« Je re­com­mande de faire ap­pel à un Ésat »

La Tribune de Lyon - - ENTREPRENDRE À LYON -

L’Éta­blis­se­ment et ser­vice d’a ide pa r le t rav ai l ( Ésat) est une struc­ture qui per­met à une per­sonne han­di­ca­pée d’exer­cer une ac­ti­vi­té dans un mi­lieu pro­té­gé. Mé­con­nues, ces st ruc­tures réa­lisent pour­tant un tra­vail re­mar­quable. C’est ce qu i a pous­sé Ni­co­las Pas­quier, fon­da­teur de la so­cié­té Skin­jay qui dé­ve­loppe le « Nes­pres­so de la douche » , à faire ap­pel aux ser­vices d’un Ésat lors­qu’il a créé son en­tre­prise. « Skin­jay est une so­cié­té qui est éco­no­mi­que­ment, éco­lo­gi­que­ment et so­cia­le­ment res­pon­sable. À l’époque, notre pro­duc­tion n’était pas ce qu’elle est au­jourd’hui. Faire ap­pel aux ser­vices d’un Ésat, nous a per­mis de dé­mar­rer une pro­duc­tion. » Skin­jay qui de­vrait pro­duire cette an­née quelque 2 mil­lions de capsules et és­père cinq fois plus l’an pro­chain, tra­vaille à Lyon avec l’Ésat Jacques Chavent ( Lyon 7e) et l’EA Pa­py­rus ( Lyon 8e). « Se dire que nos pro­duits, qui sont fa­bri­qués par des per­sonnes han­di­ca­pées, sont ven­dus dans les plus beaux hô­tels du monde, c’est une fier­té. »

« Un tra­vail très soi­gné. » Si au dé­part, Ni­co­las Pas­quier a dû consen­tir des ef­forts en « dé­cou­pant da­van­tage le pro­cess de fa­bri­ca­tion de ses capsules » , il n’en re­tire au­jourd’hui que du po­si­tif. « On re­marque que les per­sonnes han­di­ca­pées réa­lisent un

tra­vail très soi­gné. » Le pa­cka­ging des capsules de douche Skin­jay est ain­si ent iè­re­ment réal isé en Esat, avant que celles- ci ne soient ex­pé­diées dans les salles de bains des plus luxueuses suites du monde, dont celles du Georges V à Pa­ris. « La force d’un Éta­blis­se­ment et ser­vice d’aide par le tra­vail, c’est la qua­li­té du per­son­nel . À l’ESAT Chavent, il y a des gens ex­cep­tion­nels et des en­ca­drants qui font un tra­vail re­mar­quable au quo­ti­dien. Quand on connaît la com­plexi­té dan s le s usines de ma­na­ger des per­sonnes va­lides, faire ce qu’ils font avec ces per­sonnes han­di­ca­pées, fran­che­ment, cha­peau. » , ap­plau­dit- il. CY­RIL MI­CHAUD

« C’est une fier­té de se dire que nos pro­duits, fa­bri­qués par des per­sonnes han­di­ca­pées, sont ven­dus dans les plus beaux hô­tels du monde. »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.