JEAN-BAPTISTE ANCELOT

Jeune tren­te­naire ta­toué, blo­gueur, il sillonne les vi­gnobles du monde de­puis plus de trois ans. De re­tour de Chypre, son 50e pays vi­si­té, le wine ex­plo­rer (*) livre ses meilleurs sou­ve­nirs.

La Revue du Vin de France - - ART DE VIVRE - Pro­pos re­cueillis par Baptiste Char­bon­nel Re­trou­vez le ré­cit de ses pé­ré­gri­na­tions sur son site wine-ex­plo­rers.net

La Re­vue du vin de France : Le plus beau vi­gnoble ?

Jean-Baptiste Ancelot : Le do­maine Ca­sa de Pie­dra en Bas­seCa­li­for­nie, au Mexique, te­nu par Hu­go d’Acos­ta, le “gou­rou de la val­lée de Gua­da­lupe”. C’est en bord de mer, la ré­gion est se­mi-dé­ser­tique, les pay­sages lu­naires. J’ai pleu­ré de­vant tant de beau­té.

La RVF : Le do­maine le plus exo­tique ?

J.-B. A. : Gran Monte en Thaï­lande, à 2 h 30 au nord de Bang­kok. Grâce à lui, j’ai su qu’il était pos­sible de faire un grand vin dans une zone tro­pi­cale. Les vins sont vi­ni­fiés par une femme, Nik­ki Lo­hit­na­vy, qui éla­bore un su­perbe blanc 100 % ver­del­ho, un cé­page por­tu­gais, et un rouge 100 % du­rif à cou­per le souffle.

La RVF : La plus belle ren­contre avec un vi­gne­ron ?

J.-B. A. : Lu­ka Kra­jančić, il vit sur l’île de Korču­la, en Croa­tie. Il est aus­si poète, peintre et phi­lo­sophe. Il parle peu, ses vins s’ex­priment pour lui. Il nous a dé­cla­mé un poème en croate, quelle émo­tion !

La RVF : Le vi­gnoble le plus dif­fi­cile à tra­vailler ?

J.-B. A. : Le do­maine Neu­ras, en Na­mi­bie. C’est une oa­sis en­tou­rée de 100 km de dé­sert. Le tra­vail à la vigne se fait en per­ma­nence sous 40° C. J’y ai fait les ven­danges. Érein­tant !

La RVF : Le vi­gnoble qui donne en­vie de s’y ins­tal­ler ?

J.-B. A. : L’île Wai­heke en Nou­velle-Zé­lande, juste à cô­té d’Au­ck­land. Le temps semble s’y être ar­rê­té. Les gens sont “roots” et ta­toués. C’est le seul en­droit de l’Hé­mi­sphère sud où j’ai eu plai­sir à boire du ca­ber­net-sau­vi­gnon, no­tam­ment le 1999 du do­maine Te Mo­tu.

La RVF : Le do­maine le moins ac­ces­sible ?

J.-B. A. : La Rift Val­ley Wi­ne­ry, au Ke­nya. Pour vi­si­ter le do­maine, il faut huit jours : trois pour le trou­ver, il n’y a ni adresse ni pan­neau, trois pour être ac­cep­té, c’est très dur de les convaincre de nous lais­ser en­trer, et deux pour faire la vi­site !

La RVF : Une er­reur de par­cours ?

J.-B. A. : Je pen­sais trou­ver des vignes au Kir­ghi­zis­tan, mais la po­li­tique an­ti-al­cool sous Gor­bat­chev a conduit à l’ar­ra­chage du vi­gnoble en 1985. Et sur l’île Mau­rice, ils font du vin, mais… de fruit. J’ai fait goû­ter un vin de lit­chi à un som­me­lier qui l’a pris pour du ge­wurz­tra­mi­ner.

La RVF : Ton pro­chain ta­touage ?

J.-B. A. : J’ai un pro­jet au Por­tu­gal. Pour l’ins­tant, j’ai douze ta­touages, mais j’en vou­drais au­tant que de pays vi­si­tés, pour avoir des his­toires à ra­con­ter à mes pe­tits-en­fants.

La RVF : Un ac­cord mets et vin mé­mo­rable ?

J.-B. A. : Le co­chon à la broche ar­ro­sé de vins rouges lo­caux à Mos­tar, en Bos­nie. Un dé­lice !

La RVF : Un coup de coeur de dégustation ?

J.-B. A. : La cu­vée Pro Corde, is­sue du vra­nać, un cé­page des Bal­kans, pro­duite au Mon­té­né­gro par le do­maine Plan­taze. C’est le plus grand vi­gnoble d’Eu­rope d’un seul te­nant, 2 310 hec­tares. Le vin est cro­quant, soyeux, fa­cile à abor­der. Un im­mense plai­sir à 5 eu­ros !

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.