Clas­se­ment de l’Unesco : un boos­ter pour la Bour­gogne et la Cham­pagne

Les deux ré­gions veulent co­pier Bor­deaux et mul­ti­plier par deux le nombre de leurs vi­si­teurs.

La Revue du Vin de France - - SOMMAIRE - Jé­rôme Bau­douin

Cham­pagne et Bou­rogne ont mis des an­nées à dé­cro­cher ce Graal, l’ins­crip­tion au Pa­tri­moine mon­dial de l’Unesco de leurs vi­gnobles. Elles veulent à pré­sent le faire fruc­ti­fier en de­ve­nant des spots tou­ris­tiques de pre­mier plan, y com­pris à l’in­ter­na­tio­nal.

Dans le monde du tou­risme mon­dia­li­sé, on sait en ef­fet que la re­con­nais­sance par l’Unesco en­traîne mé­ca­ni­que­ment une forte aug­men­ta­tion du nombre de vi­si­teurs. Soit, pour les deux ré­gions, plu­sieurs cen­taines de mil­lions d’eu­ros par an.

Cham­pe­nois aux anges

Si la Bour­gogne est dé­jà une des­ti­na­tion tou­ris­tique connue, la Cham­pagne es­compte ti­rer un grand bé­né­fice de ce la­bel in­ter­na­tio­nal. Car si le cham­pagne est cé­lèbre, la ré­gion souffre d’un dé­fi­cit de no­to­rié­té : seuls 500 000 vi­si­teurs ar­pentent chaque an­née les 700 km de caves de Cham­pagne. À eux seuls, les Chi­nois sont deux fois plus nom­breux à vi­si­ter Paris chaque an­née ! Pierre Che­val, le vi­gne­ron d’Aÿ qui a por­té le dos­sier Unesco, mise donc sur 20 à 30 % de vi­si­teurs en plus, no­tam­ment en at­ti­rant une par­tie des tou­ristes ve­nus vi­si­ter Paris. Et il rêve se­crè­te­ment d’éga­ler Saint-Émi­lion, dis­tin­guée par l’Unesco en 1999 et Bor­deaux, ins­crite en 2007, qui ont de­puis dou­blé leur fré­quen­ta­tion tou­ris­tique.

Ca­bines pleines de vin

Si­tôt clas­sé par l’Unesco, un site entre dans les ra­dars des grands tour-opé­ra­teurs in­ter­na­tio­naux qui l’ins­crivent dans leurs cir­cuits. C’est ain­si que Bor­deaux a vu des mil­liers de croi­sié­ristes dé­bar­quer sur ses quais de­puis huit ans. Une manne qui fait la for­tune des ca­vistes de la ville : con­trai­re­ment à ce qui se passe en avion, les vi­si­teurs peuvent em­pi­ler al­lé­gre­ment des di­zaines de bou­teilles de vin dans les ca­bines de leurs na­vires…

La Bour­gogne, de son cô­té, a dé­jà mul­ti­plié les struc­tures d’ac­cueil dans le vi­gnoble. Chambres et tables d’hôtes fleu­rissent dans les do­maines. Dès 2018, Di­jon inau­gu­re­ra sa Ci­té in­ter­na­tio­nale de la gastronomie et Beaune sa Ci­té du vin.

L’en­jeu est de taille : en 2010, nos vi­gnobles ont ac­cueilli 7,5 mil­lions de tou­ristes qui dé­pen­sé en moyenne 203 eu­ros cha­cun par jour. Un re­ve­nu qui pour­rait bien dou­bler !

Clas­sées par l’Unesco, les crayères cham­pe­noises

(ici Rui­nart) es­pèrent ac­cueillir entre 20 et 30 %

de tou­ristes en plus.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.