LA RÉ­VO­LU­TION DU SON PAR­FAIT

EN­TRE­PRE­NEUR DE L’AN­NÉE

La Tribune Hebdomadaire - - LA UNE - PRO­POS RECUEILLIS PAR PHI­LIPPE MA­BILLE ET SYLVAIN ROL­LAND @phma­bille @SylvRol­land

QUEN­TIN SAN­NIÉ Co­fon­da­teur de De­via­let

Lors de la créa­tion de De­via­let, en 2007 à Pa­ris, per­sonne ne croyait en la vi­sion folle de ces trois pas­sion­nés de son. Et sur­tout pas les banques et les fonds d’in­ves­tis­se­ment, qui re­gar­daient avec cir­cons­pec­tion cette star­tup per­sua­dée de pou­voir ré­vo­lu­tion­ner « l’ex­pé­rience émo­tion­nelle » de l’écoute de la mu­sique. Quen­tin San­nié a alors dé­ci­dé de créer son propre mo­dèle. Le 18 fé­vrier 2010, il réunit qua­rante per­sonnes, an­ciens clients et quelques hommes d’af­faires in­fluents, leur pré­sente la tech­no­lo­gie et les in­cite à dé­po­ser un chèque dans une ti­re­lire. La so­cié­té ré­colte ce soir-là 1,4 mil­lion d’eu­ros pour sa pre­mière le­vée… Cinq autres sui­vront, dont la der­nière de la fin de 2016 est (avec Dee­zer qui éga­le­ment le­vé 100 mil­lions l’an der­nier) la troi­sième plus im­por­tante en France, avec Sig­fox (té­lé­coms, 150 mil­lions) et OVH ( cloud com­pu­ting, 250 mil­lions). De­puis, le son De­via­let s’est fait un nom au­près des pas­sion­nés de mu­sique du monde en­tier. No­tam­ment le Phan­tom, son pro­duit phare dé­cli­né en plu­sieurs ver­sions dont la Gold, la plus ven­due. Des in­ves­tis­seurs pres­ti­gieux ont re­joint l’aven­ture, à l’image du pa­tron de LVMH Ber­nard Arnault, du fon­da­teur de Free Xa­vier Niel, de Marc Si­mon­ci­ni (Mee­tic) ou en­core de Jacques-An­toine Gran­jon (Vente-pri­vee. com). Dé­sor­mais, avec 100 mil­lions d’eu­ros en poche, De­via­let at­taque une étape cru­ciale de son dé­ve­lop­pe­ment : l’in­ter­na­tio­na­li­sa­tion et la di­ver­si­fi­ca­tion, pour es­pé­rer de­ve­nir ni plus ni moins que le lea­der mon­dial du « son par­fait ». LA TRI­BUNE – Il est très rare qu’une star­tup fran­çaise lève 100 mil­lions d’eu­ros. D’au­tant plus que De­via­let n’avait ja­mais le­vé plus de 25 mil­lions d’eu­ros d’un coup. Pour­quoi cette ac­cé­lé­ra­tion ? QUEN­TIN SAN­NIÉ – L’ob­jec­tif d’une en­tre­prise n’est pas de le­ver des fonds mais de se dé­ve­lop­per. Nos tech­no­lo­gies d’am­pli­fi­ca­tion du son sont les meilleures au monde et nos gammes de pro­duits, no­tam­ment la Phan­tom, sont bien connues des ama­teurs de mu­sique. Mais au­jourd’hui nous sou­hai­tons ac­cé­lé­rer et de­ve­nir le lea­der mon­dial de notre sec­teur. Comme notre pro­jet de­meure ex­trê­me­ment am­bi­tieux, cette ex­pan­sion né­ces­site des in­ves­tis­se­ments im­por­tants et donc des ca­pi­taux.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.