« Eu­ro­mé­di­ter­ra­née a “mé­tro­po­li­ni­sé” le re­gard sur Mar­seille »

La Tribune Hebdomadaire - - SMART CITY MARSEILLE -

Ar­ri­vé à la di­rec­tion gé­né­rale de l’Éta­blis­se­ment pu­blic d’amé­na­ge­ment au prin­temps der­nier, il pi­lote et im­pulse la dy­na­mique des pro­jets. Avec la vi­sion riche de l’an­cien pré­fet de ré­gion, plus fine de­puis qu’il est pas­sé du cô­té de l’amé­na­ge­ment.

LA TRI­BUNE – Quelle est la place d’Eu­ro­mé­di­ter­ra­née dans la stra­té­gie de dé­ve­lop­pe­ment de la Métropole ?

HUGUES PARANT - Les grands quar­tiers, les pla­teaux ter­tiaires, ça donne de l’éner­gie. Ça crée de la va­leur im­ma­té­rielle. Plus on rap­proche les gens, plus on crée de la va­leur. Eu­ro­mé­di­ter­ra­née a chan­gé le re­gard sur Mar­seille. Le phare au­jourd’hui, c’est le Mu­cem, de­main ce se­ra peut-être le J1 [J1 : han­gar des an­nées 1900, sur le port, ndlr]. Eu­ro­mé­di­ter­ra­née a mé­tro­po­li­ni­sé le re­gard sur Mar­seille.

L’une des vi­trines in­no­vantes d’Eu­ro­mé­di­ter­ra­née est Smart­seille. L’éco­quar­tier est-il le mo­dèle d’ave­nir ? Quid du parc Bou­gain­ville ?

L’éco­quar­tier c’est de l’in­no­va­tion. Et l’in­no­va­tion, l’Éta­blis­se­ment pu­blic d’amé­na­ge­ment l’a ins­crite dans son ADN, pour se dis­tin­guer. L’éco­quar­tier est-il un mo­dèle d’ave­nir? Je ne sais pas. Ce mo­dèle est adap­té à Mar­seille car il est low cos­tea­sy tech. Il faut se po­ser la ques­tion de com­ment les gens vont vivre. D’ailleurs, Eu­ro­med dé­marre sur ce constat : on ne pou­vait pas lais­ser se dé­gra­der un quar­tier comme Saint-Charles [le quar­tier de la gare] Eu­ro­mé­di­ter­ra­née est la re­fon­da­tion de la ville sur elle-même. En 2009, le pro­jet de­vient lit­to­ral et ce­la consti­tue la co­lonne ver­té­brale. C’est un vrai pont vers les quar­tiers nord. Nous rac­com­mo­dons ces quar­tiers. Ce­lui des Crottes par exemple, est clé dans le dis­po­si­tif. Nous te­nons à le conser­ver. Il doit être le té­moi­gnage de ce qu’a été Mar­seille. C’est la gé­né­ra­tion Y qui vien­dra y ha­bi­ter. Low coast-ea­sy tech, c’est ce­la le mo­dèle de de­main. Pour ce qui est du parc Bou­gain­ville, nous vou­lons le faire avan­cer dans la tête des ci­toyens. Nous vou­lons at­ti­rer les fa­milles. Ce se­ra un pou­mon vert.

Quels sont les liens ac­tuels avec le port ?

Nos sommes deux Éta­blis­se­ments pu­blics d’État. Nos sta­tuts sont, à quelque chose près, les mêmes, nous avons les mêmes tu­telles. Nous avons tout pour col­la­bo­rer et rien pour nous sé­pa­rer.

Com­ment se pré­pare l’ave­nir ?

Nous construi­sons la ville hy­bride le mieux pos­sible. Pour ce qui est de l’Îlot XXL, je crois à l’écri­ture éco­no­mique de ce pro­jet, no­tam­ment pour ce qui est de la for­ma­tion des jeunes. Le mar­ché aux puces, ap­pen­dice d’XXL, doit être un vrai lieu d’échanges, il doit être un pro­jet en lui-même. Les Crottes c’est le coeur et l’âme d’Eu­ro­med 2 de­main. Tout ce­la, à échéance de huit ans, se­ra fi­na­li­sé.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.