GI­RON­DINS DE BOR­DEAUX : LA METROPOLE DONNE SON FEU VERT A LA VENTE

La Tribune Toulouse (Edition Quotidienne) - - TERRITOIRES - JEAN-PHI­LIPPE DE­JEAN

La vente of­fi­cielle du Foot­ball Club des Gi­ron­dins de Bor­deaux (FCGB) au fonds d’in­ves­tis­se­ment amé­ri­cain GACP de­vrait être conclue avant la fin du mois d’oc­tobre. Mal­gré le feu vert don­né par les élus et les ga­ran­ties pré­sen­tées, cette tran­sac­tion n’échappe pas à un cer­tain flou ar­tis­tique.

Le grand oral pas­sé ce jeu­di de­vant une cin­quan­taine d'élus de la Mé­tro­pole par Jo­seph DaG­ro­sa, pré­sident du fonds d'in­ves­tis­se­ment GACP (Ge­ne­ral Ame­ri­can Ca­pi­tal Part­ners) can­di­dat à la re­prise du Foot­ball Club des Gi­ron­dins de Bor­deaux (FCGB), s'est bien dé­rou­lé. Jo­seph DaG­ro­sa a pas­sé cet exa­men en com­pa­gnie d'Alain Jup­pé, maire de Bor­deaux et pré­sident de Bor­deaux Mé­tro­pole, et de Ni­co­las de Ta­ver­nost, pré­sident du groupe M6, pro­prié­taire du FCGB.

Les trois hommes étaient par­fai­te­ment dé­ten­dus à la sor­tie de cette séance de ques­tions ré­ponses avec les élus. Ces der­niers vou­laient en sa­voir plus sur le re­pre­neur pres­sen­ti du FCGB et être ras­su­ré quant à ses ca­pa­ci­tés fi­nan­cières à s'ac­quit­ter des 3,8 M€ de loyer an­nuel au­près de la col­lec­ti­vi­té, somme ac­tuel­le­ment ver­sée par le groupe M6. Un exa­men né­ces­saire pour que le conseil de Bor­deaux Mé­tro­pole puisse se pro­non­cer en toute connais­sance de cause sur ce dos­sier. Ce qu'il a fait ce ven­dre­di ma­tin en confir­mant par le vote la bonne im­pres­sion d'hier soir.

LA MÉ­TRO­POLE AU­TO­RISE LA CES­SION

En don­nant leur feu vert à GACP les élus mé­tro­po­li­tains - par 79 voix pour, 13 contre et 12 abs­ten­tions - si­gni­fient qu'ils n'ont plus be­soin des ga­ran­ties fi­nan­cières ap­por­tée par M6 et donnent au groupe main­le­vée sur ces der­nières. Une étape dé­ci­sive, sans la­quelle la re­prise du FCGB par GACP n'au­rait pas pu être en­clen­chée. C'est ain­si que, face à la presse, Alain Jup­pé a no­tam­ment re­le­vé que sur le plan fi­nan­cier GACP a ras­su­ré, "avec 60 M$ de ca­pi­tal et pas de dettes". Mais au-de­là de ces ga­ran­ties les élus s'in­té­ressent aus­si à l'ave­nir du club des Gi­ron­dins de Bor­deaux.

"Nous nous sommes in­té­res­sés à sa pé­ren­ni­té, à l'am­bi­tion du pro­jet spor­tif même si ces as­pects du dos­sier ne re­lèvent pas de notre com­pé­tence, parce que le Foot­ball Club des Gi­ron­dins de Bor­deaux fait par­tie de la culture bor­de­laise. Nous avons donc de­man­dé des dé­tails dans ce do­maine à mon­sieur DaG­ro­sa, car il s'agit d'en­ga­ge­ments mo­raux qui nous ont sem­blé d'au­tant plus né­ces­saires après étude du rap­port de la DNCG (Di­rec­tion na­tio­nale de contrôle de ges­tion)", a ex­pli­qué en sub­stance Alain Jup­pé.

BOR­DEAUX MÉ­TRO­POLE EN PRE­MIER CRÉAN­CIER

Les ré­serves ex­pri­mées par la DNCG dans ce fa­meux rap­port avaient convain­cu le pré­sident de Bor­deaux Mé­tro­pole de faire pas­ser son feu vert sur ce ra­chat à l'orange. Vi­si­ble­ment l'orange en ques­tion n'a pas fi­ni sur un rouge. Il est re­par­ti sur un feu vert, comme ce­la se pra­tique en Amé­rique du Nord.

"En cas de pro­blème le di­ri­geant de GACP a dit que les pre­mières dettes payées se­raient celles dues à Bor­deaux Mé­tro­pole. D'autre part il s'est en­ga­gé à faire mon­ter le club à un haut ni­veau spor­tif et ma­ni­feste une vé­ri­table em­pa­thie pour le FCGB. Et puis en terme de gou­ver­nance Jo­seph Dag­ro­sa s'est en­ga­gé à mettre un di­ri­geant fran­çais qui connaisse bien le foot­ball à la tête du club", a dé­rou­lé le pré­sident de la Mé­tro­pole.

Un des points sen­sibles poin­té par le rap­port de la DNCG concer­nait la vo­lon­té ex­pri­mée par le re­pre­neur amé­ri­cain de réa­li­ser 10 M€ d'éco­no­mies de charges sur le FCGB dès cette an­née 2018... c'est-à-dire en trois mois maxi­mum !

