Dix fa­çons d’in­ves­tir dans le vin en al­liant plai­sir et pas­sion

Se faire plai­sir en se consti­tuant une cave, en pre­nant des parts dans un vi­gnoble ou en louant des ceps, c’est pos­sible ! Voi­ci dix fa­çons dif­fé­rentes de se payer une part de rêve, et pour­quoi pas de ga­gner un peu d’ar­gent avec le vin !

La Revue du Vin de France - - GRAND ENTRETIEN - Une en­quête de Fa­bien Hum­bert

Au-de­là de leur goût pour le vin, de nom­breux ama­teurs ca­ressent le doux rêve d’y in­ves­tir une part de leurs éco­no­mies sans pour au­tant vou­loir faire for­tune, ni chan­ger de vie, mais en trans­for­mant un plai­sir per­son­nel en in­ves­tis­se­ment. Pour eux, nous avons sé­lec­tion­né dix ma­nières dif­fé­rentes et sou­vent lu­diques d’in­ves­tir dans le vin. Car des tra­di­tion­nels achats de grands vins en pri­meur en pas­sant par les en­chères et la prise de par­ti­ci­pa­tion dans un do­maine vi­ti­cole, une large pa­lette de so­lu­tions est à votre dis­po­si­tion.

Les pos­si­bi­li­tés se sont tel­le­ment mul­ti­pliées ces der­nières an­nées que cette ef­fer­ves­cence a at­ti­ré l’at­ten­tion du lé­gis­la­teur et de son bras ar­mé : l’Au­to­ri­té des mar­chés fi­nan­ciers (AMF). « Après la crise de 2008, il y a eu de la part des par­ti­cu­liers une vé­ri­table dé­fiance visà-vis de mar­chés fi­nan­ciers ju­gés trop vir­tuels, alors que les taux de ren­de­ments des pro­duits clas­siques ont consi

dé­ra­ble­ment bais­sé (Li­vret A, As­su­rance-vie…), ra­conte Ca­ro­line Ri­chard, de la di­rec­tion de la com­mu­ni­ca­tion de l’AMF. As­sez ra­pi­de­ment, des par­ti­cu­liers ont sou­hai­té in­ves­tir dans quelque chose de concret, comme la terre, des bou­teilles, ou des dia­mants… »

Est-ce un ef­fet se­con­daire de cette ef­fer­ves­cence ? Le sec­teur des in­ves­tis­se­ments dans les bou­teilles de vin ou dans les do­maines vi­ti­coles qui jus­qu’ici fonc­tion­nait un peu à vue a été rap­pe­lé à l’ordre par deux lois : Ha­mon en 2014 et Sa­pin II en 2017. De­puis lors les pro­fes­sion­nels ont obli­ga­tion de mon­trer patte blanche au­près de l’AMF pour être au­to­ri­sés à com­mer­cia­li­ser leurs pro­duits. Faute de quoi, « ce­la re­lève du pé­nal » , souffle Co­line Paul, de la di­rec­tion des ges­tions d’ac­tifs de l’AMF.

DÕa­bord du plai­sir

Cette ré­gu­la­tion du sec­teur, même si elle est un peu an­xio­gène pour les pro­fes­sion­nels, est la bien­ve­nue car elle per­met aux par­ti­cu­liers d’avoir un point de re­père. Les offres a prio­ri les plus sé­rieuses dis­posent d’un nu­mé­ro d’en­re­gis­tre­ment dé­li­vré en amont par l’AMF. Ce­la per­met aus­si d’iden­ti­fier les offres illi­cites, puisque les consom­ma­teurs éven­tuel­le­ment lé­sés peuvent aler­ter l’AMF via son fil Épargne In­fo Ser­vice. Car si le sec­teur se pro­fes­sion­na­lise ra­pi­de­ment, une cer­taine pru­dence s’im­pose. Que ce soit lorsque vous ache­tez des bou­teilles dans l’es­poir de les re­vendre avec une plus-va­lue, ou que vous in­ves­tis­siez dans un do­maine via des GFV (grou­pe­ments fon­ciers vi­ti­coles), gar­dez en tête que vous pou­vez ga­gner de l’ar­gent comme en perdre. Autres con­seils, di­ver­si­fiez vos pla­ce­ments et sur­tout ne ris­quez qu’une pe­tite par­tie de votre épargne.

En­fin, pri­vi­lé­giez les ren­de­ments en na­ture, c’est-à-dire en bou­teilles. Le plai­sir de les dé­gus­ter et de les par­ta­ger reste l’un des avan­tages de ce type de pla­ce­ment.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.