GI­RONDE : AC­CORD PO­LI­TIQUE EN VUE POUR FI­NAN­CER LES POM­PIERS

La Tribune Toulouse (Edition Quotidienne) - - TERRITOIRES - PIERRE CHEMINADE

Les né­go­cia­tions se pour­suivent entre le Dé­par­te­ment, Bor­deaux Mé­tro­pole et les in­ter­com­mu­na­li­tés de Gi­ronde au su­jet du fi­nan­ce­ment du Ser­vice dé­par­te­men­tal d'in­cen­die et de se­cours (Sdis 33) dont l'ac­ti­vi­té est en sur­chauffe. Cha­cun scrute le mon­tant de sa contri­bu­tion et la com­pare à celle de son voi­sin mais un ac­cord po­li­tique semble néan­moins à por­tée de main pour ar­ri­ver à do­ter les pom­piers gi­ron­dins de 7 M€ sup­plé­men­taires par an.

L'équa­tion est connue : alors qu'il ef­fec­tuait 83.000 in­ter­ven­tions en 2003, le Sdis de Gi­ronde en a me­né 115.000 l'an der­nier et de­vrait frô­ler la barre des 130.000 en 2018, soit un bond de +55 % quand, dans le même temps, son bud­get n'a aug­men­té que de 15 % pour at­teindre 178 M€ en 2018. Le Sdis 33 chiffre ain­si le manque à ga­gner cu­mu­lé à 83 M€ sur la pé­riode 2002-2018, dont 12,8 M€ pour la seule an­née 2018. Les pom­piers gi­ron­dins sont donc en sur­chauffe et ont be­soin de moyens sup­plé­men­taires pour faire face : au moins 7 M€ par an en 2019, 2020 et 2021.

270.000 HA­BI­TANTS DE PLUS EN 16 ANS

Les dis­cus­sions pour réunir cette somme durent de­puis la fin de l'an­née 2017 et doivent im­pé­ra­ti­ve­ment abou­tir avant les bou­clages des bud­gets pri­mi­tifs 2019 qui in­ter­vien­dront dans quelques se­maines. Mais elle se heurtent tou­jours à une dif­fi­cul­té lé­gale : de­puis 2002, la loi a en ef­fet at­tri­bué au dé­par­te­ment la com­pé­tence et la charge fi­nan­cière du Sdis tout en fi­geant les contri­bu­tions des com­munes et des in­ter­com­mu­na­li­tés (hors in­fla­tion). Le tout sans prendre en compte la dy­na­mique dé­mo­gra­phique... ce qui consti­tue un ou­bli fâ­cheux dans un dé­par­te­ment qui a ga­gné 270.000 ha­bi­tants en seize ans ! Pour contour­ner l'obs­tacle ju­ri­dique, les élus lo­caux tra­vaillent donc sur le scé­na­rio d'une con­ven­tion fixant des "contri­bu­tions vo­lon­taires" des 28 in­ter­com­mu­na­li­tés. Mais il reste à sa­voir qui va payer et com­bien.

Jean-Luc Gleyze, le pré­sident du conseil dé­par­te­men­tal et du Sdis 33, a donc réuni l'en­semble des in­ter­com­mu­na­li­tés de Gi­ronde ce jeu­di 11 oc­tobre pour faire le point sur le sché­ma de fi­nan­ce­ment pro­po­sé et les convaincre de re­voir à la hausse leurs contri­bu­tions res­pec­tives. "Mon ob­jec­tif pre­mier est le main­tien de la qua­li­té du ser­vice opé­ra­tion­nel et du ré­seau de ca­sernes dans les ter­ri­toires mais si per­sonne ne joue le jeu, je pren­drai les dé­ci­sions qui s'im­posent", a-t-il rap­pe­lé lors de la réunion qui a don­né lieu à des échanges plu­tôt acerbes sur le mon­tant que cha­cun se­ra ame­né à payer. Chaque com­mune et chaque in­ter­com­mu­na­li­té sou­hai­tant s'as­su­rer qu'elle ne ver­se­ra pas da­van­tage qu'une autre.

