La Ré­pu­blique en marche : pas d’ob­jec­tif chif­fré

Le Courrier de Mantes - - Faits Divers - F.C.

Ils se sont fait at­tendre, les can­di­dats de La Ré­pu­blique en Marche ! Fin du sus­pens avec l’an­nonce of­fi­cielle des huit per­sonnes com­po­sant la liste du par­ti pré­si­den­tiel le mer­cre­di 6 sep­tembre. Me­née par Mar­tin Lé­vrier, conseiller mu­ni­ci­pal de la ma­jo­ri­té à Ver­sailles, elle réunit Anne Gri­gnon, maire (SE) de Lé­vis-Saint-Nom, Mi­chel Du­part, conseiller mu­ni­ci­pal de la ma­jo­ri­té à Pois­sy. Is­su du MoDem, ce der­nier a d’ailleurs en quelque sorte pour­sui­vi l’al­liance conclue avec le par­ti de Fran­çois Bay­rou lors des élec­tions lé­gis­la­tives.

« Notre équipe reste dans le cadre de cette al­liance »,

sou­ligne Mar­tin Lé­vrier. Pour au­tant, ce­la n’em­pê­che­ra pas le MoDem de pré­sen­ter une liste pour les sé­na­to­riales.

Fi­gurent éga­le­ment Fré­dé­ric Span­gen­berg, maire ad­joint à Triel-sur-Seine, Ka­tia Le­feuvre, Vir­gine Rol­land, Jacques Guérin (maire de Gom­me­court) et Chaï­ness Ta­leb.

Com­bien de sé­na­teurs La Ré­pu­blique en Marche peu­telle es­pé­rer dans les Yve­lines ? Il a y peu de chance qu’elle ré­itère le car­ton plein des lé­gis­la­tives. LREM semble en tout ca ne pas vou­loir se mettre la pres­sion et se­lon les can­di­dats n’a pas d’ob­jec­tif chif­fré. Ce qui ne veut pas dire qu’elle ne nour­rit pas quelques am­bi­tions

« Em­ma­nuel Ma­cron est un vi­sion­naire qui a su sus­ci­ter un es­poir fan­tas­tique qui, j’es­père, ne va pas re­tom­ber,

« Les grands élec­teurs ont été élus par des élec­teurs,

Je pense qu’ils ont en­ten­du le mes­sage des élec­tions pré­si­den­tielle et lé­gis­la­tives. »

sou­ligne Jacques Guérin. Mar­tin Lé­vrier. rap­pelle

Jean-Paul De­le­voye, pré­sident de la Com­mis­sion na­tio­nale d’in­ves­ti­ture de LREM se veut

« Il ne faut pas sou­ses­ti­mer les élus lo­caux qui se sentent li­bé­rés »,

confiant :

af­firme-t-il. Quant à la crainte des élus lo­caux de voir dis­pa­raître la taxe d’ha­bi­ta­tion, les can­di­dats de La Ré­pu­blique en Marche ne croient pas que ce­la puisse faire pen­cher la ba­lance en leur dé­fa­veur.

« C’est un point de dé­part qui va en­ga­ger un tra­vail d’écoute et en com­mun entre l’État et les col­lec­ti­vi­tés »,

pré­cise Mar­tin Lé­vrier.

Ces der­niers mois nous l’ont prou­vé : en po­li­tique, tout est pos­sible. C’est sû­re­ment ce que s’est dit Ati­ka-Hayet Mo­rillon, l’ad­jointe aux af­faires sco­laires de Mi­chel Via­lay à Mantes-laJo­lie, que l’on voit ap­pa­raître en qua­trième po­si­tion sur la liste de Phi­lippe Es­nol (PRG). An­cienne mi­li­tante du PS, elle avait re­joint les bé­dié­tistes aux mu­ni­ci­pales de 2008 sous l’éti­quette MoDem. Aux der­nières lé­gis­la­tives, elle avait ou­ver­te­ment sou­te­nu Mi­chel Via­lay can­di­dat Les Ré­pu­bli­cains alors que le MoDem avait conclu un ac­cord avec La Ré­pu­blique en marche. Trois mois plus tard, on la re­trouve sur la liste de Phi­lippe Es­nol. Ces deux-là ont au moins quelque chose en com­mun : ils ont été so­cia­listes au­tre­fois.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.