COMME UN VERRE DE VIN

La Revue du Vin de France - - EDITO -

Le feuille­ter est presque aus­si ra­vi­go­tant qu’un verre de chablis. À la lec­ture, ce pal­ma­rès des 200 per­son­na­li­tés les plus in­fluentes dans l’uni­vers du vin est comme un élixir dy­na­mi­sant, un concen­tré d’op­ti­misme, de fier­té, avec même les arômes dé­li­cats d’une cer­taine pros­pé­ri­té que l’on ne ren­contre plus tous les jours en France. Sé­lec­tion­ner et ajus­ter pa­tiem­ment les pièces de cette ma­gni­fique ga­laxie ne fut pas seule­ment un exer­cice pas­sion­nant. Ce­la nous donne l’oc­ca­sion de des­si­ner le vi­sage d’un sec­teur éco­no­mique pros­père et ter­ri­ble­ment sé­dui­sant. De rendre hom­mage à des hommes et des femmes in­croya­ble­ment dif­fé­rents, mais unis par un idéal, des va­leurs et une his­toire com­munes. L’oc­ca­sion aus­si de faire pro­vi­sion d’éner­gie tant ce tra­vail ré­vèle un monde dy­na­mique, en­ga­gé, in­ven­tif et ta­len­tueux.

Comme le note Fa­bien Hum­bert qui a co­or­don­né les contri­bu­tions de nos 21 jour­na­listes et ex­perts, le re­gard de La RVF sur ces par­cours réus­sis est tout sauf ma­té­ria­liste. Nous cé­lé­brons ici des sa­voir-faire, le goût de la trans­mis­sion, l’amour des hommes (il y en a en chaque vi­gne­ron, on ne fait pas du vin sans amour), pas sim­ple­ment des for­tunes pro­fes­sion­nelles ni des comptes en banque bien rem­plis.

L’éco­sys­tème du vin est ex­cep­tion­nel, di­ver­si­fié, avec ses poids lourds et ses ar­ti­sans fra­giles, un sys­tème apte à évo­luer avec son époque, comme en té­moignent l’es­sor spec­ta­cu­laire du bio dans les grands do­maines fran­çais ou la mul­ti­pli­ca­tion des ini­tia­tives de producteurs, de com­mer­ciaux, d’in­gé­nieurs et d’oe­no­logues éta­blis dans le monde en­tier pour dif­fu­ser les prin­cipes de l’école fran­çaise du vin.

Une nou­velle gé­né­ra­tion émerge dans le vi­gnoble, chez les ca­vistes, dans les res­tau­rants, sur In­ter­net, c’est in­té­res­sant. Des étran­gers, im­por­ta­teurs, in­ves­tis­seurs, cri­tiques, tous cu­rieux de sa­voir quel goût a la France d’au­jourd’hui se ma­ni­festent, achètent nos vins, s’ins­tallent par­fois et c’est va­lo­ri­sant.

Sur­tout, ne pas ou­blier que ce ca­ne­vas de 200 ta­lents n’est que la face émer­gée d’un bio­tope es­sen­tiel. Gar­der en tête que la culture de la vigne, la production et la vente de vin ain­si que tous les ser­vices qui lui sont at­ta­chés mo­bi­lisent plus de 300 000 per­sonnes en France. Bien au-de­là de nos va­leu­reux 200 !

En dis­tin­guant ces 200, nous sa­luons donc les 300 000 qui avancent à leurs cô­tés. Ces hommes et ces femmes qui se lèvent chaque ma­tin en étant pour la plu­part heu­reux de ce qu’ils font, tant l’an­cien­ne­té et la di­ver­si­té des mé­tiers du vin, sa culture et son rayon­ne­ment portent avec suc­cès une cer­taine idée de ce qui est juste, bon et noble.

Tout ce­la pour le plus grand plai­sir de la com­mu­nau­té des ama­teurs réunis par la pas­sion du beau vin.

De­nis Sa­ve­rot, di­rec­teur de la ré­dac­tion

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.