L’ins­pi­ra­tion d’un maître

La Revue du Vin de France - - EDITO -

Àquoi re­con­naît-on un grand vi­gne­ron ? Sou­vent à son art d’as­so­cier sa­voir an­ces­tral et sens de l’in­no­va­tion. À 67 ans, avec son ac­cent chan­tant, sa che­mise rose et son pan­ta­lon vert d’eau, Éloi Dürr­bach res­semble de plus en plus à Yves Mon­tand, mal­gré ses ori­gines lor­raines. Mais en par­cou­rant à ses cô­tés le do­maine de Tré­val­lon que ses pa­rents avaient ache­té en 1955, on re­çoit, comme dans un livre de Gio­no, la foi d’un ter­rien vi­sion­naire. Voi­ci qua­rante ans, il s’est mis en tête de pro­duire du vin dans les Al­pilles, sur des col­lines sans vigne. Et il a of­fert au monde le plus fa­meux des vins de Pro­vence.

Que de ba­tailles il a me­nées : contre l’Inao bien sûr, qui ne vou­lait pas en­tendre par­ler de son ca­ber­net-sau­vi­gnon ; contre les chas­seurs de SaintRé­my-de-Pro­vence et dé­sor­mais – c’est peut-être la ran­çon de sa pho­bie cy­né­gé­tique – contre les san­gliers. L’an pas­sé, les hardes lui ont cro­qué en

rai­sins l’équi­valent de 15 000 bou­teilles de vin. « Sur­tout des blancs et des sy­rahs, les san­gliers aiment moins le ca­ber­net… Ils ont aus­si chas­sé trois com­pa­gnies de per­dreaux et dé­vo­ré les lé­zards vert pâle d’un mètre qui lo­geaient là » , se dé­sole-t-il en ins­pec­tant ses vignes. Comme tous les grands vignerons, Éloi Dürr­bach s’est nour­ri de la ren­contre des hommes : son père, le peintre Re­né Dürr­bach, et sa mère, Jac­que­line de la Baume, fré­quen­taient Gio­no et furent les amis de Pi­cas­so, Ro­bert De­lau­nay et Fer­nand Lé­ger. Lui s’est lié à des vignerons, Gé­rard Chave et Jacques Rey­naud, le très roya­liste pro­prié­taire de Rayas, ou en­core An­selme Se­losse. Il évoque très sou­vent Fran­çois Pey­raud, du do­maine Tem­pier, à Ban­dol ou en­core le re­gret­té Di­dier Da­gue­neau, mort en ULM il y au­ra neuf ans ce mois-ci.

Les vignes de Tré­val­lon sont en­châs­sées dans la fo­rêt de pins. C’est ma­gni­fique. En 1973, la pi­nède oc­cu­pait tout l’es­pace. On ins­pecte chaque par­celle : le jas (ber­ge­rie en pro­ven­çal), le gaudre (un ruis­seau à sec en été) et en­fin rayas. Rayas ? Comme le fa­meux châ­teau­neuf-du-pape ? « Oui, il y a qua­rante ans, Jacques Rey­naud m’avait confié quelques gref­fons de ses pro­prié­tés, mais c’est une dé­no­mi­na­tion sen­ti­men­tale, je ne sais pas si son ne­veu

Em­ma­nuel est au cou­rant… » , confie Éloi, un peu gê­né. Il a aus­si ob­te­nu des gref­fons de gre­naches cen­te­naires chez Gé­rard Gau­by. Chave, Rey­naud, Se­losse, Gau­by, Dürr­bach : l’échange est une loi sa­crée entre grands vignerons, une marque de confiance.

Flo­riane, sa femme, fille de vignerons de Fleu­rie, a pré­pa­ré des cô­te­lettes d’agneau. En route pour la salle à man­ger, on croise Co­line, la jeune nièce de Laurent Vaillé (La Grange des Pères), qui tra­vailla à Tré­val­lon dans sa jeu­nesse. Dürr­bach est de­ve­nu le sage que tout le monde ap­pelle, consulte. C’est ce que vient de faire le ban­quier et néo-vi­gne­ron Jean-Fran­çois Hé­nin, qui s’est of­fert le château Gi­go­gnan et rêve dé­jà de nou­velles ac­qui­si­tions…

Entre deux ex­pé­riences sur les porte-greffes et l’usage de pé­pins de rai­sins en lieu et place du soufre, le maître pour­suit son che­min, fa­çon­nant son

« vin bi­blique » . Ven­dange en­tière, pas de le­vu­rage, pas de soufre lors de la vi­ni­fi­ca­tion des rouges (il n’ajoute qu’un peu de soufre en fût après dé­cu­vage). Est-il fier de son oeuvre, Éloi Dürr­bach ? « Il y a par­fois de la las­si­tude, re­con­naît-il, mais il y a aus­si de l’es­poir. » Si son fils s’est éloi­gné et tra­vaille pour des Ita­liens dans les Al­pilles, sa fille Os­tiane, 33 ans, a re­pris des études vi­ti-oe­no à Mar­seille pour s’en­ga­ger à ses cô­tés. « Elle vi­ni­fie­ra cette an­née,

tout se met en place » , sou­rit Éloi. 

« L’ÉCHANGE EST UNE LOI SA­CRÉE ENTRE GRANDS VIGNERONS, UNE MARQUE DE CONFIANCE. »

DE­NIS SAVEROT di­rec­teur de la ré­dac­tion

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.