Cri­tiques.

La Tribune de Lyon - - SOMMAIRE - AL­BAN LIEBL

Hérédité, de Ari As­ter - Un cou­teau dans le coeur, de Yann Gon­za­lez - Love, Si­mon, de Greg Ber­lan­ti

Si le c in­éma d’hor­reur hol­ly­woo­dien se por te au­jourd’hui plu­tôt bien, du moins cô­té bu­si­ness ( pe­tits bud­gets, grosses re­cettes), il se ré­sume trop sou­vent à un simple tour de train fan­tôme, ef­fi­cace mais sans âme.

Hérédité re­noue avec l’am­bi­tion de glo­rieux aî­nés comme Ro­se­ma­ry’s Ba­by ou L’Exor­ciste, mo­dèles évi­dents, mais ja­mais écra­sants, de ce pre­mier film im­pres­sion­nant. Avec ce ré­cit gla­çant d’une mère né­vro­sée, dé­pas­sée par la suc­ces­sion de tra­gé­dies qui semblent s’abattre mé­tho­di­que­ment sur sa fa­mille dys­fonc­tion­nelle, Ari As­ter avance avec maes­tria sur la fron­tière im­per­cep­tible qui sé­pare la fo­lie et le sur­na­tu­rel, et qui fait le prix des meilleurs films du genre. Dès son étrange plan d’ou­ver­ture, un ma­laise dif­fus s’em­pare du spec­ta­teur pour ne plus le lâ­cher et mon­ter im­pla­ca­ble­ment en in­ten­si­té, le film dé­mar­rant comme un drame fa­mi­lial pour som­brer dans un der­nier acte… dont on ne dira rien ! Hautement per­tur­bant, Hérédité tisse pa­tiem­ment sa toile, convo­quant les an­goisses les plus exis­ten­tielles, celles qui rampent sous la sur­face trom­peuse de liens fa­mi­liaux nor­més, dé­fient notre in­tel­lect et notre be­soin im­pé­rieux de tout ra­tio­na­li­ser. De fait, la ter­reur pas­sée, le film ré­vèle aus­si sa di­men­sion lu­dique, à la mé­ca­nique fas­ci­nante. Un puzzle dia­bo­lique, for­mel­le­ment im­pec­cable, jouant sur une gamme qui va de la ri­gueur mi­ni­ma­liste à des ac­cents plus ba­roques qui fleurent bon les se­ven­ties. On donne en prime tout de suite notre Os­car 2019 de la meilleure ac­trice à To­ni Co­lette, pro­pre­ment ex­tra­or­di­naire !

Hérédité, de Ari As­ter ( EU, 2 h 06) avec To­ni Col­lett, Ga­briel Byrne, Alex Wolff…

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.