Le Bour­gui­gnon Louis-Fa­brice La­tour rêve en Beau­jo­lais

La Revue du Vin de France - - ENVIES -

ou­jours bon­homme et di­plo­mate, Louis-Fa­brice La­tour, 51 ans, hé­ri­tier de la mai­son Louis La­tour (Côte-d’Or), hé­site un ins­tant à ré­pondre sur un su­jet qui lui tient à coeur : « Les condi­tions pour réus­sir sont moins évi­dentes qu’il y a un an mais, oui, nous vou­lons tou­jours par­ve­nir à rap­pro­cher les vi­gne­rons de Bour­gogne et du Beau­jo­lais au sein d’une même in­ter­pro­fes­sion » , ad­met ce per­son­nage qui compte dans l’élite du vin fran­çais. L’homme est à la fois pré­sident dé­lé­gué du Bu­reau in­ter­pro­fes­sion­nel des vins de Bour­gogne et l’in­amo­vible vi­ce­pré­sident de la Fé­dé­ra­tion des ex­por­ta­teurs de vins et spi­ri­tueux de France.

Bour­gogne et Beau­jo­lais, deux vi­gnobles que tout op­pose au­jourd’hui, furent au­tre­fois une seule et même en­ti­té vi­ti­cole. Non pour des rai­sons ad­mi­nis­tra­tives, mais pour la meilleure des rai­sons, celle d’un goût cou­sin ; ne dit-on pas en­core d’un

Tmou­lin-à-vent qu’il “pi­note” après quelques an­nées de bou­teille ? Louis-Fa­brice La­tour fait par­tie des pi­liers qui ap­pellent à la réuni­fi­ca­tion, un pro­jet mû­ri qui se trouve au­jourd’hui ra­len­ti par la sé­ces­sion des “crus” d’avec les beau­jo­lais cou­rants (lire La RVF n° 589, mars 2015).

Ce Bour­gui­gnon de grande mai­son es­time que le po­ten­tiel du Beau­jo­lais est ex­cep­tion­nel. Louis La­tour a d’ailleurs in­ves­ti dans la mai­son Hen­ry Fes­sy. Sur­tout, LouisFa­brice s’est lan­cé dans la production de pi­not noir dans la ré­gion des Pierres Do­rées : « Nous sommes aux portes de Lyon, y faire du pi­not noir, c’est une ré­vo­lu­tion ! » , sa­voure-t-il alors que ses 24 000 pre­mières bou­teilles se­ront com­mer­cia­li­sées au prin­temps. Le nom de cette nou­velle cu­vée pro­duite sur une ving­taine d’hec­tares : Pi­not noir des Terres Do­rées. Le vi­gne­ron et ses équipes jugent que la base ar­gi­lo-cal­caire du sud-Beau­jo­lais rend ce ter­roir très si­mi­laire à ce­lui de la Bour­gogne. « Vendre du beau­jo­lais reste dif­fi­cile, mais les lignes bougent » , as­sure Louis-Fa­brice La­tour tout en rê­vant à son beau­jo­lais du fu­tur.

RE­TOUR VERS LE FU­TUR.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.