Un Al­le­mand en Pro­vence

La Revue du Vin de France - - ENQUÊTE - Re­por­tage de Pierre Ca­sa­mayor

Sur la com­mune pro­ven­çale de Jouques, blot­tie au creux de col­lines boi­sées de chênes verts, pins et ge­né­vriers, une bas­tide avec ses 40 hec­tares de vignes était la pro­prié­té de la fa­mille de Pe­ter Fi­scher. Des vignes furent ven­dues au voi­sin Vi­gne­laure pour ac­quit­ter des droits de suc­ces­sion, les primes à l’ar­ra­chage firent le reste. Le vin était ven­du en vrac au né­goce. Avec des ca­pi­taux fa­mi­liaux, Pe­ter Fi­scher re­prend l’ex­ploi­ta­tion en 1985 avec les 12 hec­tares res­ca­pés (dont des ca­ri­gnans de 85 ans) et plante 12 nou­veaux hec­tares en 1991. Les vignes sont au­jourd’hui à par­faite ma­tu­ri­té et le do­maine s’étend sur 30 ha avec la ré­cente ac­qui­si­tion de 6 ha.

Pe­ter Fi­scher vient d’une fa­mille d’in­dus­triels al­le­mands de la ré­gion de Ba­denBa­den, son ar­rière-grand-père avait in­ven­té la colle Uhu. Avec une fa­mille d’épi­cu­riens à la cul­ture du vin très pro­non­cée, Pe­ter est at­ti­ré très tôt par l’agri­cul­ture. Il en­ta­me­ra un road-mo­vie amé­ri­cain où il se­ra cow-boy et trac­to­riste au mi­lieu d’ou­vriers mexi­cains puis étu­diant en vi­ti­cul­ture et oe­no­lo­gie à l’Uni­ver­si­té de Da­vis. De re­tour en Eu­rope, il in­tègre le groupe Rhône Vi­gnobles, alors conseillé par Jean-Luc Co­lom­bo, qui in­fluen­ce­ra le style de ses dé­buts.

Nous sommes ici à l’ex­tré­mi­té sep­ten­trio­nale de l’ap­pel­la­tion Co­teaux

Ni­ché au coeur de la Pro­vence ru­gueuse, le châ­teau Re­ve­lette a trou­vé son maître à vi­ni­fier en 1985 : Pe­ter Fi­scher. Un vi­gne­ron al­le­mand qui suc­combe au charme de ce ter­roir in­do­cile et qui sait en ex­pri­mer le ca­rac­tère et la pu­re­té sau­vages.

Ve­nu au vin par pas­sion fa­mi­liale et ins­truit des tech­niques à Da­vis en Ca­li­for­nie, Pe­ter Fi­scher pose ses va­lises, fonde une fa­mille et un vignoble en Co­teaux d’Aix-en-Pro­vence. Son iti­né­raire in­tel­lec­tuel et af­fec­tif l’a conduit vers de vrais vins de ter­roir. d’Aix-en-Pro­vence, au nord de la Sainte-Vic­toire. Son mi­cro­cli­mat est par­ti­cu­lier avec des écarts de tem­pé­ra­tures très im­por­tants. Gé­lif en hi­ver, chaud et très sec en été, cet îlot re­çoit les vents froids al­pins. Le vent ma­rin étant blo­qué par la mon­tagne, le ca­rac­tère mé­di­ter­ra­néen est ici for­te­ment es­tom­pé. Par exemple, en 2011, - 20° C en hi­ver et 38° C en été, et en 2013, la ré­colte a été anéan­tie par la grêle.

Une douce ri­gueur

Consti­tué de douze par­celles en­tou­rées de bois, le vignoble s’étage entre 330 et 400 m. Une al­ti­tude qui contri­bue à la fraî­cheur des vins. Dès son ar­ri­vée, Pe­ter Fi­scher est mis en garde par les an­ciens : « Les rai­sins ne mû­rissent pas à Jouques ! » . Ef­fec­ti­ve­ment, il faut pous­ser très loin le ca­ber­net-sau­vi­gnon pour qu’il ap­porte l’ir­rem­pla­çable cô­té struc­tu­ré et rec­ti­ligne dans les vins.

Ar­gi­lo-cal­ca­ro-li­mo­neux, les sols sont cons­ti­tués d’ar­giles proches de celles de

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.