Après l’in­cen­die de la crèche, la mai­rie s’or­ga­nise pour sou­la­ger les pa­rents

Le Courrier de Mantes - - Faits Divers - R.V.

La mai­son des as­sis­tantes ma­ter­nelles, lieu de garde d’en­fants qui fonc­tionne un peu comme une crèche, n’au­ra été opé­ra­tion­nelle qu’une jour­née. L’arbre aux ca­lin’ours est par­tie en fu­mée, le di­manche 3 sep­tembre der­nier. Vers 22 heures, un in­cen­die a écla­té dans ce pa­villon de 80m2, pro­prié­té de la com­mune, qui ac­cueillait cette struc­ture as­so­cia­tive de­puis le 1er sep­tembre der­nier. Avant ce­la, l’en­droit était oc­cu­pé par une mi­cro­crèche, de­puis sept ans.

Les flammes, qui ne se sont pas pro­pa­gées à l’école voi­sine, ont en­tiè­re­ment dé­truit le bâ­ti­ment. Un dys­fonc­tion­ne­ment de la chau­dière, si­tuée dans la cui­sine, se­rait à l’ori­gine du si­nistre d’après les pre­mières consta­ta­tions des pom­piers spé­cia­li­sés dans la re­cherche des causes de l’in­cen­die et du tech­ni­cien d’iden­ti­fi­ca­tion cri­mi­nelle de la gen­dar­me­rie ve­nus sur place lun­di après-mi­di.

Les trois as­sis­tantes ma­ter­nelles qui tra­vaillaient sur place gar­daient neuf en­fants. Pour évi­ter que les fa­milles concer­nées se re­trouvent sans so­lu­tion de garde, la mu­ni­ci­pa­li­té a mis à la dis­po­si­tion des nou­nous le pre­mier étage de la mai­rie. « Il faut ai­der cette as­so­cia­tion à pour­suivre son ac­ti­vi­té, ré­agit Bru­no Caf­fin, le maire, qui se trou­vait sur place di­manche soir. Cette so­lu­tion est tem­po­raire. Nous al­lons peut-être mettre en place des pré­fa­bri­qués, le temps de la re­cons­truc­tion. » Ces tra­vaux de­vraient du­rer « au moins un an et de­mi », pré­cise l’élu.

Des agents du con­seil dé­par­te­men­tal sont pas­sés la se­maine der­nière au pre­mier étage de la mai­rie, pour vi­si­ter les lo­caux prê­tés par la mu­ni­ci­pa­li­té, avant de dé­li­vrer l’agré­ment. Quelques amé­na­ge­ments de

sé­cu­ri­té de­vront être réa­li­sés avant de pou­voir y ac­cueillir

des en­fants. « Nor­ma­le­ment, on de­vrait être opé­ra­tion­nels

d’ici deux se­maines », as­sure Anne-Ma­rie Dauwe, pré­si­dente de L’arbre aux ca­lin’ours, pour qui la nou­velle a été « un choc émo­tion­nel ».

Un ap­pel aux dons et le sou­tien d’autres com­munes

La chau­dière à l’ori­gine du si­nistre

L’as­so­cia­tion bé­né­fi­cie aus­si de la so­li­da­ri­té des com­munes voi­sines, qui leur dé­panne du ma­té­riel : lits, chaises hautes, tables… Un ap­pel aux dons a aus­si été lan­cé. « On ne va pas bais­ser les bras, ajoute-telle. Les fa­milles ont be­soin

de nous. » En at­ten­dant, que la mai­rie ne se trans­forme en crèche de for­tune, celles-ci se sont dé­brouillées avec leurs proches pour faire gar­der leurs en­fants.

Le vil­lage est en­core « grog­gy » par cet évé­ne­ment, se­lon le maire, qui a dé­ci­dé d’an­nu­ler la fête com­mu­nale, qui était pré­vue le sa­me­di 9 sep­tembre. « On n’avait pas le coeur à ce­la », confie-t-il.

Le bâ­ti­ment a été en­tiè­re­ment dé­truit pas les flammes. (© Vincent Mo­reau)

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.