La BCE de­mande à Deutsche Bank un scé­na­rio de crise

La Tribune Toulouse (Edition Quotidienne) - - SOMMAIRE - DEL­PHINE CUNY

La Banque cen­trale eu­ro­péenne (BCE) ré­clame à l'éta­blis­se­ment al­le­mand de cal­cu­ler l'im­pact d'une vente de ses po­si­tions de tra­ding, alors que la banque en­vi­sage un re­trait de la banque d'in­ves­tis­se­ment. Une pre­mière, ré­vé­la­trice de la com­plexi­té du mo­dèle de Deutsche Bank, per­çue comme une des ...

La Banque cen­trale eu­ro­péenne (BCE) ré­clame à l'éta­blis­se­ment al­le­mand de cal­cu­ler l'im­pact d'une vente de ses po­si­tions de tra­ding, alors que la banque en­vi­sage un re­trait de la banque d'in­ves­tis­se­ment. Une pre­mière, ré­vé­la­trice de la com­plexi­té du mo­dèle de Deutsche Bank, per­çue comme une des banques les plus ris­quées d'Eu­rope.

C'est une pre­mière : la Banque cen­trale eu­ro­péenne (BCE) a de­man­dé à la Deutsche Bank d'es­ti­mer le coût po­ten­tiel du dé­noue­ment de ses po­si­tions de tra­ding, se­lon des sources ci­tées par la Süd­deutsche Zei­tung et l'agence Reu­ters. Le but de l'exer­cice est d'es­ti­mer l'im­pact de la li­qui­da­tion de ses ac­ti­vi­tés de banque d'in­ves­tis­se­ment. La pre­mière banque al­le­mande a af­fir­mé qu'elle "cal­cu­lait de ma­nière ha­bi­tuelle pour le compte des au­to­ri­tés de tu­telle les consé­quences d'un dé­noue­ment or­don­né de po­si­tions de tra­ding".

Ce­ci dit, la Deutsche Bank n'a pas été choi­sie au ha­sard. C'est un des plus grands éta­blis­se­ments de cré­dit d'Eu­rope, très pré­sent sur les mar­chés, et la di­rec­tion en­vi­sage de­puis plu­sieurs mois de ré­duire la voi­lure dans la banque de fi­nan­ce­ment et d'in­ves­tis­se­ment (BFI, qui re­groupe les ac­ti­vi­tés de mar­chés et de ser­vices fi­nan­ciers aux en­tre­prises, États et ins­ti­tu­tions fi­nan­cières), sous le nom de code de "Pro­jet Co­lom­bo".

RISQUES DES DÉRIVÉS

Le nou­veau di­rec­teur gé­né­ral Chris­tian Se­wing, nom­mé lun­di der­nier, a in­di­qué que des "dé­ci­sions dif­fi­ciles" se­raient né­ces­saires, et qu'il fal­lait "adap­ter" le pi­lier de la BFI, évo­quant le re­trait "des zones où nous ne sommes pas suf­fi­sam­ment ren­tables."

" En outre, la Deutsche Bank est l'une des ins­ti­tu­tions fi­nan­cières les plus dan­ge­reuses du monde en rai­son de son ac­ti­vi­té com­plexe", sou­ligne la Süd­deutsche Zei­tung.

La BCE a re­fu­sé de com­men­ter l'in­for­ma­tion, tout en as­su­rant au Fi­nan­cial Times qu'elle "n'in­ter­vient pas dans les dé­ci­sions des banques concer­nant leur mo­dèle d'af­faires". Se­lon la Süd­deutsche Zei­tung, d'autres éta­blis­se­ments se ver­ront de­man­der la même chose par la suite. Cet exer­cice ré­gle­men­taire, qui pren­dra plu­sieurs mois, s'ap­pelle la "re­vue des coûts de ré­duc­tion pro­gres­sive".

Il s'agit de voir si la Deutsche Bank pour­rait sor­tir de la banque d'in­ves­tis­se­ment sans re­cou­rir aux ga­ran­ties de l'État ou à l'ar­gent des contri­buables al­le­mands. Ce sont en par­ti­cu­lier les risques liés au dé­bou­clage des pro­duits dérivés qui in­quiètent. L'an der­nier, un ana­lyste re­con­nu, Stuart Gra­ham d'Au­to­no­mous Re­search, avait es­ti­mé que la banque d'in­ves­tis­se­ment de la Deutsche Bank était pro­ba­ble­ment "au-de­là du ré­pa­rable", après des an­nées de sous-in­ves­tis­se­ment tech­no­lo­gique et de pra­tiques ayant en­ta­ché sa ré­pu­ta­tion au­près des grands clients.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.