Le fa­bu­leux des­tin des cracks de la dé­gus­ta­tion à l’aveugle

La Revue du Vin de France - - LES DOSSIERS DE LA RVF - Une en­quête de Ro­bin Len­fant

Ils sont au­jourd’hui ani­ma­teur TV en Ca­li­for­nie, cher­cheur à Ox­ford, té­nor, ar­tiste, mais aus­si di­rec­teur de châ­teau bor­de­lais ou bras­seur… La RVF a re­trou­vé quelques an­nées après les vain­queurs des concours de dé­gus­ta­tion des grandes écoles et ra­conte leurs par­cours.

Le point com­mun entre le pi­lote de ral­lye An­drew Com­rie-Pi­card, la cher­cheuse Ja­nice Wang et le té­nor Flo­rian Ca­fie­ro ? Ils ont tous pro­fi­té de leurs an­nées d’études pour culti­ver avec pa­nache leur goût et leur pas­sion pour le vin. Ins­crits dans des grandes écoles ou les plus pres­ti­gieuses uni­ver­si­tés, ces têtes bien faites ont toutes fré­quen­té les clubs de dé­gus­ta­tion étu­diants. Et comme ils étaient très doués, ils ont cha­cun rem­por­té au moins un des concours in­ter­na­tio­naux or­ga­ni­sés chaque an­née en France et en Grande-Bre­tagne.

En ef­fet, la place du vin a été consi­dé­ra­ble­ment ré­éva­luée dans les cur­sus uni­ver­si­taires. Ce qui, il y a quinze ans, n’était qu’un plai­sir lu­dique par­ta­gé par une poi­gnée de pas­sion­nés est ain­si de­ve­nu une af­faire sé­rieuse qui mo­bi­lise des mil­liers d’étu­diants et des mai­sons de vin ré­pu­tées.

Les meilleures écoles et uni­ver­si­tés du monde comptent toutes des clubs de dé­gus­ta­tion où ces jeunes pa­lais ap­prennent à dis­cer­ner che­nin, pi­not noir ou char­don­nay et re­çoivent les plus grands vi­gne­rons. Et dans ces clubs, les étu­diants cultivent aus­si leur es­prit de com­pé­ti­tion : re­grou­pés en équipes, ils af­frontent leurs ho­mo­logues des autres grandes écoles lors de com­pé­ti­tions re­le­vées.

À Ox­ford, un ba­gage cultu­rel obli­ga­toire

Si la mode des concours de dé­gus­ta­tion es­tu­dian­tins est ré­cente en France, c’est une tra­di­tion an­cienne dans le monde an­glo-saxon (lire sur larvf.com notre ar­ticle “Comment Ox­ford cultive le goût du vin”). Il faut dire que, pour l’élite bri­tan­nique, la connais­sance du vin a tou­jours fait par­tie du ba­gage cultu­rel obli­ga­toire. De­puis 1953, les étu­diants d’Ox­ford dé­fient chaque an­née leurs ri­vaux de Cam­bridge lors du cé­lèbre Var­si­ty Blind Wine Tas­ting Match. Nombre de fu­turs pro­fes­sion­nels du vin bri­tan­niques s’y sont af­fron­tés.

Ce sont d’ailleurs les étu­diants qui, conscients de l’ému­la­tion ap­por­tée par ces concours en Grande-Bre­tagne, sont par­tis sol­li­ci­ter le sou­tien de spon­sors. La mai­son de cham­pagne Pol Ro­ger, par­te­naire de­puis 1992 du Var­si­ty Match, en a pro­po­sé une ver­sion fran­çaise dès 2003. De­puis, les vain­queurs du concours In­ter-Grandes Écoles Pol Ro­ger en France gagnent le droit d’af­fron­ter chaque an­née les cham­pions an­glais lors d’une fi­nale épique. De son cô­té, la Com­man­de­rie du Bon­temps, la confré­rie réunis­sant les crus clas­sés de la Rive gauche du Bor­de­lais, a créé la Left Bank Bor­deaux Cup. Ce concours ac­cueille chaque an­née des étu­diants eu­ro­péens, amé­ri­cains et asia­tiques ve­nus me­su­rer leurs connais­sances des crus clas­sés.

Du club d’HEC à châ­teau Mar­gaux

Pour rem­por­ter ces concours, les étu­diants consacrent d’in­nom­brables heures à leur pré­pa­ra­tion, et at­teignent par­fois un ni­veau de connais­sances proche de ce­lui des pro­fes­sion­nels. Dès lors, pas éton­nant que cer­tains fran­chissent le pas et dé­cident de faire du vin leur mé­tier. C’est le cas d’Au­ré­lien Va­lance. Étu­diant à HEC, il rem­porte en 2003 la Left Bank Bor­deaux Cup (à l’époque, le Concours 20 sur Vin) et ef­fec­tue ses pre­miers stages au châ­teau Mar­gaux. Il en est au­jourd’hui le di­rec­teur gé­né­ral ad­joint. D’autres em­pruntent une voie dif­fé­rente. « Je n’ai pas vou­lu l’épou­ser, car le vin m’a mon­tré qu’il pou­vait être une ex­cel­lente maî­tresse » , plai­sante ain­si le pi­lote au­to­mo­bile An­drew Com­rie-Pi­card !

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.