LA PE­TITE ER­REUR D'AP­PRÉ­CIA­TION DE LA DNCG

Le doute sur cette in­quié­tante éco­no­mie ex­press de 10 M€ est à pré­sent le­vé. Pré­sen­tée comme le gen­darme du foot­ball la DNCG n'est pas un ca­bi­net d'au­dit et ne pra­tique pas le com­mis­sa­riat aux comptes (pas plus qu'elle ne trans­met ses in­for­ma­tions à l'en­semble de la presse), ce qui semble s'être res­sen­ti dans sa pre­mière lec­ture des écri­tures comp­tables four­nies par GACP. Comme l'a fi­na­le­ment pré­ci­sé hier Alain Jup­pé.

"La DNCG a fait pas­ser une note rec­ti­fi­ca­tive au su­jet de ces 10 M€. Il ne s'agis­sait pas de faire éco­no­mi­ser cette somme au club dès le pre­mier exer­cice. Dans sa note la DNCG dit que cet écart (de 10 M€ -Ndlr) pro­vient d'un re­clas­se­ment aux do­ta­tions", a ré­su­mé l'élu.

Un pe­tit rec­ti­fi­ca­tif qui a tout de même de quoi don­ner le ver­tige. Ni­co­las de Ta­ver­nost s'est de son cô­té fé­li­ci­té de cé­der à GACP "un club en bonne si­tua­tion, eu­ro­péen, de qua­li­té, qui se­ra fi­nan­ciè­re­ment en ex­cé­dent pour cette sai­son : nous ne par­tons pas pour des rai­sons fi­nan­cières, sim­ple­ment le foot­ball n'est pas une prio­ri­té pour nos ac­ti­vi­tés" a ex­po­sé le pré­sident du groupe M6, qui rap­pelle qu'il s'est beau­coup en­ga­gé dans la re­cherche d'un re­pre­neur fiable.

"Nous ef­fa­çons les dettes du club à l'oc­ca­sion de cette opé­ra­tion. Nous res­te­rons sup­por­teur des Gi­ron­dins et si la main­le­vée nous est don­née nous res­te­ront dis­po­nibles pour GACP, sur les plans mé­dia­tique et pro­fes­sion­nel", a évo­qué Ni­co­las de Ta­ver­nost.

UN PRO­JET AUX CONTOURS EN­CORE NÉ­BU­LEUX

Jo­seph DaG­ro­sa a sou­li­gné quant à lui l'im­por­tance qu'avait à ses yeux le FCGB, qui s'ins­crit dans un très long conti­nuum his­to­rique, avec la créa­tion du club dès 1881. Il n'a pas man­qué de re­le­ver que la DNCG a re­con­nu la ca­pa­ci­té de GACP à re­ca­pi­ta­li­ser la so­cié­té ges­tion­naire du club en cas de be­soin et de pou­voir in­jec­ter 80 M€ d'in­ves­tis­se­ment dans le FCGB en deux ans.

"Nous en sommes ca­pables car nous dis­po­sons d'une struc­ture fi­nan­cière so­lide" a dé­fen­du Jo­seph DaG­ro­sa, comme il l'a fait de­vant la DNCG, grâce aux concours des fonds King Street Ca­pi­tal -ac­tion­naire du FCGB- et For­tress In­vest­ment Group, qui va par­ti­ci­per aux in­ves­tis­se­ments. Le pa­tron de GACP n'a pas pour au­tant rom­pu avec son goût pour le flou ar­tis­tique et son mo­dèle de dé­ve­lop­pe­ment éco­no­mique reste tou­jours aus­si né­bu­leux. Pas ques­tion pour lui de se pro­je­ter dans un ob­jec­tif de ren­ta­bi­li­té pour le club à moyen terme, alors que GACP pour­rait ne res­ter que cinq ans au ca­pi­tal du FCGB. A moins que ça ne soit dix ans (plus ou moins). Pas ques­tion non plus de pré­ci­ser sur quelles sources de pro­fits vont sur­fer les nou­veaux Gi­ron­dins de Bor­deaux.

LA CHINE RESTE AU PRO­GRAMME, LES USA AR­RIVENT

Jo­seph DaG­ro­sa a beau­coup par­lé de la qua­li­té des re­cru­te­ments, de la for­ma­tion et d'une stra­té­gie à long terme, sans mi­ser pour au­tant sur le né­goce des joueurs pro­fes­sion­nels. Il a éga­le­ment plai­dé pour le ren­for­ce­ment d'une sy­ner­gie de marque entre le club de foot­ball et la ville de Bor­deaux, sans ren­trer dans les dé­tails de cette stra­té­gie mar­ke­ting. Il a éga­le­ment évo­qué des dos­siers que l'ac­tuel pré­sident des Gi­ron­dins de Bor­deaux, Sté­phane Mar­tin, dé­sor­mais sur le dé­part, avait eu l'oc­ca­sion d'évo­quer.

A com­men­cer par l'ex­por­ta­tion en Chine du sa­voir-faire bor­de­lais en ma­tière de for­ma­tion des joueurs. Même si le ré­gime dic­ta­to­rial chi­nois semble avoir lan­cé une nou­velle purge ci­blée sur ses élites, le dé­ve­lop­pe­ment du foot­ball n'est pas en­core re­mis en cause dans le pays. Autre terre de mis­sion pour le foot­ball (en l'oc­cur­rence bor­de­lais) : les Etats-Unis d'Amé­rique, "il faut voir ce que ce sport de­vient aux USA", a éclai­ré Jo­seph DaG­ro­sa après avoir sou­li­gné l'im­por­tance qu'avait pour lui la sy­ner­gie mar­ke­ting entre Bor­deaux ville et Bor­deaux foot.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.