Lif­ting pour la vieille dame de 136 ans

La mai­rie de Houetteville qui n’avait pas bé­né­fi­cié de tra­vaux im­por­tants de­puis plus d’un siècle, vient de su­bir une cure de ra­jeu­nis­se­ment. Sa­me­di 22 juillet, le maire Mar­tine Saint-Laurent était heu­reux de re­ce­voir élus et ha­bi­tants pour l’inau­gu­ra­tion

Le Courrier de l'Eure - - La Une - Erick La­ve­nas

C’est en­tou­ré d’Anne La­parre-La­cas­sagne, se­cré­taire gé­né­rale de la pré­fec­ture de l’Eure, Jean-Paul Le­gendre, pré­sident de la Com­mu­nau­té de com­munes du Pays du Neu­bourg, de nom­breux maires, élus des com­munes voi­sines, et de son conseil mu­ni­ci­pal, que Mar­tine Saint-Laurent, maire de Houetteville, a inau­gu­ré sa­me­di ma­tin 22 juillet la ré­ha­bi­li­ta­tion de la mai­rie. « Nous avons ré­no­vé le pre­mier lieu de proxi­mi­té avec nos ci­toyens. Il est plus ac­cueillant, il per­met un peu plus de confi­den­tia­li­té si né­ces­saire, et c’est vrai­ment plus agréable d’y tra­vailler » , confiait en pré­am­bule Mar­tine Saint- Laurent, avant de faire dé­cou­vrir en quelques phrases le pa­tri­moine ar­chi­tec­tu­ral et na­tu­rel de sa belle com­mune de Houetteville : « C’est le plus pe­tit vil­lage de la Val­lée de l’Iton, par son nombre d’ha­bi­tants (NDLR : 210) et ses res­sources. En dé­pit de ces gros han­di­caps, l’équipe mu­ni­ci­pale met tout en oeuvre pour en faire, par­don­nez-moi chers voi­sins, le plus jo­li de cette val­lée » . Aux tous­so­te­ments qui émer­geaient de l’as­sis­tance, elle ajou­tait « Dans sa ca­té­go­rie bien sûr »

Mar­tine Saint-Laurent avouait que cette ré­ha­bi­li­ta­tion de la mai­rie était l’abou­tis­se­ment d’un long pro­ces­sus dé­bu­té dans le pré­cé­dent man­dat, et re­tra­vaillé avec l’équipe mu­ni­ci­pale ac­tuelle. En te­nant compte de di­verses évo­lu­tions, tant

fi­nan­cières avec la baisse des do­ta­tions, que du contexte mou­vant lié à la loi NOTRe : « D’un agran­dis­se­ment très coû­teux au dé­part, on est re­ve­nu à quelque chose de beau­coup plus sage pour les fi­nances » .

Une fois les aides de fi­nan­ce­ment trou­vées, « après six de­mandes dans un pre­mier temps, toutes re­fu­sées » , les

ap­pels d’offres sont lan­cés en août 2016. Les en­tre­prises sont sé­lec­tion­nées, et en oc­tobre le chan­tier dé­marre pour cinq mois. Pé­riode du­rant la­quelle la mai­rie pro­vi­soire est ins­tal­lée dans un bun­ga­low : « C’était une sorte de cam­pe­ment, dans un nid à cou­rant d’air, et en plus du­rant les mois les plus froids. Les condi­tions d’ac­cueil et de tra­vail étaient dif­fi­ciles. Mer­ci à notre se­cré­taire Béa­trice Le­comte d’avoir te­nu le coup » . Ce pro­jet de ré­ha­bi­li­ta­tion a été confié à l’ar­chi­tecte Anne

Ca­lé­ro. « Elle a su écou­ter et ré­pondre aux at­tentes de l’équipe mu­ni­ci­pale en conser­vant l’as­pect ar­chi­tec­tu­ral de la mai­rie, tout en l’agran­dis­sant, en uti­li­sant à l’in­té­rieur tous les vo­lumes dis­po­nibles. Elle est par­ve­nue à re­dis­tri­buer chaque es­pace dé­dié, sans avoir la fo­lie des gran­deurs » , com­mente Mar­tine Saint-Laurent, et d’ajou­ter : « Son pro­jet a été réa­li­sé avec qua­li­té. C’était un exer­cice dif­fi­cile, car il fal­lait conci­lier fi­nances et qua­li­té des ma­té­riaux. Tout en res­pec­tant toutes sortes de normes, élec­triques et ther­miques, pour as­su­rer sé­cu­ri­té et ré­duc­tion des consom­ma­tions d’éner­gie » . La mai­rie est dé­sor­mais ache- vée, reste quelques amé­na­ge­ments à réa­li­ser à l’ex­té­rieur pour être en con­for­mi­té pour l’ac­cès aux per­sonnes han­di­ca­pées.

« Vous avez fait un ef­fort re­mar­quable de ré­ha­bi­li­ta­tion, avec la vo­lon­té ab­so­lue de res­pec­ter l’es­prit des lieux. De ne pas avoir bou­le­ver­sé l’as­pect ex­té­rieur est tout à fait payant. On sent une im­pli­ca­tion forte des dames dans ce dos­sier » , sou­li­gnait Jean- Paul Le­gendre. Même consta­ta­tion de la re­pré­sen­tante de l’Etat, Anne La­parre-

La­cas­sagne : « On est sur une ré­no­va­tion ex­trê­me­ment in­tel­li­gente d’un pa­tri­moine de proxi­mi­té. L’ins­crip­tion de cette mai­rie dans le XXIe siècle, tout en ayant main­te­nu sa coque en état, est une très bonne chose. Alors pro­fi­tez de votre mai­rie, parce que toutes ces ins­ti­tu­tions, c’est comme la Poste, si on n’y rentre pas, et bien à un mo­ment don­né on les ferme. Donc, il faut aus­si que les po­pu­la­tions s’ap­pro­prient et viennent en mai­rie » . Après avoir cou­pé le ru­ban tri­co­lore inau­gu­ral, Mar­tine Saint-Laurent in­vi­tait toutes les per­sonnes pré­sentes à par­ta­ger le verre de l’ami­tié.

Abou­tis­se­ment d’un long pro­ces­sus 5 mois de cam­pe­ment « Ré­no­va­tion in­tel­li­gente »

En haut à gauche : Pen­dant le dis­cours du maire Mar­tine Saint-Laurent, de­vant la pe­tite mai­rie où élus et ha­bi­tants étaient ras­sem­blés. À droite : En­tou­rée d’Anne La­parre-La­cas­sagne, de sa 1re ad­jointe Ca­the­rine Legrand, et de Jean-Paul Le­gendre, l’édile Mar­tine Saint-Laurent coupe le ru­ban inau­gu­ral. En bas à gauche : vi­site gui­dée à l’in­té­rieure de la mai­rie, où dans la pièce prin­ci­pale trône une grande table de réunion. À droite : élus et ha­bi­tants confor­ta­ble­ment ins­tal­lés de­hors sur des chaises. La cen­te­naire de Houetteville, Ber­na­dette Da­moy, qui a souf­flé ses 100 bou­gies le 21 mai der­nier, était pré­sente à cette inau­gu­ra­tion.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.