« C’est un as­sas­si­nat po­li­tique »

Le Courrier de l'Eure - - Amfreville La Campagne -

An­toine Bous­quet n’est plus ad­joint au maire du Thuit-de-l’Oi­son en charge des fi­nances. Et une ques­tion se pose après le dé­rou­lé du conseil mu­ni­ci­pal jeu­di soir. L’élu a-t-il été évin­cé parce qu’il fai­sait par­tie des sept conseillers qui ont si­gné le re­cours sur le vote de l’as­sem­blée mu­ni­ci­pale (le 18 mai) quant à l’uti­li­té pu­blique des en­ve­loppes dis­tri­buées au per­son­nel par l’an­cien édile Da­niel Le­ho ?

« De­puis le dé­but de l’af­faire, j’ai tou­jours consi­dé­ré que Da­niel Le­ho est un hon­nête homme, confie An­toine Bous­quet, ar­ri­vé dans

la com­mune en 1997. Je le connais de­puis une ving­taine d’an­nées. On veut dé­truire un homme pour une pra­tique qui se fai­sait avant lui et ailleurs. Il n’y a pas eu d’en­ri­chis­se­ment per­son­nel. Quand il y a eu un re­dres­se­ment de l’Urs­saf, sa pro­bi­té n’a pas été re­mise en cause. Il ne mé­rite pas que le conseil mu­ni­ci­pal se trans­forme en juge. Car on juge l’homme et son ca­rac­tère plu­tôt que les faits. Si j’ai été li­mo­gé, c’est parce que je n’ai pas ac­cep­té de ren­trer dans le moule. »

« Le maire m’avait dit au té­lé­phone qu’il était d’ac­cord pour si­gner la re­quête, car il re­con­nais­sait une er­reur de pro­cé­dure,

ajoute- t- il. Puis il a en­voyé un mail aux conseillers mu­ni­ci­paux pour leur in­ter­dire de la si­gner. » Il dé­nonce un conseil mu­ni­ci­pal convo­qué « à la hus­sarde » , en plein mois de juillet, au mo­ment où Da­niel Le­ho et son avo­cat sont en va­cances. Des pièces, comme un cour­rier de l’avo­cat et les at­tes­ta­tions des agents ayant bé­né­fi­cié des en­ve­loppes, ont été en­voyées aux élus par mail à 17 h pour un conseil mu­ni­ci­pal pré­vu à 18 h. Sans comp­ter que de nom­breux conseillers étaient ab­sents et avaient don­né un pouvoir. « Le dos­sier du conseil mu­ni­ci­pal a été mon­té par Ch­ris­tine Van Duf­fel, car le maire était en va­cances jus­qu’à mar­di. Cette réunion pou­vait at­tendre le mois de sep­tembre, il n’y a pas de dé­lai, les pro­cé­dures de la Chambre ré­gio­nale des comptes sont longues », in­dique ce­lui qui exerce la pro­fes­sion de di­rec­teur de bu­reau dans une so­cié­té d’ex­per­tise comp­table. An­toine Bous­quet va même plus loin : « Il y a une vo­lon­té de nuire, tout a été fait pour que Da­niel Le­ho soit ac­ca­blé, dit-il. Nous sommes pas­sés à un as­sas­si­nat po­li­tique, je ne sou­haite à au­cun élu de vivre ce que vit Da­niel Le­ho. »

An­toine Bous­quet, qui en­tre­te­nait de bons rap­ports ces der­nières an­nées avec le maire, ne mâche pas ses mots : « Gil­bert Dou­bet a été élu haut la main grâce à Da­niel Le­ho, qui avait dit que ce se­rait lui qui lui suc­cé­de­rait. Il faut de l’hon­nê­te­té in­tel­lec­tuelle et ne pas cra­cher sur quel­qu’un qui vous a ai­dé dans le pas­sé » .

« Moi je peux me re­gar­der dans la glace sans pro­blème » , conclut-il.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.