Phy­to­con­trol veut de­ve­nir le ré­fé­rent dans l'ana­lyse des eaux en Oc­ci­ta­nie

La Tribune Toulouse (Edition Quotidienne) - - SOMMAIRE - VA­LEN­TINE DUCROT

Spé­cia­li­sé dans la sé­cu­ri­té sa­ni­taire des eaux et des ali­ments, le groupe nî­mois Phy­to­con­trol mise en 2018 sur une crois­sance de 20 % et en­vi­sage d’in­ves­tir 10 M€ dans un la­bo­ra­toire avant-gar­diste dé­dié au contrôle sa­ni­taire des eaux.

Im­plan­té de­puis sa créa­tion en 2006 au parc scien­ti­fique Georges Besse II à Nîmes (30), Phy­to­con­trol Group s'est struc­tu­ré au­tour de trois dé­par­te­ments ana­ly­tiques : AgriFood (ana­lyse des conta­mi­nants dans les den­rées ali­men­taires), Hy­dro (contrôle sa­ni­taire des eaux), BioP­har­ma (ac­ti­vi­tés BPL). Ra­pi­de­ment, le groupe s'est im­po­sé comme l'ex­pert fran­çais des ana­lyses de conta­mi­nants (pes­ti­cides, mé­taux, My­co­toxines, OGM) dans les den­rées ali­men­taires et plus lar­ge­ment dans les pro­duits d'ori­gine vé­gé­tale et ani­male. Pour l'an­née 2018, Phy­to­con­trol an­nonce clai­re­ment vou­loir dé­ve­lop­per son dé­par­te­ment Hy­dro­lo­gie.

CROIS­SANCE EXPONENTIELLE

Or­ga­ni­sé au­tour d'un la­bo­ra­toire cen­tral in­dé­pen­dant, ac­cré­di­té et agréé, Phy­to­con­trol compte dé­sor­mais 250 col­la­bo­ra­teurs et re­groupe 13 agences tech­ni­co-lo­gis­tiques dé­lo­ca­li­sées en France et à l'in­ter­na­tio­nal (Es­pagne, An­gle­terre, Ita­lie, Bel­gique et Ma­roc). Le groupe, qui a pro­cé­dé à 60 re­cru­te­ments et réa­li­sé un chiffre d'af­faires de 16,5 M€ en 2017, vise les 20 % de crois­sance en 2018.

« L'an­née 2017 a été par­ti­cu­liè­re­ment dy­na­mique, se fé­li­cite Mi­kaël Bres­son, pré­sident fon­da­teur du groupe Phy­to­con­trol. Nous nous sommes struc­tu­rés et avons en­re­gis­tré 30 % de crois­sance. Nous avons, en outre, fran­chi le seuil des 3 000 clients. En 2018, nous sou­hai­tons agran­dir notre site de pro­duc­tion et conso­li­der le dé­ploie­ment de notre ex­per­tise à l'échelle eu­ro­péenne. »

Pour dé­ve­lop­per son dé­par­te­ment hy­dro­lo­gie, le groupe en­vi­sage de re­cru­ter an­nuel­le­ment, sur cinq ans, de 20 à 30 tech­ni­ciens, lo­gis­ti­ciens, in­gé­nieurs ou doc­teurs, de fa­çon à ré­pondre aux plans de sur­veillance ré­gio­naux et na­tio­naux. Ces em­bauches dé­diées se fe­ront no­tam­ment via la créa­tion d'une for­ma­tion su­pé­rieure par ap­pren­tis­sage orien­tée contrôles et ana­lyses (en par­te­na­riat avec la Ré­gion, la CCI, le rec­to­rat...).

PRO­CÉ­DÉS ANA­LY­TIQUES RES­PEC­TUEUX DE L'EN­VI­RON­NE­MENT

Tour­né vers l'in­no­va­tion, Phy­to­con­trol Group vient d'an­non­cer la créa­tion à court terme (2019-2021) d'un la­bo­ra­toire de 4 000 m2 ex­clu­si­ve­ment dé­dié aux ana­lyses éco-tech­no­lo­giques des eaux dans les do­maines de la san­té, de l'en­vi­ron­ne­ment et des eaux em­bou­teillées.

« Notre ob­jec­tif est de ré­duire les ef­fets né­fastes des pro­cé­dés ana­ly­tiques, sou­vent longs, ob­so­lètes, coû­teux et à fort im­pact en­vi­ron­ne­men­tal (uti­li­sa­tion de sol­vants or­ga­niques...), en dé­ve­lop­pant des mé­thodes éco-tech­no­lo­giques ba­sées sur des so­lu­tions on­line d'au­to­ma­ti­sa­tion et de mi­nia­tu­ri­sa­tion, ex­plique Mi­kaël Bres­son. Le fait de tra­vailler sur des mi­cro vo­lumes et des mi­cro ex­trac­ta­tions est une in­no­va­tion en rup­ture to­tale avec ce qui se fai­sait au­tre­fois. »

Reste que le pro­jet am­bi­tieux de créer « le plus grand la­bo­ra­toire d'Oc­ci­ta­nie pour la sur­veillance et la qua­li­té sa­ni­taire des eaux » re­pré­sente un in­ves­tis­se­ment de 10 M€. Il ne pour­ra être me­né à son terme que si le groupe Phy­to­con­trol rem­porte de nou­veaux mar­chés, no­tam­ment l'ap­pel d'offres du contrôle sa­ni­taire des eaux en Oc­ci­ta­nie.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.