« Li­vrés à eux-mêmes ! »

Le Courrier de l'Eure - - Entre Nous - Pro­pos re­cueillis par Gilles Mot­teau

Ludovic Le­blond ré­side à Coudres, à proxi­mi­té de Saint-An­dré-de-l’Eure. Sa soeur aî­née, Bri­gitte, 54 ans, est ins­tal­lée avec son époux Jean-Phi­lippe, sur l’île de Saint-Mar­tin de­puis vingt-cinq ans. Le couple, qui tra­vaillait à l’hô­pi­tal lo­cal, a su­bi de plein fouet l’ou­ra­gan Ir­ma qui a tout dé­vas­té sur son pas­sage jeu­di 7 sep­tembre. Ludovic a pu mal­gré tout en­trer en contact avec Bri­gitte.

1. Quelles sont les der­nières nou­velles que vous avez eues de votre soeur ?

Tout d’abord, les com­mu­ni­ca­tions sont très dif­fi­ciles avec Saint- Mar­tin. On ne peut les avoir que par wi­fi, le reste ne fonc­tionne plus. Ma soeur est ef­fon­drée. C’est quel­qu’un qui a tou­jours fait preuve d’une sa­crée force de ca­rac­tère, mais la der­nière fois que je l’ai eue, elle a cra­qué… et là je me suis dit que c’était vrai­ment grave. Ils ont tout per­du d’un point de vue ma­té­riel. Mais plus en­core, ils ont per­du des gens, des proches qui sont morts.

2. Com­ment s’or­ga­nise la vie sur place ?

Au dé­but juste après le pas­sage d’Ir­ma, m’a soeur m’a dé­crit de scènes de gué­rilla. C’était l’anar­chie com­plète, avec des pillages un peu par­tout. Les gens ont pillé par né­ces­si­té, pour sur­vivre, certes mais pas uni­que­ment. Des voi­sins de ma soeur et mon beau-frère se sont ar­més et ils ont ef­fec­tué des rondes ré­gu­lières pour pro­té­ger ce qui res­tait. À chaque fois que j’ai eu ma soeur en ligne, ce qui re­vient tout le temps, c’est le fait qu’ils ont été li­vrés à eux-mêmes… avant, alors que tout le monde sa­vait qu’une ca­tas­trophe s’an­non­çait et même après et ça du­rant plu­sieurs jours.

3. Com­ment votre soeur et votre beau- frère en­vi­sagent-ils l’ave­nir ?

Dans un pre­mier temps, ils cherchent à quit­ter l’île et re­joindre ra­pi­de­ment leur fils qui est au Ca­na­da. En­suite ils de­vraient re­ve­nir en mé­tro­pole pour se re­cons­truire. Il est dif­fi­cile de sa­voir pour l’heure s’ils re­tour­ne­ront un jour s’ins­tal­ler à Saint-Mar­tin. Ils sont l’un et l’autre sous le choc et ce­la va dé­pendre de l’évo­lu­tion des choses sur place.

Jean-Phi­lippe Chou­ze­noux, beau-frère de Ludovic Le­blond, la tête entre les mains.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.