SIX VA­RIANTES SO­LAIRES DE LA FI­NESSE

La Revue du Vin de France - - MAGAZINE -

À l’ou­ver­ture, ce vin ac­cuse une pe­tite évo­lu­tion sur des notes ter­tiaires avec un par­fum de sous-bois et un fruit d’une grande dou­ceur. À l’aé­ra­tion, le fruit prend une place plus im­por­tante tout en lais­sant une per­cep­tion cha­leu­reuse tant dans ses par­fums que cette bouche un rien sau­vage. Puis la fraî­cheur ap­pa­raît, le cal­caire ac­tif de sol jouant son rôle. Une belle aci­di­té de dé­li­cats et fins ta­nins lui confère une jo­lie tex­ture. Il sent la pierre chauf­fée par un soleil ardent du nord de l’Afrique du Nord. 2007 fut un mil­lé­sime pré­coce en Corse. C’est un mil­lé­sime à ten­dance sèche où la ma­tu­ri­té (com­pli­quée) s’est faite par concen­tra­tion. La pre­mière im­pres­sion vient de cette note lac­tique qui pré­cède un fruit vif et frais. La bouche se montre puis­sante et les ta­nins ne sont pas en­core ac­cro­cheurs mal­gré une belle ma­tu­ri­té. Mais ce­la reste frais avec une jo­lie pulpe. C’est la pre­mière an­née où le do­maine vi­ni­fie chaque par­celle sé­pa­ré­ment. Un vin en­core loin de son apo­gée. Cette cu­vée a be­soin d’air pour se li­vrer au plus juste. Le nez chaud marque l’em­preinte d’un rai­sin gor­gé de soleil. 2009 fut une an­née ca­ni­cu­laire et les ven­danges pré­coces. Nous re­trou­vons le coup de patte du do­maine par ces ex­trac­tions douces don­nant des ta­nins d’une in­va­riable fi­nesse. Le nez évolue sur des notes d’herbes sé­chées, de ma­quis, puis sur une touche de cuir et une agréable note de pierre chaude ac­com­pa­gnée d’une belle aci­di­té en bouche. Ce­la sent le fruit cuit type tarte au fruit noir. C’est un beau mil­lé­sime où il n’y a pas eu de pro­blèmes ma­jeurs. Il dé­ve­loppe un par­fum do­mi­né par le poivre et le cou­lis de fram­boise. Un vin certes char­nu, mais avec cette fi­nesse du niel­luc­cio sur gra­nit. À l’air, le nez s’af­fine grâce à une belle com­plexi­té ol­fac­tive et un fruit tou­jours im­pres­sion­nant. Ce­la sent la peau d’agrume. Le tra­vail plus fin du do­maine, tant dans le par­cel­laire qu’en cave, nous donne ici une qua­li­té de tex­ture en­core plus abou­tie tout en conser­vant un beau vo­lume. Su­per. Mal­gré son jeune âge, il se montre bien ou­vert tout en conser­vant le ca­rac­tère so­laire de son lieu de nais­sance. Il garde tou­jours cette em­preinte

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.