Un air de va­cances

De la mi-juillet à la mi-août, sur les bords de l’Eure, quai de Bi­gards et dans le parc de la Vil­la Cal­de­ron, Lou­viers plage pro­pose des ani­ma­tions et des mo­ments de dé­tente à ceux qui ne peuvent pas par­tir en va­cances.

Le Courrier de l'Eure - - Louviers - Gwe­no­la Lor­si­gnol

Lou­viers Plage a ou­vert ce mar­di 18 juillet, à 14 heures. Les fa­milles at­ten­daient ce mo­ment avec im­pa­tience. En quelques mi­nutes, il y avait dé­jà foule.

Un pe­tit air de Deau­ville

Pour sa trei­zième édi­tion, Lou­viers plage conserve les élé­ments qui ont fait son suc­cès : plage de sable fin, struc­tures gon­flables, par­cours d’ac­cro­branche, ba­lades en barque, es­paces lec­ture et dé­tente, ter­rain de beach- vol­ley et de pé­tanque… Cette an­née, la dé­co­ra­tion a été amé­lio­rée avec de « vraies-fausses » ca­bines de plages ali­gnées sur les grilles de la Vil­la Cal­de­ron. Avec leurs rayures, elles ont un pe­tit air de Deau­ville qui plait bien : « Ça

fait classe ! » sou­rit une jeune ma­man.

Nombre de Lo­vé­riens et de ré­si­dents des com­munes alen­tours viennent pas­ser leurs après-mi­di ici. Aux ac­ti­vi­tés per­ma­nentes s’ajoutent des ate­liers ponc­tuels, des jeux et ani­ma­tions : in­tia­tions spor­tives (vol­ley, ca­poei­ra, ath­lé­tisme…), ac­ti­vi­tés ar­tis­tiques (danse, pein­ture..), bien être (step, yo­ga) et beau­coup de pro­po­si­tions pour les en­fants : cui­sine, jeux en bois, ate­liers créa­tifs…

Mo­bi­li­sa­tion

C’est beau­coup de bou­lot. La ville co­or­donne le tra­vail d’une ving­taine as­so­cia­tions et de clubs spor­tifs. Près de 80 bé­né­voles sont mo­bi­li­sés. Une di­zaine de jeunes sont em­ployés du­rant l’été pour épau­ler les agents de la ville.

Le bud­get de fon­tion­ne­ment s’élève à 51 000 euros. Le bud­get in­ves­tis­se­ment est de 35 000 euros. Lou­viers plage est épau­lé par la Caisse d’al­lo­ca­tions fa­mi­liales de l’Eure et deux mé­cènes : In­ter­mar­ché et La­farge. « Cette an­née nous avons ra­jou­té 7 0000 euros d’in­ves­tis­se­ment pour l’ac­qui­si­tion de nou­veau­tés » sou­ligne le maire, François-Xavier Priol­laud.

Nou­veau­tés

La plus re­mar­quable de ces ac­qui­si­tions est le tob­bog­gan gon­flable géant, mais les ha­bi­tués re­mar­que­ront aus­si les nou­veaux fau­teuils de jar­dins, no­tam­ment de confor­tables tran­sats : idéal pour s’al­lon­ger ! Et les jo­lies per­go­las blanches qui donnent une ombre idéale pour se re­po­ser.

C’est jus­te­ment sous ces ton­nelles que se trouve une autre nou­veau­té, le coin- lec­ture. Avec une boîte à livre, frai­che­ment ins­tal­lée, qui re­gorge de ro­mans. Il n’y a qu’à se ser­vir. La boîte à livre est faite pour ça. Mais c’est en­core mieux si on en dé­pose un en échange ! Et c’est dans ce pe­tit coin à l’ombre qu’au­ront lieu ré­gu­liè­re­ment les ate­liers « Par­tir en

livre » ani­més par le per­son­nel de la mé­dia­thèque.

En­fin, c’est nou­veau aus­si, cette an­née, Lou­viers plage ou­vri­ra un peu plus tôt le sa­me­di, à mi­di et de­mie, pour qu’on puisse y pique-ni­quer.

Les cri­tiques

L’an­née der­nière, Lou­viers Plage s’était re­cen­tré sur un seul site, la Vil­la Cal­de­ron, aban­don­nant le Mou­lin. On avait en­ten­du cer­tains ha­bi­tués dé­plo­rer ce chan­ge­ment, et as­su­rer que Lou­viers Plage avait per­du de son at­trac­ti­vi­té. François-Xavier Priol­laud Lou­viers est per­sua­dé du contraire. « Le re­grou­pe­ment plait beau­coup.

C’est plus pra­tique pour les fa­miles que tout soit re­grou­pé sur le même site. Et avec les ques­tions de sé­cu­ri­té, c’est quand même plus simple ! »

En­fin, le maire écarte les cri­tiques avec un ar­gu­ment mas­sue : « Si c’était moins bien, il y au­rait moins de monde. ! Chaque an­née, on bat nos re

cords de fré­quen­ta­tion » . On a vérifié : Lou­viers Plage af­fi­chait 20 000 vi­sites au comp­teur l’été der­nier, mais éga­le­ment en 2015, en 2014, et en 2013, donc sous le pré­cé­dent maire ! C’est une ré us s i t e , soit, mais une réus­site qui dure.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.