UN PLAN DE FI­NAN­CE­MENT QUI DÉ­PEND DE L'AC­CORD DU PRÉ­FET

En l'état, la ré­par­ti­tion pro­po­sée par le Sdis pour l'an­née 2019 est la sui­vante :

2,9 M€ sup­plé­men­taires de la part du Dé­par­te­ment (dont 2M € en in­ves­tis­se­ment),

3,5 M€ sup­plé­men­taires de la part de Bor­deaux Mé­tro­pole (dont 2 M€ en in­ves­tis­se­ment), 1,29 M€ de la part des 27 autres in­ter­com­mu­na­li­tés gi­ron­dines (dont 1 M€ en in­ves­tis­se­ment).

Soit un to­tal de 7.69 M€/an qui per­met­trait au Sdis 33 de bé­né­fi­cier sur trois ans de 7 M€ sup­plé­men­taires en sec­tion de fonc­tion­ne­ment et de 15 M€ sup­plé­men­taires en sec­tion d'in­ves­tis­se­ment. "L'en­jeu n'est pas de rat­tra­per en un an tout le re­tard ac­cu­mu­lé en 16 ans d'in­ac­tion mais de po­ser un cadre et un pal­lier qui se­ra re­dis­cu­té chaque an­née", a pré­ci­sé JeanLuc Gleyze. Du cô­té de Bor­deaux Mé­tro­pole, le sou­tien à ce sché­ma semble peu ou prou ac­quis, à une dif­fi­cul­té près : "Sur le prin­cipe, la contri­bu­tion de la mé­tro­pole est ac­quise à condi­tion que ce­la puisse se faire hors du contrat fi­nan­cier si­gné avec l'Etat", a confir­mé Jean-Louis Da­vid, conseiller mé­tro­po­li­tain et ad­joint à la mai­rie de Bor­deaux.

C'est en ef­fet la der­nière in­cer­ti­tude à le­ver : est-ce que cet ef­fort fi­nan­cier pour­ra être comp­ta­bi­li­sé en de­hors de l'en­ga­ge­ment de Bor­deaux Mé­tro­pole de ne pas aug­men­ter ses dé­penses de fonc­tion­ne­ment de plus de 1,35 % par an ? La balle est dé­sor­mais dans le camp du pré­fet Di­dier Lal­le­ment. Alain Jup­pé et Jean-Luc Gleyze de­vraient lui adres­ser un cour­rier com­mun dans les pro­chains jours pour qu'il se po­si­tionne clai­re­ment sur cette ques­tion. Sa­chant que si le Dé­par­te­ment et Bor­deaux Mé­tro­pole ap­prouvent cette con­ven­tion, il est pro­bable que les autres col­lec­ti­vi­tés suivent.

Le Sdis de Gi­ronde en chiffres

Le Sdis 33 de­vrait opé­rer au­tour de 128.000 à 129.000 in­ter­ven­tions en 2018, contre 115.000 l'an der­nier. Sur toute l'an­née 2017, 247 jours ont connu plus de 300 in­ter­ven­tions du Sdis en 24h. Ce chiffre est dé­jà de 255 jours de­puis le 1er jan­vier et le seuil des 400 in­ter­ven­tions a même été dé­pas­sé à soixante re­prises. Le re­cord ab­so­lu est in­ter­ve­nu lors des épi­sodes de grêle du 26 mai 2018 quand les pom­piers ont dû in­ter­ve­nir plus de 800 fois en 24 heures dans tout le dé­par­te­ment. Pour faire face à ces en­jeux, le Sdis compte 5.483 agents, dont 3.200 sa­peurs pom­piers vo­lon­taires, et un parc de 1.255 en­gins d'in­ter­ven­tion. Entre 2002 et 2017, les in­ter­ven­tions de se­cours à la per­sonne ont bon­di de +77,5 %. En moyenne, dix nou­veaux ha­bi­tants re­pré­sentent une in­ter­ven­tion sup­plé­men­taire chaque an­née.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.