres­sé cette lettre que nous te­nons à por­ter à la connais­sance de vos lec­teurs :

« Cher mon­sieur Das­sault, (…) vos pro­pos in­ci­sifs sur le châ­teau La­gré­zette et la qua­li­té des ter­roirs du vi­gnoble de Ca­hors ont sur­pris et of­fen­sé les ac­teurs du vi­gnoble ca­dur­cien. Votre science de l’ in­dus­trie vi­ti­cole est cer­taine, néan­moins Alain-Do­mi­nique Per­rin n’a pas com­mis d’er­reur en s’ ins­tal­lant ici. Ses vins fi­gurent ré­gu­liè­re­ment dans les plus beaux pal­ma­rès, de­vant de nom­breux crus clas­sés bor­de­lais. Sur le plan fi­nan­cier, en vi­sion­naire, il a seule­ment eu rai­son trop tôt. L’ap­pel­la­tion Ca­hors est riche d’une grande his­toire, d’un cé­page sin­gu­lier et an­cien (…).

Mais le vin est image, dites-vous, et vous avez rai­son. Notre AOC Ca­hors a du re­tard, elle souffre d’un manque de vi­sion com­mer­ciale, ce qui freine cer­tains in­ves­tis­seurs. Pour­tant, les mal­becs de Ca­hors de­viennent très po­pu­laires. Une nou­velle gé­né­ra­tion de vi­gne­rons et d’ in­ves­tis­seurs se met en place. La presse re­con­naît le po­ten­tiel de Ca­hors et nos pro­grès. Bref, le vi­gnoble de Ca­hors est une start-up qui va bien­tôt se ré­vé­ler. Et puis nous ne sommes qu’ à deux heures de Bor­deaux, bien plus près que Men­do­za ! Nous se­rions heu­reux de vous faire connaître notre vi­gnoble, au­tour de beaux fla­cons, dont ceux d’Alain-Do­mi­nique Per­rin. Qu’en pen­sez-vous ? » Bertrand-Gabriel Vi­gou­roux Pré­sident dé­lé­gué de l’Union des vins de Ca­hors Mau­rin Bé­ren­ger,

pré­sident

Le re­nou­veau de Ca­hors est une réa­li­té. Pierre Ci­terne, à juste titre, a lon­gue­ment cé­lé­bré le po­ten­tiel des meilleurs ter­roirs de Ca­hors et li­vré une sé­lec­tion étof­fée des plus belles cu­vées de ses plus ta­len­tueux vi­gne­rons (lire La RVF n° 583, juillet/août 2014). De notre point de vue, Laurent Das­sault au­rait avan­tage à ac­cep­ter votre in­vi­ta­tion ! D. Sa­ve­rot route prin­ci­pale vi­sibles sont si­tués au sud de cet étang et cette route de­vrait me­ner à Poin­chy puis Cha­blis, vers l’est. Est-ce que je me trompe ? Jean-Luc Chau­vet OE­no­logue et som­me­lier guide.chau­vet@la­poste.net

Cher Jean-Luc Chau­vet, bra­vo pour votre pers­pi­ca­ci­té. Dans le som­maire, la photo ap­pa­raît en ef­fet dans le bon sens alors que dans l’ar­ticle l’ image est in­ver­sée. Nous tâ­che­rons d’ être plus vi­gi­lants à l’ave­nir, toutes nos ex­cuses à nos lec­teurs et aux amou­reux de Cha­blis. J. B.

Pro­prié­taire à Bor­deaux et en Ar­gen­tine, Laurent Das­sault va-t-il se lais­ser char­mer par les mal­becs ca­dur­ciens ?

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.